samedi 14 décembre 2013

Le fleuve des Dieux de Ian McDonald

Année d'édition : 2013
Edition : folio SF
Nombre de pages : 848
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Tous les Hindous vous le diront, pour se débarrasser de ses péchés, il suffit de se laver dans les eaux du Gangâ, dans la cité de Vârânacî.
Et, en cette année 2047, les péchés ce n'est pas ce qui manque : un corps aux ovaires prélevés glisse doucement sur les eaux du fleuve ; des intelligences artificielles se rebellent et causent de tels dégâts qu'une unité de police a été spécialement créée pour les excommunier.
Gangâ, le fleuve des dieux, dont les eaux n'ont jamais été aussi basses, se rue vers un gouffre conceptuel, technologique, évolutionnaire – ou peut-être tout cela à la fois.




En 2047, l'Inde est tiraillée. Entre la politique, la religion, les coutumes et des technologies très avancées, le continent ne ressemble plus à ce qu'il était autrefois. Ils sont neuf. Neuf personnes qui ne se connaissent pas et qui n'ont aucun lien. Neuf vies différentes, neuf différentes façons de voir les choses et d'appréhender le futur. Pendant que les Aiels, ces intelligences artificielles décident de se rebeller, nos neuf personnages vont finir par croiser leur destin sans le vouloir. Car la guerre pour l'eau fait rage tandis que la misère ne cesse d'augmenter.


Le fleuve des Dieux est un roman particulier. Maîtrisé de bout en bout par Ian McDonald. Très dense et complexe, l'auteur nous propose sa vision du futur, mais surtout une critique sur une société qui ne sait pas forcément se mettre d'accord. Ce roman très étrange est à classer du côté des ovnis. Sa lecture fut longue parce que l'auteur nous explique tellement de manière détaillée son univers que parfois, le lecteur peut avoir la sensation de perdre le fil de la lecture. J'avoue que par moment j'avais beaucoup de mal à avancer, et que soudain, grâce à certains personnages en particulier, j'avais du mal à lâcher le roman. L'effet Yo-Yo comme je l'appelle lorsqu'on lit un roman qui nous trouble parce qu'on l'apprécie, mais qu'on ne comprend pas forcément tout ce qu'on lit.



La SF est un genre que je trouve étrange, parce que pour le coup, j'ai davantage lu ce roman comme le destin de plusieurs personnages que rien ne lie et qui pourtant vont se battre pour presque les mêmes choses. Il faut d'ailleurs à tout prix que le lecteur parvienne à s'attacher à au moins deux des personnages du roman pour ne pas décrocher tant c'est dense et assez lent à se mettre en place. L'argent, le sexe, la drogue, l'égoïsme, opportunisme sont autant de thèmes que l'on retrouvera au travers de nos personnages pour décrire une Inde en devenir selon l'auteur. Le côté SF est à mes yeux peu présents avec simplement des intelligences artificielles qui se rebellent contre leur condition.



Le fleuve des Dieux est une belle fresque, on est transporté par le destin de ces personnages, mais Ian McDonald n'est pas un auteur accessible à tous et le prouve une fois de plus dans ce roman où les non-amateurs de SF perdront peut-être pied.

Ma note : 8/10

http://www.climaginaire.com/index.php/climaginaire/Livre/Roman-Nouvelle/SF/Le-fleuve-des-Dieux

Commande Amazon
Commande Fnac

2 commentaires:

  1. Je découvre à nouveau une critique élogieuse de ce roman qui me fait furieusement de l’oeil… ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si tu aimes la SF qui sort des sentiers battus, tu prendras beaucoup de plaisir avec cette lecture =)

      Supprimer

Laisser une trace!