dimanche 17 juillet 2016

Le cri du cerf de Johanne Seymour

Année d'édition : 2016
Edition : eaux troubles
Nombre de pages : 303
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Un matin brumeux d'octobre, Kate plonge dans les eaux glacées de son lac près du paisible village de Perkins, dans les Cantons-de-l'Est, et trouve, flottant à la dérive, le cadavre d'une fillette. Plus tard, une seconde victime confirmera la présence d'un tueur en série dans les environs.
Qualifiée par ses pairs d'asociale et de vindicative, le sergent Kate McDougall devra mener l'enquête la plus difficile de sa carrière. Pour démasquer la Bête, elle aura à affronter ses démons et à remonter le fil douloureux de son passé.
Une démarche qui l'entraînera au coeur d'un cauchemar et qui menacera de briser le fragile équilibre sur lequel elle a bâti sa vie. Une vie marquée par le cri du cerf.

Mon avis :

Tandis qu'un matin elle a besoin de nager dans le lac près de son chalet, le sergent Kate est loin d'imaginer sa trouvaille. En revenant près de son chalet, elle aperçoit une forme qu'elle reconnait très vite : une petite fille semble être noyée dans son lac. Mais lorsqu'elle approche, Kate se rend bien vite compte que l'enfant a été assassinée et jetée ici pour une raison. C'est Kate qui est la cible d'un tueur impitoyable. 

J'attendais beaucoup de ce thriller. Déjà, la couverture m'a beaucoup plu. Elle est originale et donne le ton, c'est du moins, ce que j'espérais. Malheureusement, je n'ai pas été convaincu par l'histoire proposée par l'auteur. 

Concernant le style de l'auteur c'est assez fluide, mais pas mal de coquilles trainent encore dans le roman comme l'absence de marque pour les dialogues et parfois on ne se rend pas compte de suite des dialogues. Un peu gênant pour savoir qu'un personnage parle, mais surtout pour comprendre qui s'exprime. Alors oui la lecture se fait sinon sans problème et c'est agréable à lire, mais il m'a manqué de beaucoup trop d'émotions de la part des personnages pour souffrir avec eux des événements. 

En fait, tout au long de ma lecture, j'ai trouvé les personnages et le récit assez plat. Ce n'était pas palpitant ni très intense et lorsque je lis un thriller, je veux être surprise et étonnée et là ce ne fut pas le cas. Kate est une sergente qui doit faire ses preuves. Beaucoup n'ont plus confiance en elle et tente de la déstabiliser, surtout lorsque des victimes avec lesquelles elle possède un lien finisse assassinée par un psychopathe. Au départ, elle sera suspecte, comme dans bien des thrillers pour peu à peu devoir prouver son innocence. Et c'est là où je me suis ennuyée. Nous, en tant que lecteur, on sait qu'elle n'est pas responsable, mais pour autant, Kate ne se bat pas pour prouver qu'elle n'est pas le tueur qu'ils recherchent. Elle manquait de conviction, et oui, Kate est une femme torturée avec un lourd passé (qu'on découvre sur la fin).

C'est donc elle qui est mise sur le devant de la scène et qui découvre les cadavres que la Bête sème sur son passage pour lui adresser un message. Même les autres personnages tournent uniquement autour de Kate. Ils n'ont d'ailleurs pas une psychologie que j'ai trouvé très développé et du coup, je n'ai réussi à m'attacher à aucun d'entre eux. Je n'ai pas non plus eu d'intérêt pour Kate et la traque du tueur. Dommage.

Finalement, le cri du cerf n'aura pas su me convaincre et c'est bien dommage parce qu'il aurait pu avoir tous les ingrédients pour me plaire, mais il n'était pas assez intense et je n'ai pas ressenti de sensations pendant ma lecture, n'éprouvant aucun intérêt pendant l'enquête.

A lire pour:
- Les descriptions qui sont plaisantes.
- la Bête, seul personnage qui aura su susciter mon intérêt

A ne pas lire :
- pour l'absence d'émotions que nous font ressentir les personnages.
- l'enquête un peu molle et plate.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!