lundi 3 avril 2017

Tout le monde te haïra d'Alexis Aubenque

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai lu
Nombre de pages : 445 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
En Alaska, la ruée vers l'horreur a commencé.

White Forest, petite ville côtière du sud de l'Alaska, est en émoi. Pris dans les glaces, un navire ayant sombré en 1920 vient d'être découvert. Les corps des marins en ont été extraits, mais manquent à l'appel ceux d'une centaine d'orphelins...
C'est dans cette étrange atmosphère que débarque Alice Lewis, avec l'espoir de retrouver sa sœur disparue. Elle engage aussitôt un ancien flic au passé trouble devenu détective privé, Nimrod Russell.
De l'autre côté de la ville, la lieutenante Tracy Bradshaw récupère une sordide affaire : pendu par les pieds dans sa grange, un notable a été éventré à l'aide d'un hakapik, l'arme inuit servant à abattre les phoques.
Envers, et surtout contre tous, les deux ex-coéquipiers, Tracy et Nimrod, vont devoir travailler ensemble alors que plane sur eux l'ombre des enfants disparus.

Mon avis :

Avec une couverture et un titre pareil, je ne pouvais passer à côté de ce roman. J'ai déjà vu passer de nombreux avis sur les différents romans de l'auteur et en général c'était très positif. Me concernant, j'avoue avoir été séduite par les 3/4 du romans, mais sur la fin ce fut la douche froide. J'étais un peu en mode : tout ça pour ça ?

Je m'explique. Tout commence avec la découverte d'un corps éventré. Un homme en apparence normal et sans ennemi trop virulent. Mais le coupable semble avoir eu une dent contre lui et le lui a clairement fait comprendre en l'éventrant comme un animal à l'aide d'une arme inuit. Forcément, tous les regard vont se porter vers la communauté inuit alors que rien n'indique qu'ils ne soient les responsables de ce carnage. 

Entre temps, on fait la connaissance d'Alice Lewis qui cherche sa demi-sœur, disparue depuis un mois. Si tout le monde évoque le fait qu'elle soit partie rejoindre son amant, Alice en doute et même si elle n'a découvert que depuis peu l'existence de sa sœur, elle reste certaine que celle-ci n'aurait pas coupé les ponts avec son fils pour une amourette. Mais voilà, personne n'écoute Alice, beaucoup la prennent pour une hystérique et on évite de trop s'approcher des affaires du fils du maire. C'est dans ce contexte que les choses se déroulent pendant qu'en même temps, un navire transportant beaucoup de cadavres congelés depuis des années a refait surface en partie à cause du réchauffement climatique. Un mystère que beaucoup tentent d'éclaircir, à leurs risques et périls.

Niveau lecture, je n'ai eu aucun souci à me plonger et dans l'ambiance et dans la plume de l'auteur. Ça se lit rapidement et on y prend du plaisir. C'est assez rapide, il y a du rythme et on arrive facilement à s'imaginer et les personnages et les décors et actions. Point de souci donc pour se sentir à l'aise dans l'univers et ressentir de l'intérêt pour les héros. Très vite, on a envie d'en apprendre davantage sur leur parcours personnel, leur histoire et leur inspiration. Que veulent-ils ? Pourquoi en sont-ils là ? Prenons l'exemple d'Alice, jeune citadine qui reste certaine qu'il est arrivé malheur à sa sœur. Elle le sent et décide d'engager un détective privé pour prouver à tous que non, elle n'est pas folle. Alors oui on peut se demander pourquoi tant d'acharnement de sa part, surtout qu'elle ne connait sa demi-sœur que depuis quelques mois.  Alors oui, finalement, que sa sœur soit partie avec un amant, ou qu'elle soit morte, ça ne lui changera rien de sa vie, du coup on est là à se demander si ce n'est pas juste une façon de rendre sa vie un peu plus palpitante en cherchant une histoire dramatique là où elle pense la trouver. Pour autant, j'ai aimé toute cette partie du roman qui donne une dimension assez humaine et palpitante à l'intrigue. (ou plutôt aux intrigues). Le détective privé, Nimrod, ancien collègue de l'autre grande héroïne du roman, Tracy, va tout mettre en œuvre pour retrouver la dite sœur disparue.  Et il ne lésine pas sur les moyens !

