dimanche 8 septembre 2013

La longue Terre de Terry Pratchett & Stephen Baxter

Année d'édition : 2013
Edition : L'atalante
Nombre de pages : 381
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Dans les vestiges calcinés du domicile d’un scientifique discret, l’agent Monica Jansson découvre un curieux gadget : un boîtier abritant du fil de cuivre, un commutateur et… une pomme de terre. Ce « Passeur » est la porte d’entrée universelle que tout un chacun peut fabriquer pour accéder à une infinité de Terres parallèles sans présence humaine : il suffit d’un pas, un seul pas, vers l’est ou vers l’ouest. La découverte de cette « Longue Terre » sans limites va bouleverser à jamais l’humanité. Si une ère nouvelle s’ouvre aux pionniers, les gouvernements sont moins enthousiastes à la perspective de tous ces mondes incontrôlables. Et que de questions sans réponse ! Auxquelles certains vont s’atteler. La plus improbable des missions d’exploration se prépare. À bord d’un dirigeable prennent place Josué Valienté, un jeune homme doué du talent de passer d’un monde à l’autre sans assistance mécanique, et Lobsang, une intelligence artificielle extravagante qui fut un réparateur de motocyclettes tibétain dans une vie antérieure. Un voyage aux confins de la Longue Terre les attend…



Lorsqu'un homme poste sur le net le schéma d'un objet permettant de passer d'un monde à un autre en quelques secondes seulement, tous s'y mettent. Lorsque bon nombre d'enfants s'y perdent, Josué qui n'a pas besoin de ce passeur pour y aller va les ramener les uns après les autres dans leur véritable monde. Très vite, des scientifiques s'intéressent à Josué et lorsque ce dernier devient adulte, il est contacté par une scientifique pour voyager dans cette longue Terre avec une intelligence artificielle. Commence pour eux un voyage étonnant.

Terry Pratchett est l'un des auteurs que j'apprécie le plus avec sa célèbre saga des annales du disque-monde.Seulement, pour le coup je n'ai pas adhéré entièrement à ce roman. Le principal point faible c'est que je n'y ai pas retrouvé l'humour de Terry Pratchett, chose que j'aime autant chez cet auteur. On ne retrouve pas son style unique et déjanté puisque le roman est assez sérieux.

La longue terre c'est davantage une épopée lente et sans action, un peu comme un journal de bord d'un long voyage et le manque d'action m'a quelque peu ennuyée puisque j'ai mis vraiment du temps à terminer ma lecture. Le début est long et lent à se mettre en place et il faut véritablement s'accrocher pour commencer à apprécier la lecture. Si parfois mon intérêt s'est éveillé, il s'est aussi très vite envolé. Du coup j'ai lu ce roman en demi-teinte appréciant certaines choses et d'autres beaucoup moins. 

Lobsang est un personnage étonnant, une intelligence artificielle vraiment intéressante et qu'on prend plaisir à découvrir. Sa façon de parler ou de concevoir les choses m'ont vraiment plu tandis que Josué m'a semblé manquer de piquant. 

J'ai pourtant apprécié les explorations, mais j'attendais souvent un peu plus d'actions et de rebondissements. Je renouvellerais l'expérience Terry Pratchett dans un autre univers que les annales du disque monde afin de voir si c'est seulement l'univers déjantée de cette saga que j'aime autant.

Ma note :


2 commentaires:

  1. C'est moche quand on est déçu par une lecture! Mais bon, on peut pas tous les aimer. J'espère que ce sera l'univers et non l'auteur que tu n'aime pas ;-)

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!