samedi 20 décembre 2014

Une aventure d'Alexia Tarabotti, Le Protectorat de l'ombrelle, tome 5 : Sans âge de Gail Carriger

Année d'édition : 2014
Edition : le livre de poche
Nombre de pages : 445
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d'un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel...
Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu'elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d'un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l'Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l'indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d'Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s'abat-il de nouveau sur le pays? 
Mon avis :

Alexia tente de jongler entre sa nouvelle vie de mère, de femme et d'amie. La vie n'est plus de tout repos depuis que sa fille a montré qu'elle avait des compétences gênantes pour les surnaturels. Et lorsqu'une reine des vampires en Égypte demande à les rencontrer, Alexia ne peut refuser et décide de camoufler cette entrevue grâce à Ivy et sa troupe de comédiens pour y faire une représentation de leur nouveau spectacle.

Ce dernier opus du protectorat de l'ombre conclut la série avec brio. On y retrouve notre pétillante Alexia qui cette fois-ci doit gérer une dernière rencontre décisive pour son futur et celui de certains de ces amis. J'adore ce personnage pour son caractère bien trempé, mais surtout par rapport à la relation qu'elle a avec Maccon. Ils sont toujours aussi amoureux l'un que l'autre sans tomber dans la mièvrerie, eh bien oui Lord Maccon est un alpha et surtout il a de la classe. Ce couple atypique fonctionne toujours aussi bien. 

L'humour est beaucoup moins présent que dans les épisodes précédents, on sent que nous voici arrivés au dénouement de cette saga fantastique et l'on voit très bien l'évolution des personnages, même les secondaires. Tous sont parvenus à devenir des personnages clefs qui ont leur importance. Biffy par exemple évolue grandement et il apporte une touche de fraîcheur à l'univers de Gail Carriger.

Que dire du nouveau personnage en la personne de la petite fille d'Alexia ? Les passages qui la mettent en scènes sont très drôles et nous font toujours rire. Pauvre enfant qui subit sa nature exceptionnelle et qui rend les gens fous autour d'elle !

J'ai trouvé que l'intrigue pour un dernier tome était un poil en dessous des précédents opus, mais c'est forcément le cas puisque l'auteur clôture sa saga et tente d'apporter une finalité à chaque situation qu'on a découverte.

En bref, l'une des meilleures sagas du genre que j'ai pu lire. Drôle, innovante et attachante, c'est avec regret que j'ai refermé ce dernier opus dont la saga m'a tant marquée.

Ma note : 9/10

 Autres romans de l'auteur :


http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2012/05/une-aventure-dalexia-tarabotti-le.html http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2013/06/une-aventure-dalexia-tarabotti-le.html http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2013/12/une-aventure-dalexia-tarabotti-tome-3.html http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2014/06/une-aventure-dalexia-tarabotti-le.html

1 commentaire:

  1. C'est justement parce que c'est le dernier que je ne l'ai pas encore lu. Je vais être triste de quitter cet univers !

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!