vendredi 26 avril 2013

La guerre de l'hydre de Jacques Martel

Année d'édition : 2013
Edition : Mnémos
Nombre de pages : 306
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
C'EST AVEC LE SANG QUE S'ÉCRIVENT LES LÉGENDES.
Une cité millénaire au bord du monde, assiégée depuis des siècles.
Derrière ses murs, un jeune messager tente de survivre et de trouver un moyen de fuir.
Devant ses murs, l'armée de la reine-guerrière qui a fait le serment d'ouvrir les Grandes Portes, prête à lancer l'ultime assaut.
À quelques lieux, la terre tremble sous les sabots des cavaliers de l'invincible guerrier que l'on appelle l'Hydre, souverain incontesté des Grandes Steppes.
Pour sa plus grande conquête, il a jeté son dévolu sur la première cité du monde.
Rien, jamais, ne résiste au déferlement flamboyant des soldats menés par le colosse.
Aucun homme, jamais, n'a pu survivre au déchaînement frénétique de ses coups de hache.
Alors que la menace de combats d'une violence inouïe gronde, les destins s'entremêlent et se heurtent de plein fouet au rythme des tambours de guerre : c'est avec le sang de chacun que s'écrira cette histoire de métal, de feu et de fureur.


Kàlam est une grande cité, entourée d'un mur imprenable érigé par le Dieu Ahura lui-même. Assiégée depuis des générations, ses habitants n'ont jamais connu le repos. Erythée l'assoiffée n'aspire qu'à une chose : faire tomber ce mur et prouver à tous qu'elle est digne d'être la reine de Kàlam. Mais en même temps, Mahesha accompagné de son armée est en chemin vers la ville qu'il rêve aussi de prendre d'assaut. La guerre semble inévitable face à tous ces peuples qui ne désirent plus qu'une chose : faire partie de Kàlam.

La guerre de l'hydre est un roman dont j'attendais beaucoup, mais dont la lecture m'a quelque peu déçue. Amatrice d'heroic-fantasy, j'avais adoré un roman du même genre : légende de David Gemmell. J'aurais vraiment aimé retrouver ce plaisir de lecture avec le roman de Jacques Martel, auteur que je ne connaissais pas encore.

Le gros point positif de ce roman c'est l'univers crée par l'auteur. Il est vaste, détaillé, mais peut-être trop pour un one-shot puisque le lecteur en ressort avec beaucoup plus de questions sur certains faits ou personnages. Certes, en fantasy, il faut faire jouer l'imagination du lecteur et le laisser à ses conclusions, mais ici j'avoue que ce peu de réponses m'a cruellement manqué. Comme tout bon roman d'héroic fantasy, l'auteur nous offre son lot de scènes de combats rudement bien écrit et très agréable à imaginer. (Fan de Conan ou de Druss la légende sautez sur l'occasion !) Les mâles sont des brutes, de vrais hommes qui n'hésitent pas à sortir la hache pour affronter quiconque se dresse sur leur chemin. C'est le cas de Mahesha, le khan des khans, homme impitoyable, invaincu et fort comme un roc qui n'a qu'une hâte : découvrir la cité de Kàlam pour offrir mille et une richesses à son clan. Les chapitres qui le mettent en scènes sont toujours brutaux, vifs et cinglants. De quoi nous faire comprendre qui est le personnage.

Ce roman se décompose en trois parties distinctes pour permettre aux lecteurs de ne pas se perdre et de bien saisir les directions que chaque personnage souhaite prendre. Erythée par exemple est celle sur laquelle la chute du mur de la cité imprenable repose. Elle ne peut se louper, surtout pour éviter de devenir la risée de son peuple, qui aurait tenté par le passé d'agir comme elle, en vain. J'ai éprouvé beaucoup de sympathie pour ce personnage complexe. Elle a du charisme et beaucoup de personnalité et ne laissera pas tomber la quête qu'elle s'est donnée. Elle m'a d'ailleurs fait penser à une araignée qui tisse sa toile pour mieux surprendre son adversaire et j'ignore pourquoi j'ai ressenti ça pour elle.

