dimanche 27 mars 2016

La patience du diable de Maxime Chattam

Année d'édition : 2015
Edition : Pocket
Nombre de pages : 570
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ? Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue… Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse… Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

 
Mon avis :
 
Ludivine Vancker est lieutenant à la section de recherches de Paris. Femme solitaire et très courageuse, elle est appelé en renfort avec son équipe pour un go fast. Lorsqu'ils finissent par arrêter les délinquants, ils découvrent avec horreur que ce n'est pas de la drogue qui est transporté, mais de la peau humaine soigneusement conservé. Pour eux, nul doute qu'ils ont affaire à un dépeceur minutieux. En même temps, deux jeunes adolescents abattent froidement les passagers d'un train, avant de se suicider tous les deux. Et lorsque Ludivine et son coéquipier tombe sur un autre cadavre, ils comprennent que les gens perdent peu à peu les pédales et commentent des attentats un peu partout dans Paris.
 
J'avais déjà eu l'occasion de lire un roman de Maxime Chattam, mais dans un tout autre registre avec l'autre monde. (beaucoup plus jeunesse donc). Du coup, le découvrir dans un registre plus adulte et plus sombre m'a beaucoup plu, parce que c'est certain qu'après une telle lecture, je me pencherais sur ses autres écrits sans hésiter. La patience du diable c'est un thriller comme je les aime. C'est violent, les descriptions sont très détaillées et l'héroïne est une écorchée vive. Le tout servi avec une bonne plume très accrocheuse, et on ne voit pas le temps passer !
 
Dès le prologue, on est mis face à une violence extrême. Deux adolescents tuent sans pitié les passagers d'un train sans aucune émotion et avec une coordination effrayante. Un attentat qui n'est pas sans rappeler les événements de ces derniers mois/jours et qui donne une toute autre dimension à notre lecture. Et soudain, tandis qu'on aimerait se reposer de cet événement, notre héroïne va appréhender des dealeurs lors d'un sacré go fast. Mais ce n'est pas de la drogue qu'ils s'apprêtent à marchander, mais bien de la peau humaine et là on se dit qu'il ne peut pas y avoir pire. Et bien c'est là où on se trompe. Le mal est mis au centre du roman et poussé à son paroxysme avec des séquences qui font froid dans le dos. Les attentats et meurtres se multiplient et jusqu'au bout on se demande si le diable est bien derrière tout ça ou si ce n'est pas finalement un homme qui se prend pour un être supérieur et donc n'a aucune pitié et compassion à l'égard de ses victimes.
Ludivine n'en fera qu'à sa tête et jusqu'à la dernière page, on sent qu'elle est impliquée dans son enquête, trop peut-être au point de parfois foncer tête baissée dans des pièges pourtant grossier puisque j'ai très vite deviné l'identité du coupable. Pourtant les fausses pistes sont présentes, nos héros se perdent et doutent et lorsqu'ils pensent avoir trouvé le responsable, ils se rendent compte que non, ils se sont fait berner. Les tueurs sont multiples, des hommes fragiles psychologiquement, qu'il est facile de manipuler pour leur faire faire ce qu'on souhaite et certains attentats sont ultra violent (je pense au cinéma ou au centre commercial, mais rien ne vaudra le kidnapping des enfants !).
J'ai donc été vraiment surprise par ce roman et je ne comprend pas pourquoi je n'ai pas découvert l'auteur plus tôt surtout que plusieurs romans trainent dans ma pal depuis des mois ! La patience du diable est donc un très bon thriller, bien mené, mais réservé aux âmes non sensibles surtout à notre époque où le terrorisme n'a jamais été aussi effrayant. J'ai aussi apprécié l'héroïne qui suit ses convictions, mais parfois elle m'a beaucoup agacée, j'aurais aimé qu'elle réfléchisse davantage surtout vers la fin où elle n'en fera qu'à sa tête sans se douter un seul instant qu'un piège se referme sur elle et que pendant ce temps-là son coéquipier a plus que jamais besoin d'elle.
Un bon thriller que j'ai dévoré et qui m'a plu du début à la fin, même si quelques petits détails m'auront un peu chagriné.
A lire si :
- vous aimez les thrillers sombres et violents où les tueurs commentent de véritables carnages.
- vous voulez une héroïne sombre, têtue et qui ne vit que pour son boulot
A évitez si :
- vous êtes sensibles
- vous cherchez un peu de romance ou une lueur d'espoir. 
  

2 commentaires:

  1. Je suis très fan de Chattam : mes préférés sont sa première trilogie sur le mal, le 5ème règne et l'univers d'Autre Monde. J'espère que tu auras l'occasion de découvrir tous ces romans !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis une grande fan de Maxime Chattam et l'ai déjà rencontré deux fois !!! Il a un univers vraiment sombre et gore que j'adore, il ne laisse aucun espoir, donc si tu as aimé celui là je te conseille vivement les autres !! Mes préférés sont La trilogie du mal, Prédateurs, Que ta volonté soit faite (même s'il est assez différent des autres) :)

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!