mardi 18 juin 2013

Une aventure d'Alexia Tarabotti, Le Protectorat de l'ombrelle, tome 2 : Sans forme de Gail Carriger

Année d'édition: 2013
Editions : Le livre de poche
Nombre de pages : 350
Public visé : adulte
Quatrième de couverture:
Miss Alexia Tarabotti est devenue Lady Alexia Woolsey. Un jour qu?elle se réveille de sa sieste, s?attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s?en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication? laissant Alexia seule, aux prises avec un régiment de soldats non-humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n?est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !



Alexia est désormais l'épouse de Lord Maccon. Découvrant les joies d'avoir comme mari un loup-garou, la jeune femme prend plaisir à savourer sa nouvelle vie. Mais lorsqu'elle découvre que ce dernier est en pleine crise et qu'il s'en va sans rien lui dire, Alexia comprend que quelque chose ne tourne pas rond. Lorsque même la reine Victoria charge la paranaturelle d'enquêter sur un sort qui semble transformer les êtres surnaturels en humain. Mais Alexia va grâce à sa mission en apprendre davantage sur sa nature et sur le passé de son époux.

Ce second opus confirme à quel point cette saga est juste extra. La plume de l'auteur n'a fait que me ravir de page en page et à aucun moment, on ne trouve le style lourd ou manquant de fluidité. Ce second opus permet d'améliorer les relations entre les personnages et d'augmenter notre intérêt pour la saga. L'on ne s'ennuie pas un seul instant !

Bourrée d'action et d'humour sans forme se différencie énormément des autres sagas du genre. D'abord parce que l'héroïne est vraiment unique en son genre ! Douée d'une grande répartie, d'une nature peu commune, mais surtout d'un physique que beaucoup ne qualifieraient pas de très gracieux, Alexia fait toute la force de la série. Il est impossible de ne pas craquer pour son charme naturel et sa façon toujours très amusante de se comporter, même dans les pires situations. Gail Carriger a donc créé une héroïne atypique, mais non dénuée de charme !

Ayant décidé de créer son univers à l'ère victorienne, l'auteur parsème un tas d'éléments de cette époque dont les tenues et chapeaux assortis et cela ajoute beaucoup de féminité à l'ouvrage, sans pour autant le transformer en roman pour femme. Dans cet univers les êtres surnaturels sont connus de tous et cela ne crée que peu ou pas de conflit avec les humains, à l'inverse de biens d'autres sagas. Fantômes, vampires, loups-garous, momies et briseur de malédiction, dans l'univers d'Alexia, on trouve de tout ! 

L'enquête est d'ailleurs un peu relayée au second plan pour davantage se concentrer sur la nature de nos héros et leur relation. Conall et Alexia font partis de mes couples préférés ! Ils s'aiment d'une manière tellement drôle et simple qu'ils sont crédibles et beaucoup se retrouveront dans leur relation. A aucun moment on ne tombe dans le vulgaire, le tout restant toujours très léger.

Je n'en dirais pas plus si ce n'est que j'ai adoré ce second tome, mais qu'il finit d'une manière juste waouh ! À couper le souffle ! Il me faut la suite, et vite !





6 commentaires:

  1. Il faut absolument que je le sorte de ma PAL :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai moi aussi adoré ce deuxième tome, je me suis achetée le troisième tome en grand format, je ne peux pas attendre!! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui on veut savoir rapidement la suite ! Je te comprend ^^

      Supprimer
  3. Haaaaaaa il faut que je lise vite alors!!!!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!