lundi 20 juillet 2020

Marche ou crève de Richard Bachman et Stephen King

Sorti en 1989 aux éditions France Loisirs. Edition de 2004
378 pages, horreur


Stephen King sous le pseudo de Richard Bachman. " Il m'a fallu du temps pour comprendre, mais c'est allé plus vite une fois que j'ai surmonté ce blocage mental. Marche ou crève, c'est la morale de cette histoire. Pas plus compliqué. Ce n'est pas une question de force physique, et c'est là que je me suis trompé en m'engageant . Si c'était ça, nous aurions tous une bonne chance. " Ainsi Mc Vries définit-il l'horrible marathon auquel il participe ; marcher le plus longtemps possible, sans jamais s'arrêter, en respectant des cadences. Fautes de quoi, les concurrents de cette longue "longue marche" sont abattus d'une balle dans la tête. Des cent concurrents au départ, il ne restera qu'un seul à l'arrivée qui aura, pour prix de son exploit, la possibilité de posséder tout ce qu'il désire. S'il désire encore quelque chose...




Mon avis :

Stephen King ne se présente plus. Grand maître du suspense horrifique, c'est un auteur majeur de notre époque. Une fois de plus, je me suis laissée prendre au jeu de cette marche infernale qui ne cesse qu'avec la mort.

Je dois bien avouer qu'au début, je me suis beaucoup questionné sur le commencement du roman. On ne sait pas forcément ce qui a amené à ce que cette marche prenne vie et lance tout un groupe d'adolescent sur un chemin dangereux et difficile qui les éprouvera jusqu'au bout. Les personnages sont nombreux, mais j'avoue avoir été parfois un peu perdu pour retrouver qui était qui. En cause, leur surnom, leur histoire évoqué trop rapidement et le fait que le roman soit un peu comme un film muet. Rares sont les personnages qui ont envie de discuter face à cette épreuve sordide.

La lenteur du récit donne le ton sur le temps qui passe lentement pendant que nos héros tentent de s'en sortir et de marcher jusqu'à ce but indéfini. Car comme le titre l'indique c'est marche ou crève au sens littéral ! Nos adolescents vont devoir marcher, sans s'arrêter, pas même pour dormir, manger, uriner ou se reposer. Il faut marcher, encore et toujours, voir ses alliés tomber au combat, s'allonger indéfiniment sur le sol et ne plus se relever. La seule chose qui maintient les autres en vie : ne pas être le prochain à s'endormir à jamais dans le sol boueux.

Marche ou crève prend aux tripes. On est scotché avec notre bouquin attendant de voir qui sera le prochain à tomber et comment Mc Vries va faire pour lutter contre l'horreur qui l'assaille chaque fois qu'un garçon trépasse sous ses yeux. Trouver une manière de manger qui ne nous ralentisse pas, pouvoir somnoler sans risquer de trébucher sous la fatigue et la douleur.

Marche ou crève est une véritable guerre que vont mener nos adolescents afin de survivre face à un oppresseur qui semble pas d'émouvoir de tuer autant d'innocents. Innocents oui, mais finalement ne sont-ils pas tous un peu suicidaires ? Car a plusieurs reprises on sait qu'ils connaissent la Marche et sa finalité et pourtant, ils sont là, prêt à la tenter, prêt à perdre la vie pour une quête désespéré de succès et de gloire.

1 commentaire:

Laisser une trace!