mardi 27 janvier 2015

Percheron tome 1: Odalisque de Fiona McIntosh

Année d'édition : 2014
Edition: Milady
Nombre de pages : 539
Public visé : adulte
Quatrième de couverture :
Le Zar de Percheron vient de mourir. Son ambitieuse favorite, bien décidée à protéger son fils désormais maître du royaume, fait éliminer tous ses rivaux et entreprend de constituer un nouveau harem.
La jeune Ana, achetée comme une marchandise de choix, découvre le monde secret des odalisques. Aux côtés de ces compagnes du Zar, elle ne manquera de rien, sauf de liberté. Et elle n’aura d’autres amis que le séduisant et secret Lazar, l’Éperon de Percheron, et Pez, le fou de la cour.
Ana, qui pense sa vie insignifiante aux yeux des puissants, n’imagine pas que sa tentative d’évasion déclenchera une série d’événements dramatiques…

Mon avis :



Joreb, le Zar de Percheron vient de rendre l'âme. C'est donc Boaz le fils qu'il a eu avec sa favorite qui prend le pouvoir. Mais Boaz est encore jeune et très vite, tous tentent d'avoir le plus de pouvoir possible. Herezah, la favorite tente alors de maintenir le pouvoir qu'elle avait réussi à avoir depuis quelques temps. Ayant besoin d'un nouveau harem pour son fils, elle fait exécuter les autres prétendants au trône et fait partir les anciennes concubines du Zar défunt. La place libre, elle envoie L'éperon de Percheron, Lazar, le seul homme qui lui résiste, afin qu'il ramène de potentielles candidates au harem. Mais la jeune fille qu'il va ramener va changer bien des choses sans le vouloir.


Ce premier tome de Percheron a su me tenir en haleine du début à la fin. J'ai été captivée par l'univers et l'intrigue même si en cherchant bien, il n'y a rien de très innovant. L'auteur parvient de par son style à nous proposer un premier opus mouvementé, accrocheur et qui ne cesse d'étonner et de surprendre par sa qualité. C'est simple, dès les premières pages, j'ai su à quel point j'allais me sentir concernée par le sort de chacun des personnages.

L'univers l'air de rien est vraiment macabre et violent. Entre les demi-frères de Boaz qu'on assassine de la pire façon qui soit et les jeunes filles dont on vérifie la virginité, aucun détail n'est épargné au lecteur jusqu'à certaines scènes de torture qui feront pâlir les lecteurs les plus sensibles. L'auteur possède donc une imagination débordante et nous fait bien sentir que dans Percheron, les âmes de la plupart des personnages sont immondes et surtout qu'il ne faut absolument pas se fier aux apparences. Ici, le Zar dirige son royaume. Il possède d'ailleurs un harem qu'il utilise à sa convenance, mais qu'il ne gère pas. Ce rôle est au grand Eunuque, le chef et peut-être le personnage le plus vicieux et mauvais du roman. Il a un côté volontairement pervers s'amusant du sort des jeunes filles et cherchant à inciter la peur et la terreur. Il aime qu'on le craigne, qu'on courbe l'échine dès qu'il apparaît et lorsque rien ne va dans son sens, il utilise un tas de subterfuge pour s'innocenter de certains méfaits. J'ai adoré le détester, c'est dire qu'il est un personnage marquant !

D'autres personnages parsèment ce roman et ils sont tout aussi détestables que notre cher Salmeo, l'eunuque. Il y a Herezah fière de voir son fils monter sur le trône et qui va pourtant agir d'abord dans un but purement égoïste. Malgré une profonde haine dès le début, j'ai peu à peu revu mon jugement. Elle n'est qu'une mère qui cherche à protéger son fils et à garder un peu les rênes du royaume, pouvoir qu'elle a appris à dompter et à apprécier. Enfin vient Tariq, le vizir. Il n'apprécie pas d'être un peu mis de côté par la politique du royaume et peu à peu il va prendre confiance en lui, devenant quelqu'un de dangereux et de rusé.


Heureusement, dans le lot, on a quand même de très bons personnages qui sont du bon côté. Lazar l'éperon par exemple essaye de toujours agir selon ce qui lui semble le plus juste. Il n'agit pas par égoïsme, mais toujours dans le souci de ne pas faire de mal à autrui. Seulement, très vite son cœur se met à battre pour une fille qui ne lui est pas destinée et c'est là où son sort va chavirer, me causant beaucoup de tristesse devant certains événements.

Ana par contre, l'héroïne malgré elle, reste très mystérieuse. Vive, indépendante et avec beaucoup d'esprit ne va pas accepter de se laisser marcher sur les pieds aussi facilement. Elle va créer beaucoup de problèmes au sein du royaume de Percheron sans le vouloir pourtant. On se doute que son rôle sera important, mais pour le moment, on ignore encore si son rôle sera déterminant.

J'ai aussi beaucoup apprécié le bouffon Pez qui n'a rien à voir avec l'apparence qu'il se donne. Il est très complexe un peu à l'image du Fou dans l'assassin royal et va donner lieu à des passages mystérieux et intrigant comme on les aime.
Ce premier tome pose donc des bases solides avec une mythologie intéressante sur deux entités qui se réveillent en même temps pour chaque fois s'affronter et re-disparaître un temps. On n'en sait guère plus, mais nul doute que la suite va nous éclaircir sur le rôle de chacun. Pour ma part, je suis complètement séduite et je n'aspire plus qu'à une chose : lire le tome 2. Une pépite à mon sens tant par ses personnages que par son intrigue honnête et bien ficelé qui permettra aux lecteurs de passer un moment exceptionnel. 



4 commentaires:

  1. Je l'ai acheté à sa sortie en poche et j'ai très hâte de le lire. J'avais ADORÉ la série Le dernier souffle de la même auteure :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'en suis encore toute retournée par cette lecture magnifique ! Je te le recommande surtout si tu aimes l'auteur !

      Supprimer
  2. Houuuu celui là je le note tout de suite. Je sens qu'il va me plaire rien qu'en lisant le résumé et ta chronique <3 Merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. franchement c'était sublime *o* pas besoin d'être très calée en fantasy pour le dévorer et l'apprécier ^^

      Supprimer

Laisser une trace!