dimanche 9 juillet 2017

Underground de S.L. Grey


Année d'édition : 2017
Edition : Fleuve (Outrefleuve)
Nombre de pages : 398 pages
Public visé : Adulte 
Quatrième de couverture : 
Suite à l’apparition d’un mystérieux virus et à l’explosion d’une fulgurante épidémie, le monde entier a plongé dans le chaos. Mais un petit groupe d’individus s’est préparé à ce cataclysme. Transportant le strict nécessaire, ils se dirigent vers le Sanctuaire, un luxueux complexe souterrain de survie et d’autosuffisance.
Parmi eux, se trouvent James et Vicky, couple de cadres richissime, converti aux théories « survivalistes ». Il y a aussi la famille Guthrie, dont le père, fervent républicain et fan d'armes à feu, supporte mal la présence dans leur groupe du jeune Jae-lin - et son ascendance asiatique. Et puis il y a la très attirante baby-sitter Caity, amenée dans ce bunker contre sa volonté, en compagnie de son employeur et de Sarita, la fille de ce dernier.
Chacun a ses propres motivations. Ils ne se connaissent pas, sont issus de milieux différents et ne partagent pas les mêmes croyances. Et ils cachent tous des secrets. La seule chose qu’ils ont en commun : ils sont prêts à tout pour survivre.
Les portes se referment sur eux, verrouillées et sécurisées par un code, connu d’un seul homme. Ils se trouvent dans le refuge le plus sûr au monde. Aucune raison pour que les choses tournent mal. Jusqu’à ce qu’un corps soit découvert dans le bunker…

Mon avis :


Tandis qu'un virus mortel s'abat sur l'Asie, les autres continents tentent tant bien que mal d'empêcher l'épidémie de les atteindre. Mais pour certains, ce n'est guère suffisant et c'est dans un bunker souterrain que plusieurs familles ont décidé de passer quelques jours, semaines afin d'en réchapper. Des survivalistes prêt à tout pour survivre aux épidémies et à prouver qu'ils avaient raison depuis le début. Underground nous propose de suivre plusieurs familles installées dans un grand complexe souterrain. Les tensions sont palpables dès le début et le racisme ne fait qu'empirer les choses.


Le roman est très angoissant et étouffant dans le sens où c'est un huis clos particulièrement addictif et mené tambour battant par une plume vraiment addictive et énergique. On ne s'ennuie jamais, les événements même s'ils ne sont pas forcément très rocambolesques apportent leur lot de surprise et de questionnement sur l'Homme et la manière dont il se prépare à affronter des événements dangereux et fulgurants.

Les personnages sont intéressants et tellement différents qu'ils ne perçoivent pas les événements de la même façon. Entre ceux qui s'investissent à fond et ceux qui préfèrent rester en retrait. Ceux qui n'ont confiance en personne et qui sont individualistes et ceux qui au contraire cherchent à rendre le séjour agréable, chacun tente de trouver sa place dans le Bunker... Mais rien ne sera de tout repos et jusqu'aux dernières pages, on sera sans cesse dans cette tension constante. Quand la porte se bloque, qu'un corps est retrouvé, très vite on comprend que les choses tournent au vinaigre et on espère que certains personnages s'en sortiront mieux que d'autres.

Sans forcément révolutionner le genre apocalyptique, Underground est un bon roman qui a le mérite d'être efficace et bien tourner. A découvrir.

Les plus :
- Les personnages
- L'histoire

Les moins :
- Parfois un peu lent dans la construction du récit

2 commentaires:

Laisser une trace!