mercredi 23 janvier 2013

Vampires d'une nuit de printemps de Lia Vilorë

Année d'édition : 2012
Edition : du petit caveau
Nombre de pages : 250
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : :
Cher journal,

Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire.
Sans déconner ?
Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !
Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors…
Ouais… pas faux…
Alors, vas-y, raconte…
En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.
Tu vas en faire des envieuses !
Ouais… surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !
Qui est ?
Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !
Ça me rappelle quelque chose…
M’en parle pas !



Je tiens d'abord à remercier le forum Accro et Mordu et les éditions du petit caveau pour cette lecture sympathique.
Dans vampires d'une nuit de printemps, nous suivons les aventures de Lia Fail, une jeune femme qui après un accident se voit transformer en vampire par le maître Maximilian. Elle va donc apprendre à gérer sa nouvelle vie afin de devenir vampire à part entière. Mais lorsque le maitre se fait assassiner, c'est elle qu'on accuse ! 

Ce roman m'attirait depuis quelque temps déjà de par son résumé drôle et sa couverture. J'espérais donc découvrir un petit ovni dans le monde des vampires, mais force est de constater que Vampires d'une nuit de printemps ressemble par bien des côtés à tout ce que l'on peut trouver actuellement en littérature vampirique.

Le style de Lia Vilorë m'a moitié enchantée, moitié agacée. Les passages où l'on vit l'histoire à travers l'héroïne m'ont souvent ennuyée dans le sens où Lia est agaçante, vulgaire et parfois d'une trop grande naïveté. À l'inverse les passages qui reviennent à la troisième personne, eux m'ont davantage charmée.
Le style de l'auteur est assez fluide, mais j'ai trouvé que parfois elle voulait en faire des tonnes avec un humour qui n'atteindra pas autant de lecteurs que voulu. Du coup, certaines scènes qui sont censées être drôles n'ont eu véritablement aucun impact sur moi, m'esquissant tout juste un léger sourire. Autant dire que la plume de Lia n'a pas su me charmer réellement, me faisant de temps à autre revenir en arrière, afin de m'assurer d'avoir bien saisi les clins d'oeils ou l'avancée du roman.

L'histoire en elle-même est pour le moins troublante. La première partie du roman avant la mort du maitre m'a beaucoup plu, car elle s'est révélée très drôle et bien construite, cherchant à innover par bien des côtés. L'auteur nous offre donc une mythologie plutôt sympathique qui essaye de varier certains aspects des vampires. De ce fait, ils ont également besoin de se nourrir comme les vivants et ils peuvent sortir en plein jour, ayant pour seul effet d'atténuer leur pouvoir et de les rendre plus fragiles.
D'ailleurs, j'ai grandement apprécié de découvrir que chaque vampire possédait un pouvoir particulier et si au début le pouvoir de notre héroïne est troublant, il en devient par la suite assez risible, surtout de la voir discuter avec l'asphalte ou avec un mouchoir. J'aurais aimé d'être davantage étonnée par les pouvoirs et j'ai trouvé dommage qu'au fond, seule notre héroïne se voie chargée d'une capacité aussi peu habituelle.
L'auteur fait tout pour renforcer le côté pas de chance de l'héroïne et pour ma part cela m'a plus agacée que séduite. Parce que j'ai trouvé que cela tombait dans l'excès aussi bien du côté de certaines situations ( les champignons qui chantent du Mario sous la douche ) que dans l'attitude de Lia qui par hasard toujours, doit toujours s'occuper de mission difficile.

Concernant l'enquête menée par nos personnages, je l'ai trouvée très très longue et sans grand intérêt pour l'histoire. En fait, j'ai trouvé que c'était davantage pour combler les vides plutôt que pour apporter réellement quelque chose à l'intrigue. Du coup j'ai eu une impression de "trop" entre la découverte du monde vampirique et leurs codes, entre l'apprentissage de Lia pour devenir un super vampire et comprendre comment boire du sang sans faire de victime et l'évolution de sa relation avec Amaël l'écossais et l'enquête en prime, ce fut trop.

Les personnages m'ont pour la plupart laissée indifférente puisqu'on suit l'histoire via Lia et donc on perçoit les personnages comme elle les perçoit ce qui n'aide pas à les apprécier ou à apprendre à les connaître. Lia par exemple est assez exaspérante dans son comportement. Elle tente d'être drôle, mais parfois cela tombe à plat. Amaël son garde du corps et binôme est lui trop calme, trop timide et il devient rarement la vedette du roman.

En bref, ce fut une lecture sympathique et assez agréable, mais qui n'a pas su m'emmener dans son univers comme je l'aurais pensé. Un roman qui plaira davantage aux lecteurs qui n'ont pas l'habitude de la bit-lit et surtout qui cherchent une lecture légère et humoristique.

Ma note :



6 commentaires:

  1. Dommage la couverture est sympa....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. après ça dépend des goûts je pense ^^ Certains lecteurs ont adoré l'humour du roman ^^

      Supprimer
  2. Vu mes accointances tourmentées avec les vampires, je préfère ne pas partir sur ce titre là, bisous ...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai postulé aussi pour ce roman, j'espère que je serais plus enchantée que toi du coup ^^ Mais tu n'es pas la première à faire une chronique plutôt mitigée de ce roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que ça dépend de l'état d'esprit du moment également ^^

      Supprimer

Laisser une trace!