lundi 11 juin 2018

Embruns de Louise Mey

Année d'édition :  2017
Edition :  Fleuve edition
Nombre de pages :  336
Public visé : Adulte 
Quatrième de couverture : 
Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice. 
Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d'authenticité, d'équité, d'optimisme. Les Moreau – c'est leur nom – ne perdent pas une miette de leur existence. Ils sont insupportablement vivants. 
Et comme le veut l'adage, les chiens ne font pas des chats : Marion et Bastien sont les dignes héritiers de leurs parents. Ils ne les décevront pas. 
Pour l'heure, tous les quatre se sont réfugiés le temps du pont du 14 Juillet sur une île de Bretagne. Un coin de paradis si prisé qu'il est impossible d'y séjourner sans passe-droit. Mais, même l'espace d'un week-end, impossible n'est pas Moreau. 
Seulement, quand au retour d'une balade Béa, Chris et Bastien trouvent la maison vide, la parenthèse enchantée prend soudain l'allure d'un huis clos angoissant. La petite île, devenue terrain boueux d'une battue sous la pluie pour retrouver Marion, va révéler un autre visage : celui d'une étendue de terre entourée d'eau où vit une poignée d'individus soudés comme des frères et aguerris aux tempêtes.

Mon avis :

Embruns sur le site de l'éditeur

Et encore un thriller efficace qui aura rempli son rôle : me divertir et me surprendre. Construit de manière assez subtil, on va faire la connaissance d'une famille pour qui tout semble aller pour le mieux. En vacance sur une petite île, ils tentent de profiter d'être ensemble pour se retrouver et se détendre. Mais très vite les autres habitants leur semble étrange, un peu hostile et on commence à se poser mille et une question sur le cheminement. Mais où nous emmène l'auteur ?

Au début, on aura du mal à comprendre pourquoi ce roman est classé en thriller, mais plus on avance dans cette histoire idyllique plus on comprend qu'un piège se referme sur nous. La psychologie des personnages est faite de telles sortes qu'on se prend vite d'affection pour notre famille même si on sent que quelque chose détonne les concernant. Trop beaux ? Trop parfaits ? Les moreau n'ont pas fini de nous surprendre.

Embruns nous embarque dans un petit voyage paisible où ils fait bon vivre en famille. Chacun apporte son soutien aux autres et tout semble se dérouler dans le meilleur des mondes. Jusqu'à ce moment fatidique où Marion disparaît sans laisser de traces. Toujours aussi soudé les Moreau vont alors tout mettre en oeuvre pour la retrouver et ne pas s'encombrer des habitants de l'île qui vont vouloir leur apporter leur aide. Et c'est ce changement de tempérament que j'ai adoré. On passe de villageois calme et docile à des gens prêts à tout pour montrer leur colère lorsque l'un des leurs est la cible de quelqu'un de dangereux. On passe d'une famille aimante et chaleureuse à de véritables chasseurs prêts à tout détruire pour protéger sa chair et son sang. Quel contraste !

Autant le dire de suite j'ai été complètement surprise par l'histoire et sa fin. Si cela commence comme une douce mélodie, cela se termine vite dans un chant funèbre. De surprises en surprises, embruns nous malmène avec plaisir et nous entraîne dans un tourbillon de révélations toutes plus sombres les unes que les autres. Ne m'attendant pas du tout à cela, la surprise fut totale et j'ai été ravie de me lancer dans cette lecture que je recommande vivement !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!