samedi 8 mars 2014

La servante de Olivier Gay

Année d'édition : 2014
Edition : Midgard
Nombre de pages : 432
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Rekk le boucher, Rekk le sanguinaire. La légende croupit au fond d’une geôle crasseuse, rongée par sa soif de vengeance. Le meurtre de sa fille restera-t-il impuni?
Shani n’était qu’une simple servante, mais par amour et par amitié, elle va mettre l’Empire à feu et à sang. Plongez dans une aventure où les combats titanesques
croisent les intrigues de cour, où la barbarie côtoie l’amour et où une heroïc-fantasy digne de Gemmell flirte avec le polar.  Voyez comment une simple servante est venue défier un Empire.






Rekk la légende croupit dans une cellule depuis qu'il a été capturé par ses ennemis. Mais en dehors, sa libération est au coeur des discussions et beaucoup espèrent le voir très vite mort plutôt que d'imaginer qu'il pourrait être libre une fois de plus et continuer sa quête de vengeance. Certains en ont décidé autrement et ont pris le risque de l'aider à s'enfuir pour empêcher sa mise à mort.


La servante qui fait suite au roman le boucher du même auteur, est un bon roman de fantasy. L'univers décrit par Olivier Gay m'a beaucoup plu même si je n'ai pas eu l'occasion de lire le précédent tome, je ne me suis pas sentie perdue ou dépassée par les événements puisque l'auteur nous offre des petits rappels via les discussions de personnages pour comprendre ce qui se joue sous nos yeux. On a beaucoup d'actions et dès les premières pages, de sorte qu'on ne se repose pas et qu'on découvre vraiment des personnages vivants et qui se battent pour survivre ou pour leur conviction. Pour le coup, Rekk lui se bat pour venger la mort de sa fille et on le sent très fragile physiquement et psychologiquement depuis qu'il a été torturé et fait prisonnier.


La plume d'Olivier Gay permet de se sentir à l'aise très rapidement. Les descriptions sont judicieusement dosées, de telle sorte qu'on visualise ce qu'on lit sans pour autant être submergé par les détails, chose que l'on peut trouver souvent en fantasy et qui soit fonctionne chez le lecteur, soit le rebute. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est digne des romans de Gemmell, je n'ai pas trouvé ce même punch au niveau des héros masculins d'Olivier Gay, mais je dois bien avouer que son héroïne Shani possède toutes les qualités que j'apprécie chez une héroïne. Shani, cette simple servante qui va très vite devenir une véritable combattante et qui va découvrir les peines de coeur et la perte douloureuse de personne qu'elle aime. Son changement est perceptible et on voit très vite qu'elle va devenir une mini Rekk.


Certaines séquences sont d'ailleurs assez tristes et la survie de nos héros est au coeur de ce roman. Je regrette juste de ne pas avoir pu vraiment m'attacher aux personnages que j'ai trouvé trop lisses (sauf Shani et Rekk) trop effacé par rapport à ce duo atypique que forme le boucher et la servante. Ce fut tout de même une lecture fort plaisante, que je recommande aux amateurs de fantasy sans souci !

Ma note : 7,5/10


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!