mardi 20 janvier 2015

Nos étoiles contraires de John Green

Année d'édition : 2013
Edition : Nathan Jeunesse
Nombre de pages :
Public visé : Les deux
Quatrième de couverture :

Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie.
Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.
Mon avis :
Hazel est une adolescente de seize ans atteinte d'un cancer. La maladie ne semble pas vouloir s'estomper et la jeune fille sait qu'elle finira tôt ou tard par en mourir. Si ses parents tentent de la faire vivre comme une ado quasi normale, il faut bien avouer qu'elle ne passe pas inaperçue avec sa bombonne d'oxygène ! Tandis que sa mère la pousse à se rendre à un groupe de soutien, Hazel fait la connaissance d'Augustus, un garçon en rémission et qui s'avère être atypique de par son caractère. Très vite, il semble intéressé par la jeune fille et lui propose de se voir en dehors des réunions.
J'ai ce livre dans ma PAL depuis des mois, une année même je pense, mais je n'avais jamais trouvé l'envie de le lire, de peur de ne pas apprécier autant que ce que j'ai pu voir sur la toile. Les drames et romans contemporains ne sont pas forcément ma tasse de thé alors que je dois bien admettre que parfois, sortir du registre de la SFFF ça a du bon et que désormais je sais que certains succès sont mérités. 
Nos étoiles contraires m'a plu et m'a transportée. Certes, je n'ai pas eu de coup de coeur tout simplement parce que je n'ai pas ressenti les émotions voulues. (Alors que je les ressens avec ma lecture actuelle : le fou et l'assassin !). On découvre donc une jeune fille, Hazel, atteinte d'un cancer et qui ne semble pas réussir à guérir malgré tous les traitements expérimentaux qu'elle ait pu prendre. Pour autant, elle ne se laisse pas forcément abattre et va tenter de garder une vie normale pour elle, mais aussi pour ses parents qui l'entourent énormément. Le début m'a mise dans le bain de suite et j'ai beaucoup apprécié Hazel et son tempérament. Elle ne mâche pas ses mots, elle est drôle et intelligente. J'avais d'ailleurs peur que la rencontre avec Gus change tout, mais non, pas du tout.
Gus, c'est un peu un séducteur, un beau jeune homme qui lui a survécu à un cancer malgré la jambe qu'il lui manque et qui est remplacé par une prothèse. Il va très vite s'intéresser à notre héroïne et on comprendra plus tard pourquoi. ( J'étais sceptique au départ lorsqu'il l'aborde aussi rapidement pour aller chez lui regarder un film !). Pourtant, très vite, ils vont parfaitement se compléter. Leur relation est lente à se mettre en route, mais elle est magique. Ils vont d'abord apprendre à se connaître, finir par vraiment s'apprécier et enfin devenir un couple. Et pour le coup, j'ai trouvé la romance intelligente et bien employée. On ne tombe pas dans la mièvrerie, cela reste classe et discret puisque de toute façon nos héros sont malades et donc n'ont pas que ça à faire de s'embrasser et de se disputer à toutes les pages.
Cependant, ce roman ne se résume pas à une amourette entre deux adolescents, fort heureusement. On va y suivre la lutte de nos ados face au cancer, cette maladie qui ronge les gens et détruit tout ce qu'elle touche. Ici par exemple, Gus a une jambe en moins et Hazel ne peut respirer sans assistance. Ils gardent quand même la pêche tous les deux et font un peu comme si tout allait bien, même si quelques événements vont bien leur faire comprendre que la vie pour elle est courte et difficile. Tour à tour, ils vont souffrir de multiples façons et cela nous touche. (Pas au point d'avoir envie de pleurer cependant.)

En bref, le final m'aura tout de même déçue puisqu'il finit un peu comme le roman fétiche de Hazel une impériale affliction, mais le roman dans son ensemble est une très belle et bonne surprise. On se croirait vraiment dans la peau de la jeune fille !
J'ai lu ce roman dans le cadre d'un petit challenge avec Bibliothèque qui lit tout !

Ma note : 8,5/10


8 commentaires:

  1. J'avais adoré ce livre. Et le film aussi <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai pas encore vu le film ^^ je pense que c'est pour bientôt toutefois en espérant l'apprécier autant que le livre !

      Supprimer
  2. Ça fait longtemps que j'ai envie de lire du John Green, et je crois que je vais commencer par celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ma première lecture de l'auteur et je ne suis pas déçue ^^

      Supprimer
  3. Ce fut un véritable coup de cœur pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espérais un coup de coeur qui n'est pas venu. Mais une belle lecture c'est certain ^^

      Supprimer
  4. J'ai aussi adoré ce livre. Meme si j'étais dég que l'auteur Peter Van Houten, soit si "con"... La fin m'a littéralement mise sur les fesses car je m'attendais pas a ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on ne s'attend pas à cette fin-là c'est sur !

      Supprimer

Laisser une trace!