mercredi 8 août 2012

Fille des chimères, tome 1 de Laini Taylor

Année d'édition : 2012
Edition: Gallimard
Nombre de pages : 445
Quatrième de couverture :
L'amour impossible d'un ange et d'une chimère, une guerre millénaire entre deux peuples...
Des ruelles de la Prague d'aujourd'hui à un monde sombre et fabuleux, la quête identitaire d'une héroïne passionnante.

Karou remplit ses carnets de dessins de monstres qui sont peut-être réels. Elle a 17 ans, parle de nombreuses langues - pas toutes humaines - et ses cheveux bleus poussent de cette couleur. Une question la hante : Qui est-elle ?



J'avais très peu entendu parler de ce roman. La couverture est énigmatique tout comme le titre. Je la trouve d'ailleurs très agréable à regarder. Certes, les couvertures étrangères sont bien plus belles mais moi elle m'a plu de suite ! La quatrième de couverture ne me laissait pas penser à quel point ce roman allait me subjuguer !

Karou est une jeune fille à l'apparence normale si ce n'est ses cheveux bleus et ses tatouages. Personne ne peut se douter que cette dernière travaille avec des chimères et récolte pour eux des dents dans un but inconnu. Mais Karou cherche surtout son identité et désire savoir qui elle est et d'où elle vient. Lorsqu'un séraphin fait irruption dans sa vie, elle ne s'attendait pas à en payer un tel prix. Dès lors, elle découvrira qui elle est et elle perdra tout ce à quoi elle tenait.

Le style de l'auteur, pour un roman jeunesse, est sublime. Les phrases sont fluides, poétiques, douces à l'oreille. C'est un véritable chant d'amour que ce roman. Je n'ai absolument pas vu les pages défiler aussi vite tant j'étais captivée par l'intrigue qui défilait sous mes yeux. L'intrigue est superbement menée, les dialogues ont du tonus et de la vie. Les scènes d'actions ne sont que des peintures vivantes. Bref, c'est un régal de lire un roman YA aussi bien écrit et surtout aussi captivant.
L'histoire ne me semblait pas aussi surprenante. Je ne pensais pas que le fil de l'intrigue se basait sur une aussi belle histoire d'amour que je n'ai trouvé à aucun moment niaise et pourtant je suis extrêmement difficile à ce niveau ! Je pensais découvrir une énième histoire de triangle amoureux, mais ce ne fut pas le cas. Parce que l'histoire d'amour est relayée en second plan, laissant la vedette à une guerre qui existe depuis la nuit des temps : les chimères face aux séraphins. Karou s'occupe de récupérer des dents humaines ou animales auprès de certaines personnes et ce, peu importe à quel endroit du globe. De nombreuses portes lui permettent de se rendre où bon lui semble pour mener à bien ses quêtes auprès de Sulfure une chimère magicienne qui se veut avoir un peu le rôle de père. C'est lui qui l'a élevé et lui qui lui permet d'accomplir ses voeux lorsqu'elle a la monnaie pour se faire. L'histoire prend un tournant étrange lorsque Karou se retrouve face à un séraphin qui n'a qu'un but, la tuer. Dès lors, le roman prend une toute autre dimension et se focalise sur une guerre qui a lieu depuis des milliers d'années. Déjà que les chimères me captivaient par rapport à leur apparence vraiment magnifique dans le roman, même si elles sont appelées monstres ou laideurs, je les ai trouvées sublimes. Les séraphins sont tout aussi beaux et sont loin des anges trop bons et trop gentils puisqu'ici ils n'éprouvent que peu de sentiments humains. Ils sont conditionnés pour tuer les chimères et tous ceux qui s'y rapportent. Autant dire qu'on a très peu d'occasions de souffler dans les trois premiers quarts du roman. Les anges sont assez souvent utilisés en fantastique, mais les chimères le sont beaucoup moins alors qu'elles sont tellement intéressantes !
J'ai été happée par l'histoire du début à la fin, ne souhaitant pas refermer ce roman tant l'aventure est belle et douce, tout en possédant un côté obscur. Parce que même si on ne s'en rend pas compte, l'histoire d'amour reste l'élément déclencheur de tout ce qui suit et de tout ce qu'il s'est passé des années plus tôt dans le roman. Cette relation amoureuse qui a de graves conséquences, je ne vous en dirais pas plus, mais elle est étrange, déroutante et belle à la fois sans tomber dans la mièvrerie.

Des personnages, l'auteur nous dresse un magnifique portrait de créatures et personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Karou par exemple est une jeune fille courageuse, intrépide, douce et pleine de bonté même s'il lui arrive d'être un peu mesquine avec les gens qui l'entourent comme son ex-petit ami avec qui elle s'amusera d'une manière très drôle pendant un cours de dessin. Karou ne se rend pas compte de ce qui pèse sur ses épaules et j'ai ressenti toute sa détresse lorsqu'elle se rend compte de ce qui est en jeu. Akiva l'ange m'a aussi beaucoup plu avec son côté insensible et meurtri. Il ne vit plus que comme un automate, son coeur s'étant éteint plus tôt. La relation qu'il nouera avec Karou va le bouleverser et on comprend par la suite que c'est tout à fait logique. J'ai adoré toutes les chimères qui tournent autour de Karou. Il y en a tant que je ne peux tous les évoquer, mais elles sont laides et belles à la fois. Savoureux mélange.

En bref, j'ai eu un immense coup de coeur pour ce roman parce qu'il utilise une mythologie peu exploitée et pourtant qui peut donner de bons romans, comme ce fut le cas ici. De l'action, de la magie, de l'espoir, de l'amour, de la déception, de la haine... vous allez passer par un tas de sentiments en dévorant fille des chimères!

Couvertures étrangères



4 commentaires:

  1. Ton avis donne envie !!!
    Moi par contre la couverture ne me plait pas tellement... :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui la couverture ne plait pas en général mais pourtant le contenu est génial!
      Je le recommande fortement =)

      Supprimer
  2. Tu donne tellement envie! Mais j'avoue que je trouve la couverture bizarre^^

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de tomber sur le résumé de ce roman, et je dois dire qu'il me fait très envie ! Alors, avec ton avis en plus, je crois que je ne vais pas tarder à craquer ;) !

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!