lundi 24 décembre 2012

L'enfant des cimetières de Sire Cédric

Année d'édition: 2012
Editions : Pocket
Nombre de pages : 544 pages
Public visé : Adulte /
Quatrième de couverture :
Lorsque sa collègue Aurore l'appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d'une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort. Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d'un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l'origine de cette épidémie meurtrière? Est-ce un homme ou un démon? Le journaliste, qui n'a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l'enfant des cimetières, jusqu'aux confins de l'inimaginable... Thriller gothique époustouflant, L'Enfant des cimetières est servi par une écriture nerveuse terriblement évocatrice qui laisse le lecteur hypnotisé par l'horreur. Attention, si vous commencez ce livre, vous ne pourrez plus le lâcher!




David, jeune photographe pour un journal est invité par sa collègue Aurore sur les lieux d'un carnage sans nom. Cette dernière le prie de rapidement prendre des photographies du lieu du drame. Mais David finit par avoir mauvaise conscience de gâcher son talent pour de tels articles. Très vite, Kristel, sa compagne, réussit à lui faire comprendre qu'il mérite mieux que ça. Et lorsque celle-ci finit elle aussi tuée par le neveu du fossoyeur qui a tué sa femme et ses enfants avant de se donner la mort, David sent que quelque chose se trame de plus complexe. Pourquoi tant de personnes se donnent-elles la mort autour de lui et pourquoi sont-elles toutes effrayées par les ombres et par un étrange garçon albinos ?

La quatrième de couverture prévient qu'on ne peut plus lâcher ce roman et c'est vrai! J'ai lu ce roman comme s'il ne faisait pas 544 pages, mais 200, soit très rapidement parce que j'étais happée par l'intrigue. J'ai eu un coup de coeur, une fois de plus pour un roman de Sire Cédric, même si j'ai quelques petites choses à lui reprocher.

Le style est toujours aussi agréable. Vif, fluide, élégant, nous enfonçant sans cesse dans l'horreur sans pour autant nous écoeurer. J'ai trouvé ça plutôt soft et j'attendais davantage de descriptions sur l'horreur des scènes de crimes du roman, au vue de tous les avis sur le net, comme le plus effrayant des romans de Sire Cédric. Eh bien non, je trouve de fièvre et de sang plus sombre et plus angoissant, même si l'enfant des cimetières est un petit bijou.

L'histoire m'a beaucoup plu. Vraiment. Cette tension permanente des personnages pour réussir à découvrir comment échapper à la mort m'a plu, tout comme le commandant Vauvert qui lui doit trouver le coupable pour faire cesser ces morts autour de lui et le côté cauchemardesque de l'intrigue est bien présent. On flotte entre réalité et surnaturel. Entre rêves et cauchemars. La barrière qui sépare les deux est fine, trop fine et parfois j'avais moi-même du mal à interpréter ce que je lisais, ignorant si le personnage sombrait dans la folie ou si ce qu'il pensait voir était vrai.

La folie est donc au coeur de ce roman parce que nos personnages succombent les uns après les autres face à cette peur d'être observé, de finir dévoré par les ombres et surtout de voir des choses dans leur tête. Et l'auteur a très bien su rendre juste cette phase-là des personnages où nous même en tant que lecteur on se demande ce qui est vrai de ce qui vient de leur esprit.

L'enquête avance comme tout bon roman de Sire Cédric, rempli de cadavres découverts, de tueries sanguinaires, mais j'en attendais un peu plus à ce niveau, même si je pense que vu le sujet, l'auteur a voulu se montrer plus subtil un peu comme dans le jeu de l'ombre. J'ai donc été séduite et j'ai adoré ma lecture pour toutes les raisons évoquées ci-dessus. Cependant, deux trois-points ne m'ont pas vraiment convaincue.

J'ai par exemple trouvé que la fin était trop facile et un peu trop rapide.David qui du jour en lendemain devient un assidu sorcier et parvient à résister à l'enfant et à ses ombres m'a semblé trop facile, j'aurais voulu le voir davantage éprouver de difficultés face à cet être étrange. Tout comme Aurore qui en devient une victime et qui pourtant en réchappe alors qu'elle est décrite comme un amas de chair sanguinolent, c'est trop facile à mon sens.

Ce sont surtout des points pour chipoter parce que moi j'ai adoré ce roman qui a totalement su me divertir et c'est une des raisons pour laquelle j'apprécie autant de lire Sire Cédric. Mes nuits en deviennent blanches non par peur de m'endormir, mais par besoin de finir ses romans !





12 commentaires:

  1. Ravie qu'il t'ait plu !
    J'espère recevoir le jeu de l'ombre pour NOël . ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le jeu de l'ombre m'avait beaucoup plu aussi ^^

      Supprimer
  2. J'aime également beaucoup Sire Cédric! Ce roman est dans ma Pal et tu me donnes très envie de le sortir!!!

    RépondreSupprimer
  3. Suis contente qu'il t'ait plu Louve, je m'étais fait la même réflexion que toi sur David et ses talents de sorciers , m'enfin on peut se permettre de chipoter à auteur brillant , lecteurs exigeants, c'est la rançon de la gloire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je pense que c'est ça ^^ du coup j'attends beaucoup de son prochain roman ^^

      Supprimer
  4. Malgré les petits défauts, il me semble un incontournable!! Je note tout en haut de ma wish!

    Bizouxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un incontournable je te le confirme !

      bisous se1ena !^^

      Supprimer
  5. Je l'avais dévoré en une journée :D
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. super ! je suis ravie de voir que ce roman soit autant apprécié ^^

      Supprimer
  6. Ah ben dis, pour une fois qu'un livre me faisait légèrement suer :o vivement De fièvre et de sang :p

    Bisouus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah j'ai préféré de fièvre et de sang et sa suite le premier sang ^^
      bisous

      Supprimer

Laisser une trace!