mardi 12 mars 2013

Tout sauf le grand amour de Kristan Higgins

Année d'édition : 2013
Edition : Mosaic (Harlequin)
Nombre de pages : 448
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Ce que cherche Lucy Lang à l’aube de ses trente ans ? Un homme sympa et honnête. Un homme qui s’occuperait du jardin, des barbecues, et qui jouerait au foot avec les enfants. Et surtout, surtout, un homme qui ne déclencherait en elle aucun émoi amoureux, aucune grande passion. Car Lucy refuse l’idée de souffrir de nouveau, comme elle a souffert cinq ans plus tôt en perdant son mari. Alors, même si le passé se rappelle encore à elle, aujourd’hui, elle le sent : elle a atteint les limites d’une vie exclusivement consacrée à son chat, Fat Mikey, le plus intelligent et le plus capricieux des félins, et à son travail qu’elle adore, dans la petite pâtisserie familiale de Rhode Island. Oui, il est temps, après cinq ans, de tourner la page, et de se lancer dans une nouvelle vie. Première étape : prévenir Ethan Mirabelli, son amant sexy mais inépousable, qu’il est temps de revenir à une relation strictement amicale. Deuxième étape : se lancer dans la quête de son futur mari, celui qui sera tout pour elle. Tout, sauf le grand amour.



Lucy Lang aura bientôt trente ans. Veuve et pourtant si jeune, elle se rend compte qu'elle ne veut plus être seule, surtout depuis que sa soeur a eu une petite fille. Pourtant, elle ne se sent pas capable de souffrir une fois encore pour un homme, la perte de son époux fut trop difficile, elle s'en remet à peine. Aussi, elle décide de se trouver un nouvel époux. Un homme ni trop beau, ni trop adorable, parce qu'elle ne veut pas ressentir trop d'amour pour son futur mari. Elle veut fonder une famille sans avoir à craindre de reperdre un compagnon. Mais avant de réussir à trouver cet homme, il lui faut cesser sa relation avec Ethan le frère de son époux décédé et retrouver confiance en elle. La tâche va se révéler difficile !

Kristan Higgins étonne une fois de plus. Dans l'amour et tout ce qui va avec, j'avais été très séduite, et une fois de plus, ce roman me séduit pour de nombreuses raisons.

Déjà le thème traité du veuvage est assez difficile. Ce n'est jamais simple de perdre l'être aimé, aussi j'ai trouvé que Kristan démarrait son roman avec un thème qui ne laisse pas indifférent. Son héroïne en devient attachante et on comprend sa détresse et sa peur d'aimer à nouveau quelqu'un et de le voir mourir ou partir, lui brisant son coeur une fois encore. Le thème est donc abordé avec justesse et tact. Ni trop triste, ni trop drôle, mais dans un équilibre parfait pour que le lecteur ne se sente pas étouffé par le trop-plein d'émotion de Lucy. Du coup, cela rend notre jeune femme attachante et émotionnellement faible puisque pour elle la disparition de son Jimmy est encore trop fraiche, elle ne parvient pas encore réellement à s'y faire, même si elle a trouvé en son beau-frère l'amant et l'ami parfait.

Lucy est une personne comme vous et moi. Ni trop courageuse, ni trop peureuse. Elle est devenue ainsi après la perte de son époux, de son père et de ses oncles, car les hommes dans sa famille ont tendances à mourir trop jeunes et c'est l'une des raisons les plus évidentes qui l'empêche d'être heureuse à nouveau. La souffrance et les larmes, non merci, elle a assez donné pour toute sa vie. On pourrait penser que le roman est très triste, mais en fait, il est aussi vraiment amusant avec sa panoplie de personnages colorés et loufoques comme les tantes de la jeune femme et sa mère qui m'ont fait penser aux sorcières dans Casper le film. Toujours à jouer sur la corde sensible, à se mettre en avant et à pleurer avec beaucoup d'abus la perte de chacun de leur époux. Les passages avec elles m'ont beaucoup fait sourire devant leur exagération.

Cela dit de jouer sur le rire et les larmes permet d'augmenter l'intensité du roman et du sujet qu'il traite. Les lecteurs trop sensibles seront ravis de sourire un peu et les personnes qui cherchent de la maturité et de la profondeur, seront eux aussi ravis de découvrir une histoire assez bouleversante.

Le seul bémol à mes yeux, c'est la prévisibilité du dénouement. On s'y attend très vite et on aimerait secouer les puces de notre héroïne qui semble aveugle volontairement et qui le dit elle-même : elle ne veut plus d'une relation passionnelle, de peur d'avoir le coeur brisé. Aussi on peut juger ses décisions, mais on ne pourra réellement la comprendre sans être passé par ce qu'elle a vécu. Une belle romance sous fond de pâtisserie qui vous ouvrira l'appétit !

En tout cas, tout sauf le grand amour est un roman qui se dévore, qui est mature et bien écrit et me donne très envie de découvrir autre chose de l'auteur, car je ne suis pour le moment absolument pas déçue de ses écrits ! Une occasion pour me mettre enfin à la romance, genre que j'ai rejeté pendant très longtemps !

Ma note :

3 commentaires:

  1. Agréablement surprise par la profondeur des sentiments exprimés dans ce roman que ce soit par la force du lien entre Lucy et Jimmy mais aussi par l'amitié inconditionnelle de la jeune femme et d'Ethan. Je dois dire que celle-ci m'a bien plus émue que l'histoire d'amour qui se construit dans ce roman !

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!