Le second personnage qui donne de la profondeur au roman c'est Rhyan, ce jeune messager qui parcourt la cité de Kàlam et nous permet ainsi de découvrir comment se déroule la vie là-bas. Seulement, j'ai trouvé que l'idée n'était pas bien traitée puisque nos adversaires pensent de la cité qu'elle regorge de trésors alors que j'ai eu la sensation de découvrir une cité brisée, appauvrie et malheureuse. Est-ce le choix de l'acteur pour nous la faire découvrir ? Ce petit garçon m'a semblé un peu mort, il n'avait aucune étincelle en lui, même si on peut comprendre vu que sa cité est assiégée depuis plus longtemps que sa naissance, mais je ne sais pas, je n'ai pas réussi à m'intéresser à lui et à sa vision des choses.

Enfin le dernier portrait important c'est le khan des khans dont je parlais plus haut. Un chef imposant qui sait ce qu'il veut et qu'on ne peut tromper (ou presque).

En fin de compte, les protagonistes sont plutôt bien réalisés, l'univers est sympa, mais j'ai ressenti un profond ennui pendant ma lecture. Je n'ai pas réussi à m'immiscer dans l'aventure, à me propulser aux côtés de ses Hommes qui se battent si vaillamment pour garder leur cité. Peut-être parce que le roman est trop centré sur la mise en place du siège et non l'assaut en lui-même, alors que le lecteur est amené à attendre ce moment pour découvrir qui aura l'avantage de tous ces clans.

La guerre de l'hydre est un roman qui a bon nombre de qualité, mais pour ma part, je n'ai pu rentrer vraiment dans l'histoire et j'avoue avoir eu quelques difficultés pendant ma lecture, je me suis sentie dans l'attente de quelque chose qui n'est, hélas jamais vraiment venu.

Ma note :



5 commentaires:

  1. Pourtant il est vrai que l'aventure est tentante...Le conseillerais tu quand même à un autre lecteur ou penses tu qu'il est préférable de se rabattre sur David Gemmell?
    En tout cas merci beaucoup pour la précision de cet article!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le recommanderais tout de même. Tous les lecteurs n'ont pas les mêmes attentes au niveau de la fantasy, donc je suis persuadée que ce roman trouvera son lectorat. Du coup je pense que tu devrais te pencher dessus tout de même ^^

      Supprimer
  2. C'est affreux ça de lire une histoire et tout le long t'attendre quelques choses et que ça ne viens pas ... ça met arrivé une ou deux fois ...

    Bisous Louve!!!

    Z.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Louve, et merci pour votre critique.
    Je profite de cet espace pour signaler que l’univers de la Guerre de l’Hydre est également celui de Sacrifice du Guerrier (2008), que se passe des années plus tard, avec des personnages principaux différents, mis à part le Hardi Visiteur qui accompagne les héros (cette fois, le Roi Solitaire et la Reine Vierge).
    D’autres aspects du monde et des personnages, comme Yannah Deux Esprits, ou les clans nomades de la Grande Aride (chez qui se déroule l’action), l’Empire de l’Ouest, et bien sûr le Hardi Visiteur, sont dévellopés. Mon intention est créer des récits « one-shot » dans un univers commun, dans des régions différentes, avec le Hardi Visiteur en fil rouge aux côtés des héros.
    Pour ce qui est de la Guerre de l’Hydre, vous avez raison pour ce qui est des chapitres qui concernent Ryan ; il présentent bien une ville brisée, terne et malheureuse, à l’opposé de ce qu’en attendent ceux qui veulent la prendre. Khàlam, légende pour le reste du monde, isolée, assiégée depuis des générations, n’est plus que l’ombre de ce qu’elle a été, mais seuls ceux qui y vivent le savent...

    Jacques Martel
    www.VirtuHall.com

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!