mardi 18 novembre 2014

Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour de S.G. Browne

Année d'édition : 2014
Edition : folio sf
Nombre de pages : 389
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Andy vit en paria depuis sa résurrection spontanée après un accident de voiture. Ce nouveau zombie n’a pour morne horizon que le cellier familial, où il cuve les grands crus de son père, et ses réunions mensuelles aux Morts-Vivants Anonymes.
Mais lorsqu’un zombie solitaire l’initie aux bienfaits régénérateurs de la chair humaine, Andy décide de lutter pour ses droits civiques. Débute alors un voyage improbable qui le mènera de la morgue au rôle très médiatisé de porte-parole de la cause zombie, en passant par des séjours à la SPA reconvertie dans l’accueil de zombies fugueurs et aux plateaux d’Oprah Winfrey. Sombrement drôle, étrangement touchante et suffisamment saignante, l’odyssée du premier mort-vivant contestataire de l’Histoire vous fera probablement mourir de rire. Mais auparavant, vous devrez avoir fait connaissance avec tous les amis d’Andy…

Mon avis :


Andy est un mort vivant. L'accident de la route qu'il a eu a tué sa femme, mais lui seul s'est réveillé alors qu'il avait été déclaré mort et qu'on se préparait à l'enterrer. Récupéré par ses parents, il tente de se reconstruire une vie de leur cave, l'un des rares endroits où on accepte de le voir vivre. Mais Andy très vite fait la connaissance d'un groupe de zombies, comme lui qui va lui permettre de voir d'une manière nouvelle sa condition de mort-vivant.

Loin des clichés hollywoodiens, S.G.Browne nous présente Andy, un homme d'une trentaine d'années qui après un accident de voiture avec sa femme se réveille. Il n'est plus un respirant et ses blessures restent bien visibles et effrayent les vivants. Le pauvre ne peut d'ailleurs pas parlé puisqu'il s'est réveillé pendant qu'on préparait son corps à être enterré aussi les produits lui ont détruit les cordes vocales. Il se promène donc avec sa pancarte autour du cou et de quoi écrire quand il a besoin de se faire comprendre. Oubliez les zombies débiles qui ne pensent qu'à manger et qui n'ont aucune réflexion. Andy est intelligent et il souhaite revoir sa condition d'exclu de la société parce qu'il n'est pas resté mort. 

Ce roman est un gros coup de coeur. Non seulement pour le personnage d'Andy, drôle et mâture, mais aussi pour l'humour noir que j'ai adoré tout au long de ma lecture. En plus, l'intrigue est différente des romans de zombies actuels même si la fin revient au source. Ici les zombies sont malheureux et laids. Ils gardent l'apparence qu'ils avaient au moment de leur mort et forcément, cela n'a rien de bien agréable à regarder. Ils sont devenus les rejetés, ceux qu'on refuse de voir chez soi ou près de soi. Comme le dit si bien notre héros, avant c'était les noirs, ensuite les homosexuels et maintenant le racisme a pris un nouveau tournant puisque nos zombies sont devenus des parias. Les pauvres n'ont rien demandé, ils sont morts, mais même la mort n'a pas voulu d'eux et l'on pourra admirer le courage de notre héros qui cherche à changer la donne. Il veut pouvoir travailler, faire ses courses et être aimé. Et si ses parents le tolèrent chez eux, on se rend bien vite compte qu'il dérange. Leur relation est d'ailleurs troublante entre son père qui l'évite au maximum et sa mère qui tente de rester proche de lui sans toutefois le toucher ou accepter de sentir son odeur de macchabée. 

Mais Andy au fur et à mesure du roman prend confiance en lui et lorsque lui et les siens découvrent un remède miracle qui leur permet d'avoir l'apparence de vivant, ils ne se privent plus et on la droit à des passages complètement barrés et loufoques. Le titre est d'ailleurs équivoque puisque Andy va (on l'apprend dès le début puisqu'il va ensuite tenter de se souvenir comment il a pu commettre un tel acte) malencontreusement assassiner ses parents et les mettre en morceau dans le frigo. C'est là qu'il va s'amuser à les cuisiner sous toutes les formes, inventant de nouvelles recettes avec leur chair. C'est exquis et franchement génial à lire !

L'autre très bon côté du roman, c'est l'histoire d'amour qu'aura notre zombie Andy avec une autre zombie. Au début cela ne sera que regard, sourire et puis soudain, ils passent à l'acte parce que grâce à leur remède miracle, tout refonctionne chez eux ! D'ailleurs, ce roman est un bijou du début à la fin et je l'ai dévoré sans vouloir m'arrêter... jusqu'à ce que j'arrive à la fin et que là je ne voulais plus le terminer parce qu'on sent le vent tourner et on prend vraiment peur pour le sort de nos héros. 

Je n'en dirais pas plus parce que franchement ce roman est à lire absolument ! Entre la critique faite sur les médias qui exposent trop vite certaines choses et celle sur les conditions de vie des animaux de la SPA, ce roman est un bijou et j'ai vraiment très envie de découvrir la suite : Le Jour où les zombies ont dévoré le Père-Noël !




2 commentaires:

  1. ahhhhh je le veux !!! encore plus depuis ton avis ^^
    je pense qu'il y aura pas mal de zombies au pied du sapin ^^
    bisouuuuuus

    RépondreSupprimer
  2. moi aussi il y en aura cette année ^^ d'ailleurs le titre du tome 2 serait top au pied du sapin : le Jour où les zombies ont dévoré le père-Noël

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!