jeudi 16 septembre 2021

Ubiquity de Lionel Behra

 Sorti en 2016 aux éditions Rebelle

278 Pages Thriller


Il sait tout de moi, même mes secrets inavouables. Il veut se venger et s'en prend à mes proches. La police commence à me suspecter car toutes les preuves semblent me désigner. Elles sont si irréfutables que je commence moi-même à douter. Et si les flics avaient raison ? Et si, finalement, cet homme . . . c'était moi ?









Ayant acquis ce roman lors du salon des Halliénnales, J'ai mis du temps avant de le sortir de ma bibliothèque. Ubiquity est un bon thriller. Il réunion un bon nombre d'ingrédient pour vous maintenir éveiller toute une nuit. On y fait la connaissance de Bryan, un avocat qui traîne de nombreux cadavres dans son passé.

Lorsque celui-ci reçoit des menaces et voit sa famille mis en danger par un fou, Bryan comprend tout de suite qu'un ancien client est bien décidé à se venger. Mais la question est de savoir qui est vraiment le danger ? Bryan ne perd-t-il tout simplement pas la tête ? Lorsque de nombreux secrets sont révélés et que son intégrité est mise à mal, Bryan n'a plus qu'une idée en tête : faire la lumière sur tout ce qui lui arrive.

Clairement Ubiquity m'aura tenu en haleine. Lionel Behra signe là un roman très visuel et qui mettra de nombreux lecteurs mal à l'aise face à certaines séquences chocs. Ce roman qui se divise clairement en deux parties m'aura captivée dès le début pour peu à peu me décevoir. On se retrouve donc dans la peau de deux narrateurs bien distincts : Bryan et Lui, l'inconnu, l'étranger qui semble tant savoir de choses sur notre avocat. Entre agression, meurtre, fuite, Bryan voit ses nerfs durement éprouvés, mettant en danger la quiétude de sa famille. 

Je n'ai pas particulièrement apprécié le personnage malgré tout l'empathie que j'éprouvais à son sujet. Parfois, je me disais qu'il avait bien mérité tous les drames qui tournent autour de sa famille, jusqu'à une certaine limite. Certains personnages ne sont que des victimes collatérales d'un grand malade et lorsqu'on découvre les enjeux, on se dit qu'il n'était pas nécessaire d'en arriver jusque là. Mais la fin justifie les moyens et tout le monde le sait. 

Toute la première partie est juste fantastique : palpitante, pleine de rebondissements et de mystères, on essaye tant bien que mal de faire la lumière sur tous ces événements sordides; Et ça, j'ai adoré. Me glisser dans la peau d'un homme traqué, épiée, convoité et dont on tente de voler la moindre parcelle de bonheur. Un régal !

Et soudain, les révélations. Une douche froide. On a l'impression de s'être fait avoir, d'être passé à côté de beaucoup de choses. Je ne m'attendais absolument pas à cela et j'espérais quelque chose de plus "crédible". C'est le jeu et l'auteur a le dernier mot et pour le coup, ces derniers mots ne m'auront pas convaincu malgré tout le plaisir de la découverte des premiers chapitres. 

A vouloir faire original, on peut parfois faire mouche et parfois botter en touche. Ce fut le cas avec ce roman digne des montagnes russes : une montée en puissance fantastique pour une chute vertigineuse qui n'a pas l'effet escompté. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!