jeudi 1 août 2019

Confession de Richard Montanari

Paru en 2018 aux éditions le cherche-midi et en 2019 aux éditions Pocket.
508 pages, policier.

Lorsqu'on est flic trop longtemps dans la même ville, toutes les rues mènent à des souvenirs que l'on préférerait oublier. Chaque nouveau meurtre vous en rappelle un autre. L'obsession n'est jamais loin. Pour Kevin Byrne, inspecteur des homicides à Philadelphie, le traumatisme originel a eu lieu en 1976. Encore adolescent dans le quartier défavorisé de Devil's Pocket, il a été impliqué de près dans un meurtre jamais résolu. La fin de l'innocence pour Byrne. Quarante ans plus tard, une affaire de meurtres en série le ramène à Devil's Pocket, à ses amis d'alors, à ce passé qu'il a essayé, en vain, d'oublier. Bientôt, le voile va se lever sur des secrets, des mensonges et une vérité qu'il aurait peut-être mieux valu ne jamais connaître. À la façon de Dennis Lehane, Richard Montanari dépasse une nouvelle fois toutes les limites du genre pour sonder en profondeur les zones d'ombre de l'âme humaine.


Mon avis :


Lien sur Confession sur le site de l'éditeur.

J'ai découvert Richard Montanari avec son excellent Cérémonie que j'avais adoré.  Aussi j'espérais passer un tout aussi bon moment de lecture avec confession. Malheureusement, la sauce n'a pas pris et je n'ai pris aucun plaisir à lire ce roman.

Certes, le début m'a mis l'eau à la bouche avec cette enquête sur un tueur en série sadique qui semble adorer plonger dans la violence et montrer aux  yeux de tous toute la barbarie dont il est capable. Mais, très vite, j'ai trouvé le tout très lent et long à commencer, les nombreux retours dans le passé n'aidant absolument pas à dynamiser le roman.

Alors oui, je suis peut être simplement passer complètement à côté de quelque chose et cela aurait pu me captiver, mais pour tout dire, j'ai eu du mal à avoir envie de tourner les pages, mon intérêt pour l'intrigue diminuant au fil de ma lecture.

Il est toujours bien difficile de parler d'un roman qui ne nous a pas plu, surtout que ma première découverte de l'auteur avait été un succès, mais Confession propose trop de personnages, bien mal amené parfois, puisqu'il me fallait revenir en arrière pour parvenir à cerner qui je suivais dans le chapitre en question.

L'auteur fait de nombreux bonds dans le passé, afin de nous permettre d'avoir toutes les clefs de l'histoire en main, et c'est peut être aussi ce qui m'a autant perdue.

J'ai pourtant été séduite par l'idée de suivre le tueur et de pouvoir l'approcher de l'intérieur puisque l'auteur nous permet de mieux le comprendre en suivant directement son cheminement. Il en sera de même pour le duo d'enquêteurs qui cherchent à comprendre qui est notre homme et surtout, pourquoi il agit de cette façon.

Alors oui, on a de chouettes rebondissements et des révélations inattendues, mais en refermant Confession, j'avais l'impression de m'être endormir devant un film pour ne me réveiller qu'à la fin.
Dommage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!