lundi 29 juillet 2019

Que passe l'hiver de David Bry

Paru en 2017 aux éditions de L'homme sans nom et en 2019 chez Pocket.
496 pages,  fantasy

Stig vient d'avoir vingt ans, l'âge de porter une épée et de se rendre - enfin ! - sur le Wegg, l'étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d'hiver ne se déroule pas comme il l'avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu'il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l'ombre des festivités, protéger ceux qu'il aime... et même survivre. Y parviendra-t-il ? À la croisée de l'ode initiatique et du huis-clos, Que passe l'hiver raconte le destin d'un jeune homme au pied bot et d'un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelström d'un monde qui se meurt, peut-être...



Mon avis :

Lien de Que passe l'hiver sur le site de l'éditeur.

David bry est un auteur que j'ai déjà eu l'occasion de lire, contes désenchantés, Failles ou encore 2087.  Chaque univers se veut à part et original et unique et une fois encore, David nous prouve à quel point il a de l'imagination. Que passe l'hiver est un roman enchanteur qui nous fait voyager au delà de notre planète. Un univers fait de neige, de magie et de poésie, de personnages différents et atypiques, voilà qui avait forcément de quoi me plaire.

Au départ, je dois bien avouer que je craignais de me perdre en raison des nombreux clans et personnages présentés, mais petit à petit je suis parvenue à chacun les différencier pour en apprécier leur caractéristique. 

Que passe l'hiver narre l'histoire de Stig, jeune homme au pied bot qui n'a pas connu le vrai bonheur. Pourtant, cette enfance assez sombre n'a pas fait de lui un monstre ou quelqu'un de détestable, au contraire. Toujours prêt à aider les autres, se mettant dans des situations délicates, Stig est un personnage attachant et adorable. Lorsqu'il apprend de mauvaises présages, Stig fait tout en oeuvre pour les empêcher parce qu'il ne supporte pas que les autres souffrent. 

L'action n'est pas ce qu'il y a de plus présent dans le roman. David préfère nous ensorceller par les descriptions, les événements et dialogues des personnages, tout en poésie et finesse. C'est un roman qui se savoure tel un grand cru. J'avoue ne plus me souvenir totalement du roman, et pour cause, je l'ai terminé il y a déjà un bon mois, mais je ne savais pas comment en parler sans dévoiler l'intrigue tout en mettant en avant son ambiance et sa justesse. 

Des descriptions envoûtantes, des personnages charismatiques, des divinités intrigantes et une finesse dans l'art de raconter une histoire mélancolique et aussi froide que l'hiver. Je recommande vivement !

2 commentaires:

  1. Qu'est-ce qu'il était magnifique ce texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui j'ai trouvé aussi que David utilise une plume qui rend le tout encore plus sublime !

      Supprimer

Laisser une trace!