mercredi 20 avril 2016

la 2CV verte de Manu Causse

Année d'édition : 2016
Edition : denoel
Nombre de pages : 300
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Isaac est un petit garçon vide. Un corps, des yeux, mais rien à l'intérieur. Il ne parle pas - sauf quand il hurle. Ses parents se sont détruits peu à peu à coups d'amertume et de culpabilité.

Éric, le père, est épuisé et désemparé. Jusqu'au jour où il hérite d'une vieille 2 CV - une 2 CV verte. Et quand Isaac la voit, quelque chose change. Tout s'emballe : le père décide d'enlever son fils de la clinique et de partir à l'aventure au volant de la 2 CV. Aidés par une adolescente lunatique, traqués par un gendarme amateur de champignons et accompagnés d'un chaton bavard et arrogant, le père et le fils nous plongent dans un conte initiatique tendre et loufoque.

Mon avis :
 
Eric est un homme fatigué et à la dérive. Son fils est malade de l'esprit et ne semble pas prêt à changer. Muet, l'enfant ne l'est pas non, c'est juste qu'il refuse de parler et qu'il ne se rend pas compte des gens qui l'entourent. Ses parents ont divorcé et l'enfant passe son temps dans un institut spécialisé où on tente de l'aider à aller mieux. Eric, lui, prend le temps de rendre visite à son fils et de l'emmener au parc pour lui changer les idées et parce que malgré tout, il aime son enfant, même si ce dernier est différent. Et lorsqu'Eric hérite d'une maison et d'une 2CV verte très particulière à ses yeux, il décide d'emmener son fils avec lui sans but particulier. Mais la mère d'Isaac remue ciel et terre pour retrouver son fils et faire arrêter son ex-mari.

Ce fut assez particulier avec ce roman. Je l'avais commencé pour le reposer ensuite avant de le reprendre plusieurs jours après. La cause ? Le style de l'auteur très particulier. Il ne prend parti pour aucun personnage et garde toujours un air complètement détaché vis à vis des situations qu'il décrit. Les personnages sont d'ailleurs plus souvent évoqués via un détail que par leur prénom : l'Enfant, le Brigadier, le Chat, le Père... Du coup, au début, cela m'a beaucoup surprise parce que j'attendais autre chose. Mais au fur et à mesure, on finit par s'y faire et par ne plus pouvoir cesser notre lecture pour enfin voir l dénouement que choisi l'auteur. J'étais d'ailleurs persuadée que tout allait très mal se finir devant certains détails semés ici et là.

Déjà dès le début, on se sent pris de compassion pour Isaac, ce jeune garçon qui semble n'avoir aucune émotion et aussi vide qu'une coquille. Il ne parle pas, ne réagit pas et semble totalement inconscient de ce qui l'entoure. A aucun moment il ne va réellement agir ou donner son opinion, il ne fera que suivre son père sans jamais se soucier de son état. C'est un enfant vide et triste que l'on apprend à découvrir sans jamais parvenir à le comprendre.

D'autres personnages viennent tenter d'égayer légèrement le roman. Eric, le père qui s'enfuit avec son fils pour on ne sait quelle raison obscure surtout que son ex épouse laisse penser à plusieurs reprises qu'il est dangereux. On va également faire la connaissance d'un vieil homme et d'un chat, mort tous les deux et dont les esprits suivent nos héros pendant leur périple. Le Brigadier est aussi un drôle de personnage qui suit son instinct et va faire preuve d'humanité et de lassitude selon son interlocuteur.

Il y a très peu d'actions dans ce roman, c'est davantage le lien entre un homme déjà blessé par la vie et son fils malade qui vont tenter de se retrouver grâce à des rencontres pour le moins surprenantes. J'ai passé un bon moment de lecture malgré un début difficile, peut-être aussi parce que je ne lis que très rarement des romans contemporains, mais celui-ci pour une raison que j'ignore me faisait très envie et finalement même si je ne suis pas séduite à 100%, je ne regrette pas de l'avoir découvert.

C'est une histoire touchante, un peu dure par moment surtout face au ton si détaché de l'auteur et aux dialogues entre les esprits qui n'hésitent pas à donner leur avis sur tout ce à quoi ils assistent.

A lire si :
  • vous aimez les tons détachés et qui ne prend pas parti
  • Vous ne chercher pas un roman avec beaucoup d'action
  • Vous avez l'habitude de lire du contemporain
A eviter si
  • Vous n'aimez pas les romans contemporains
  • Les plumes poétiques et le ton détaché ne vous conviennent pas
  • Vous cherchez de l'action et à comprendre absolument tout ce qu'il se passe dans un roman

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!