Entre temps donc, il y a Tracy, une lieutenante qui ne mâche pas ses mots et qui possède une vie de famille épanouissante si ce n'était les troubles de son petit garçon qui a des problèmes comportementaux pendant la nuit. Problèmes qui ne sont pas forcément résolus en fin de lecture, et qui n'apporte rien à l'intrigue principale. Cela permet, je trouve, de mieux s'attacher à notre héroïne qui n'a rien d'une machine de guerre et montre à plusieurs reprises son côté très humain. (C'est devenu un peu trop répétitif les flics super forte et courageuse qui ressemblent davantage à des rambo féminine qu'à de vrais nanas qui pourraient exister dans la vie réelle.). Tracy enquête donc sur un meurtre sordide qui va mettre en lumière beaucoup de choses qui auraient dû rester cacher au fond d'une boite : la vie sexuelle très particulière et bestiale d'un tas de membres de l'élite de la ville. L'enquête avance à son rythme, évaluation des preuves matérielles, enquête de voisinage, interrogation des suspects potentiels, tout y passe et on a là une vraie dynamique policière. Seulement, on a du mal à penser que les enquêtes de Tracy et de Nimrod puissent être liées. 

Plus j'avançais dans ma lecture, plus j'étais conquise. Rien n'est finalement laissé au hasard et on se pose aussi beaucoup de question sur les passages qui mettent en scène un jeune héros : Vassili. Et c'est là où j'avoue que l'auteur m'a un peu perdu. Ces passages très sombres et violents n'apportent pas grand chose à l'histoire si ce n'est expliquer la vie du jeune garçon et son dur labeur de chaque jour. Oui, il existe un lien entre toutes ses histoires, mais finalement j'ai eu la sensation d'un trop plein d'émotions pour finir sur un dénouement peu satisfaisant. 

Peut-être parce que Vassili semble avoir un rôle important et qu'on veut bien nous faire comprendre l'horreur de la situation, mais je pense que sans cela, oui j'aurais trouvé le dénouement écoeurant et à gerber. Insister de la sorte avec des passages qui perdent un peu le lecteur puisque font penser à un retour dans le passé, m'aura un peu moins plu. 

En bref, Tout le monde te haïra reste un bon thriller. On ne s'ennuie pas, les événements sont rapides et s'enchaînent et l'auteur apporte beaucoup de psychologies et de crédibilité à ses personnages. Nul doute que je relirais l'auteur dès que l'occasion se présentera.

Vous y trouverez :
- Plusieurs enquêtes, plusieurs cadavres
- Des héros attachants et différents
- Une sombre histoire qui pourrait vous donner la nausée.

Vous n'y trouverez pas :
- De super-homme.
- De romance     

 

  

 

3 commentaires:

  1. Étant fan de thriller j'avoue qu'il me tente quand même bien et que ta chronique donne malgré tout très envie et j'ai toujours eu envie de découvrir cette auteur et la couverture est magnifique. Mais bon si la fin est décevante c'est dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas qu'elle soit décevante, c'est simplement que j'ai trouvé ça "trop" et c'est tombé comme un soufflet me concernant. ^^ mais il a énormément plu, et je le comprends, j'ai quand même passé un chouette moment ^^

      Supprimer
  2. ah, justement je me disais "tiens j'ai jamais lu du Alexis Aubenque" mais si ça tombe comme un soufflet à la fin ça me tente moins ...
    "ps" j'ai pour habitude sur mon blog de ne parler presque toujours des bouquins que j'ai aimé alors j'ai tendance dans un premier temps à penser que tout le monde fait pareil, oups

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!