lundi 24 juin 2013

Carbon Diaries 2015 de Saci Lloyd

Année d'édition : 2012
Edition: Pocket jeunesse
Nombre de pages : 329
Quatrième de couverture :
Laura Brown est une adolescente insouciante, jusqu'à la Grande Tempête qui a dévasté l'Angleterre. Depuis, elle a dû renoncer à tout ce qu'elle aimait : jouer dans son groupe punk, prendre un bon bain chaud, discuter toute la nuit sur son téléphone portable ...
Et tout cela à cause des restrictions d'énergie imposées par le gouvernement ! Désormais chacun doit gérer un nombre de points "Carbone", ce qui rend la vie infernale. Mais Laura trouve la parade : confier à son journal ses aventures tragi-comiques dans un monde qui pourrait bien, un jour, devenir le nôtre ...





Laura est une jeune adolescente comme on en trouve souvent. Musicienne dans un groupe punk, la jeune fille n'a d'yeux que pour son voisin, un séduisant jeune homme. Tout serait plus simple si une grosse tempête, qui a eu lieu à cause du trou dans la couche d'ozone n'avait pas dévasté l'Angleterre. Depuis tous les Anglais sont soumis à de nombreuses restrictions. Il faut mériter d'utiliser son téléphone portable, d'avoir de l'essence pour son auto...  Et alors que tous pensent que la situation va s'arranger, tout ne fait que s'aggrave !

Carbon Diaries 2015 est un roman qui m'intriguait. Les avis sont très partagés, entre ceux qui se sont ennuyés, et ceux qui ont grandement apprécié le roman. Je fais hélas parti du premier groupe. Je n'ai pas été séduite ou envoûtée par ce premier opus. Ce n'est pas le fait qu'il soit sous forme de journal intime, cela ne me dérange pas, mais j'ai trouvé qu'excepté vers la fin, on s'ennuie et on a du mal au départ à réellement comprendre toute la situation.

Déjà, les adolescents du roman sont assez égoïstes et n'ont pas l'air de vraiment comprendre la situation. Ils sont jeunes et insouciants et ne demandent qu'à se prélasser et à profiter de la vie, alors certes on peut leur pardonner leur insouciance, mais peu à peu c'est assez lourd, surtout concernant la soeur de l'héroïne qui est un bel exemple d'enfant capricieuse et lunatique. 

Carbon diaries utilise un fait plutôt d'actualité, avec l'abus de la pollution et ses effets néfastes sur notre Terre, mais j'avoue que le fait de le prendre avec tout de même pas mal d'humour n'a pas eu l'impact désiré. Je m'attendais à quelque chose de plus apocalyptique, mais cela reste très léger. Il n'y a qu'à la fin que mon intérêt s'est réveillé, trop tard puisque la déception s'était déjà faufilée en moi.

La seule chose qui m'a plu, c'est l'analyse d'une famille confrontée à un problème qui va transformer leur quotidien. Entre des parents dépassés qui abandonnent, une ado rebelle qui n'en fait qu'à sa tête et la petite soeur qui assiste impuissante à l'éclat de sa famille, l'analyse est intéressante et plutôt juste. Le roman pose toutefois la question de savoir jusqu'où serait-on prêt à aller pour garder notre petit confort en temps de crise? 

Au final, un roman un peu ennuyé puisque la touche de romance tombe à plat et que le sujet traité, même si d'actualité, ne m'a pas vraiment « parlé ».

Ma note :



 

2 commentaires:

  1. je n'ai lu que quelques pages, comme cela ne me plaisait pas trop, j'ai laissé tomber

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!