mercredi 8 avril 2015

Révélée de Renee Knight

Année d'édition : 2015 (avril)
Edition : fleuve edition
Nombre de pages : 349
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Catherine ne sait plus comment ce livre lui est parvenu, mais depuis qu’elle l’a commencé, elle ne dort plus. Angoissée, obsédée par cette lecture, elle ne parvient pourtant pas à la terminer, terrifiée par ce que la fin pourrait révéler. Car le personnage de ce livre, c’est elle. Elle en est convaincue. Et l’auteur, E. J. Preston, y expose un secret qu’aucune personne vivante n’est censée connaître. Derrière ce pseudonyme, se cache Stephen Brigstocke. Cet ancien professeur voit sa vie déraper doucement et sûrement depuis le décès de son épouse. Jusqu’au moment où il découvre dans les affaires de celle-ci les photos d’une femme sur une plage et posant nue dans une chambre d’hôtel. Stephen n’a alors plus qu’un but : voir sombrer celle qu’il juge être la source de son malheur…


Mon avis :

Catherine est une femme apparemment sans histoire. Mère et épouse apparemment comblée, il semble y avoir un fossé entre son fils et elle qui pourtant s'entend très bien avec Robert son époux. Mais lorsqu'elle tombe sur un roman qu'elle ne se souvient pas avoir reçu ou acheté, elle tombe des nues. Ce roman décrit avec précision un secret qu'elle cache aux siens depuis des années. Un secret tellement difficile à porter que depuis le début de la lecture de ce roman, elle ne trouve plus le sommeil. Ce roman c'est son histoire et Catherine fera tout son possible pour découvrir qui en est l'auteur et ce qu'il lui veut.

Révélée me tentait dès l'annonce de sa parution (le 9 avril). La couverture n'est pas étrangère à mon envie de découvrir ce roman, mais force est de constater que je n'ai pas ressentie ce que j'attendais pendant ma lecture. Le style de l'auteur est très agréable. On lit ce roman sous deux visions différente : Stephen et sa découverte du secret de sa femme défunte et Catherine, la victime, celle qui verra son univers basculer à cause de Stephen. Victime? Pas si sûre et c'est tout l'intérêt de l'intrigue où on va creuser le passé de notre héroïne.

D'emblée, j'ai eu du mal avec Catherine. On la sent coupable de quelque chose qui la torture. Faisant preuve d'une certaine forme d'égoïsme ou pour ne pas perdre l'image qu'elle se donne, elle joue un double jeu avec son époux. Lui faisant croire que tout va pour le mieux, alors que c'est faux. Elle ne dort plus, a du mal à manger correctement, torturé qu'est son esprit par un acte du passé qui revient la tourmenter. Le lecteur se creuse les méninges et s'aident des petits détails donnés pour tenter de percer le secret. On s'attend à quelque chose de violent et de complètement fou. Catherine est à son tour la victime, mais était-ce le cas des années plus tôt ? 

On reste dans une espèce de brouillard étrange du début jusqu'à plus de la moitié du roman. On compatit de la peur de Catherine face à cet inconnu qui en sait beaucoup trop sur elle. Cherche-t-il à lui nuire plus dangereusement ? Veut-il simplement sa mort purement et simplement? L'héroïne commence à avoir peur de juste mettre le nez dehors, s'imaginant mille et un scénario concernant sa propre mort. L'absence de lien affectif avec son propre fils ne va pas l'aider, surtout lorsqu'elle découvre avec horreur que son propre fils a lu le roman, sans faire le rapprochement. 

Et puis il y a l'autre. L'espion, cet homme qui surveille Catherine et savoure de la voir paniquer devant la lecture du roman. Il a besoin de se venger, de lui faire payer ce qu'il a découvert lorsque son épouse est morte. Stephen est un homme blessé, seul et qui n'a plus qu'un but avant de mourir, faire chèrement payer à Catherine le mal qu'elle a commis malgré elle. J'attendais vraiment de découvrir quelqu'un de plus sadique et de plus malsain surtout lorsqu'on découvre enfin ce qui lie ces deux personnages qui n'auraient jamais dû se rencontrer.

Principal souci donc, j'ai manqué de compassion vis à vis de Catherine. J'ai même pensé que c'était mérité, qu'elle aurait dû agir plus tôt au lieu de taire un tel drame. Mais on la sent très faible, ce n'est pas forcément de sa faute, l'absence d'un être aimé peut conduire à fauter, enfin j'imagine, ou pas. Le lien qui unit nos deux personnages n'a hélas pas totalement su me convaincre. J'ai eu du mal à imaginer les événements décrit et même si je dois bien admettre que le suspens est à son comble, je n'ai pas été totalement séduite par l'ouvrage.

Nul doute cependant qu'il trouvera ses lecteurs, mais pour ma part entre les personnages qui ne m'ont fait ni chaud ni froid et le lien qui les unit, j'avoue avoir été un peu déçue de ma lecture. J'attendais quelque chose de plus sombre, plus noire, mais pour le coup, le roman met beaucoup trop de temps à démarrer, faisant que si vous ne dépassez pas les cent premières pages, vous pourriez passer à côté de quelque chose d'étonnant... ou pas !

En bref, Révélée est totalement le genre de roman qui passe ou qui casse. C'est une question de goût et de perception des choses. Pour ma part, j'ai trouvé Catherine détestable et j'avoue avoir jubilé des misères qu'elle subit peu à peu... je sais, c'est mal !


Je croque légèrement dans ce livre : Sympathique, mais finalement pas ma tasse de thé.

2 commentaires:

  1. Intéressante chronique qui me laisse entrevoir que ce livre ne me plairait pas plus que ça ! Je passe donc mon tour pour celui-ci ^^ Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour le coup c'est vraiment une question de goût ^^

      Supprimer

Laisser une trace!