vendredi 2 janvier 2015

Liavek de Megan Lindholm

Année d'édition : 2014
Edition : Actu SF
Nombre de pages : 288
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Dans la majestueuse cité portuaire de Liavek, les habitants reçoivent une dose de « chance » chaque année, le jour de leur anniversaire. La plupart des gens ne peuvent utiliser ce pouvoir, seuls les sorciers ont appris à le manipuler, souvent à leur propre profit. Kaloo, une jeune orpheline, sent qu’elle pourrait apprivoiser et développer sa « chance », mais comment faire alors qu’elle ignore sa date de naissance ? Taraudée par cette question, elle consulte un mage pour tenter de lever le voile sur ses origines. Commence pour elle une quête initiatique qui l’emmènera sur des sentiers dangereux.Certains mystères devraient rester dans l’ombre...

Mon avis :

Liavek est une cité portuaire où chaque habitant reçoit à chacun de ses anniversaires une dose de chance. Encore faut-il savoir sa date de naissance pour l'utiliser du mieux possible. Pour les sorciers, cette chance est simple à utiliser et ils n'hésitent pas à en faire ce qu'ils en veulent. Mais pour d'autre comme Kaloo, la chance ne lui sourit pas puisqu'elle ignore sa date de naissance ayant été trouvé bébé par un couple qui finit par l'élever. Lorsqu'elle croise la route de L'Ferrti, le sorcier lui propose de l'aide en échange de plusieurs services. Kaloo va accepter tout en se méfiant du vieil homme. Cependant, grâce à lui, elle va en apprendre beaucoup plus sur elle que ce qu'elle pensait.

Liavek c'est un univers déroutant et magique. Déroutant parce qu'en lisant les nouvelles que composent ce recueil on a beaucoup de mal à se dire qu'elles ont été écrites par des auteurs différents. Chacun utilise la cité comme point d'attache et y fait vivre ses propres personnages, mais le tout avec justesse et cohérence. Megan Lindholm nous propose de découvrir Kaloo, une orpheline qui aimerait en savoir plus sur ses origines. Steven Burst lui a choisi de présenter un autre personnage clef le comte Dashif, le bras droit de son éminence écarlate, homme craint par beaucoup, mais séducteur avec les femmes. 

Les nouvelles sont tantôt écrites par un seul auteur, parfois par deux et enfin la dernière est écrite par trois auteurs. Cependant, je dois bien reconnaître la qualité de la plume de chacun des auteurs. Megan Lindholm alias Robin Hobb fait partie de ces auteurs pour lesquels je plonge tête baissée dans leurs ouvrages, sachant d'avance à quel point je vais aimer. Et ce fut le cas, même si je n'ai pas spécialement retrouvé la complexité des personnages de l'auteur dans ces autres sagas. Ici Kaloo est simple et naturel, facile à comprendre, elle n'a pas de grandes ambitions. Je possède d'ailleurs d'autres ouvrages écrits par Megan Lindholm et Steven Burst, voilà donc qui me donne vraiment très envie de les lire au plus vite.

L'univers est assez facile à comprendre et même si ce sont des nouvelles, elles ont une réelle connexion entre elles. L'intrigue est bien là et l'air de rien, on a plutôt la sensation de lire un roman plutôt que six nouvelles. On apprécie le tout, ce n'est pas difficile à lire, bien au contraire et chacun y trouvera son compte dans le sens où c'est assez simple à comprendre une fois la seconde nouvelle dévorée.

En tout cas, pour ma part, ce fut une très bonne lecture comme je m'y attendais de la part de Megan Lindholm. De plus, la couverture est juste magnifique ! 

Ma note : 8,5/ 10 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!