mercredi 6 mai 2020

Le Cycle des âmes déchues, tome 1 : Le Mal en la Demeure de Stéphane Soutoul

Paru en 2010 aux éditions du Petit Caveau
144 pages, fantastique, vampires

Sur les terres reculées du domaine de Kreuzburg, une ombre étend son influence maléfique jusqu'entre les murs du manoir Kraemer. Afin de préserver les siens d'une menace plus funeste encore que la mort, le maître des lieux n'a d'autre recours que demander l'assistance d'experts en vampirisme. En ce crépuscule du XIXe siècle, la famille de Lacarme, un clan issu d'une longue lignée d'érudits en occultisme et surnaturel, fait figure de référence dans la chasse aux nosferatus. Lorsque Gerald de Lacarme arrive en Allemagne, il est cependant loin de se douter de la sombre aventure qui l'attend. Car le mal qu'il est censé combattre rôde déjà dans les couloirs de la demeure, insidieux, impie… Surtout, il y a la belle Marion Kraemer, si mystérieuse, qui lui chavire le cœur à en perdre la raison. Partagé entre ses tendres sentiments et l'importance cruciale de sa mission, le jeune homme va s'immerger dans le plus terrifiant des cauchemars…

Mon avis :

Lien de Le Mal en la demeure sur le site de l'éditeur.

Stéphane Soutoul est un auteur que j'ai découvert il y a des années. Auteur dont je ne loupe quasi aucune publication parce qu'il a l'art de nous proposer des histoires différentes et bien amenées.

Le Mal en la demeure est le premier roman d'un cycle dont je pense les personnages changent pour chacun des opus. Un roman plutôt gothique sur le thème des vampires, thème qui m'est très familier car j'aime cette littérature. Mais pas sous toutes ses formes. Adepte des romans d'Anne Rice et de Morgane Caussarieu, je préfère donc les vampires comme on les représente dans la littérature gothique : violent, sombre, torturé et qui ne parviennent pas à lutter contre leurs pulsions.

Dans ce roman qui n'est pas sans rappeler Dracula sous bien des aspects, on fait la connaissance de Gerald de Lacarme un homme qui connaît l'existence des vampires et qui lutte contre eux tout comme son frère et son père. Dès son arrivée en Allemagne à la demande d'un ami de son père qui a besoin de leur aide, notre héros sent que quelque chose se prépare. Une présence, une aura, appelez cela comme vous voulez mais l'ambiance est pesante et obscur. Et de suite, j'ai été séduite par cet hommage à Dracula dont les similitudes sont légions, mais à mon sens non pas pour copier mais pour montrer son attachement à ce roman si sublime. Car oui, je suis aussi une grande amoureuse du Dracula de Stoker. 

Le Mal en la Demeure est un roman qui se dévore, qui se lit presque d'une traite grâce à un style poétique et tout en finesse. J'avoue que je m'y attendais car je sais que Stéphane aime proposer une plume délicate et succulente qui nous ensorcelle dès les premières pages. Ce roman qui fait parti des rares que je n'avais pas encore lu m'a beaucoup plu. Une histoire de passion, de haine et de danger. Une romance torturée qui ne peut conduire les amants qu'à une mort certaine. Mais voilà cette relation est étrange, lointaine car jamais nos héros ne vont réellement oser succomber au charme de l'autre.

Leur différence est là, que ce soit de par leur classe sociale, leur personnalité ou leur nature. Ils se tournent autour comme dans un ballet incessant pour ne jamais parvenir à se trouver. Gerald n'a qu'une mission en tête : protéger la soeur de Marion d'un mal qu'on ne peut laisser gagner et essayer de ramener Marion à la raison. Mais voilà l'amour d'une soeur est bien plus puissant que tous les sortilèges et c'est avec beaucoup de passion qu'on assiste à leur déchéance.

Le Mal en la demeure m'aura vraiment plu. Plaisir de retrouver la plume de l'auteur, de retrouver une histoire de vampires à l'ancienne, sombre et envoûtante. Il me tarde de me procurer la suite, vraiment !


1 commentaire:

Laisser une trace!