dimanche 26 août 2018

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Année d'édition : 2017
Édition: pocket
Nombre de pages : 672
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : Petit garçon, Dante Torre a survécu à l'enfer de la séquestration. Il enquête désormais sur une vertigineuse affaire d'enlèvements d'enfants. Car son ravisseur sévit toujours...
« Meilleur thriller de l'année 2014 » selon Il Corriere della Sera, Tu tueras le Père est un véritable best-seller en Italie, vendu dans plus de dix pays et bientôt adapté en série TV.

Sous un soleil de plomb, un homme court, désorienté, le long d'une route qui mène à Rome. Luca, son jeune fils, a disparu lors d'un pique-nique familial dans le Pratoni del Vivaro, un parc naturel à quelques kilomètres de là. Les enquêteurs dépêchés sur place découvrent bientôt la mère dans une clairière, décapitée. Ils pensent que c'est lui, le mari, qui dans les affres d'une dispute conjugale, a tué son fils, puis caché le corps. Mais où ? Aucune trace de l'enfant, nulle part. Quand Colomba Caselli arrive sur les lieux de la reconstitution, elle comprend immédiatement que quelque chose ne tourne pas rond... Colomba a trente-deux ans et des yeux d'un vert changeant. Elle est belle, instinctive, physique, mais elle n'est plus en service. Elle a pris un congé à durée indéterminée après avoir assisté, impuissante, à un événement tragique qu'elle nomme avec pudeur « Le Désastre » ; et qui l'a laissée très fragile. Cependant, même retirée de la vie policière, elle ne peut cesser d'être un flic et l'un des meilleurs. Le commissaire Rovere, son ex-patron, le sait : il lui demande comme une faveur de mener l'enquête pour lui, en toute discrétion, et d'aller consulter un expert du rapt et de la maltraitance infantile, Dante Torre, surnommé « l'enfant du silo ». Avec son allure de Bowie punk, maigre et toujours vêtu de noir, complètement phobique, dépendant, obsessionnel et paranoïaque, Dante a une approche très personnelle de son travail. Et pour cause : il a été enlevé lorsqu'il était un tout jeune garçon. Pendant onze ans, il a grandi dans l'exiguïté d'un silo à grains avec pour seul contact avec le monde extérieur un mystérieux individu qu'il appelle « Le Père ». À présent, l'enquête de Colomba le confronte à son pire cauchemar. Car, derrière la disparition du petit Luca, Dante reconnaît très vite la signature de ce « Père » jamais identifié, jamais arrêté. Mais si tel est le cas, pourquoi son geôlier aurait-il décidé de frapper à nouveau ? Et pourquoi tant d'années plus tard ? Colomba s'interroge : peut-elle vraiment se fier à son partenaire ? Ou bien Dante l'entraine-t-il, malgré elle, dans l'enfer d'une chasse aux fantômes ? Entre flashback, machinations et course contre la montre, Sandrone Dazieri construit un magnifique thriller qui plonge le lecteur dans un crescendo constant d'adrénaline.

Mon avis :

Quand ce roman est sorti, il m'avait fait de l'oeil. Mais je n'y avais plus trop pensé jusqu'à sa sortie en format poche suivie de la suite Tu tueras l'ange. Alors à la sortie de la suite en format poche, je n'ai pas pu m'empêcher de me plonger dans ce roman pour enfin découvrir un auteur dont on parle énormément en bien.

J'en suis sortie toute chamboulé parce que malgré une histoire de disparition qui semble commencer de manières on ne peut plus classique, Tu tueras le père propose quelque chose qui va bien au delà de tout ce que j'avais pu imaginer. Si on débute avec une disparition, un meurtre et un coupable tout désigné, très vite, les personnages principaux nous font comprendre que les événements qui se déroulent sous nos yeux ne sont pas que ça. 

Dans tu tueras le père, on fait la connaissance de Colomba, un commissaire qui a un instinct incroyable. La jeune femme n'hésite pas à se mettre en danger et à mettre sa carrière en danger si elle est certaine de comprendre une enquête à sa manière. Colomba ne voit pas dans cette affaire un simple enlèvement et un meurtre classique. Un enfant disparu, sa mère assassinée et voilà qu'on trouve dans le père le suspect idéal. Trop facile ? En effet, et Colomba va très vite se tourner vers Dante, un homme capable de retrouver toutes les personnes disparus. Un génie de la résolution d'affaire troublante. Et pour cause, Dante n'est pas un homme comme les autres. Kidnappé enfant et maintenu captif dans un silo, Dante n'a pu en sortir que par miracle. Depuis, les stigmates de sa captivité en ont fait un homme étrange et qui met les autres mal à l'aise. Il a pu étudier le comportement humain depuis sa geôle et n'hésite pas à s'en servir pour retrouver des gens disparus.

Ce qui m'a beaucoup emballé en plus d'un duo improbable et très attachants, c'est la facilité avec laquelle l'auteur nous trimballe d'une possibilité à une autre. On se retrouve pris dans les filets d'une intrigue digne des meilleurs thriller avec son lot de surprises et de rebondissements. Le père, cet homme qu'on ne parvient pas à identifier et dont on doute encore de l'existence mettra un rude bordel dans l'enquête de notre binôme. 

Enfant envolé ? Assassiné ? Destiné à servir à des fins scientifiques ? Jusqu'au dernier quart du roman on se pose mille et une question et on hésite à croire ce qu'avance nos héros parce que non seulement cela paraît improbable, mais en plus cela confirmerait certaines conspirations émises par d'autres acteurs du roman. 

Vraiment, j'ai passé un moment surprenant, et j'ai bouffé ce gros pavé comme pas possible, m'en voulant même de ne pas m'être jeté dessus dès sa sortie !

3 commentaires:

  1. Ah, je le note pour offrir à une copine fan de thriller (en espérant qu'elle ne l'a pas déjà lu...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis en pleine lecture de la suite... tout aussi excellent! Un auteur de talent !

      Supprimer
    2. Génial, c'est bon à savoir !
      Par contre, je t'avoue que je ne sais pas comment tâter le terrain avec discrétion pour savoir si ma copine a déjà lu le premier ou non... :))
      (bah, je tenterai et on verra bien)

      Supprimer

Laisser une trace!