samedi 28 avril 2012

Les Chroniques de Gor, tome 03 : Les Prêtres-rois de Gor de John Norman

Année d'édition : 1992
Edition : J'ai lu
Nombre de pages : 384
Quatrième de couverture :
Pour Tarl Cabot l'heure de la vengeance a sonné. Franchissant sans peur les portes noires qui marquent l'entrée des Monts Sardar, il pénètre sur le territoire des Prêtres-Rois. Le guerrier vient réclamer réparation pour sa cité détruite par caprice, et rien ne pourra l'arrêter. Mais on ne défie pas impunément ces formidables demi-dieux qui tiennent les rênes du pouvoir sur Gor depuis des centaines de milliers d'années. Leur contrôle est tel qu'ils ont eux-mêmes programmé la venue du guerrier au cœur de leur fief, où ils nourrissent des projets bien précis pour lui...







J'avais lu les deux premiers tomes de ce cycle qui m'avait bien plu. J'en attendais tout autant de ce troisième opus, mais ce ne fut pas le cas, hélas.


Le style de l'auteur m'a plu. Il est fluide mais assez brut. La lecture est assez simple excepté pour les passages descriptifs qui tombent dans la science fiction notamment lors de la rencontre avec les prêtres rois. J'ai failli lâcher le roman à de nombreuses reprises parce que le tout était assez indigeste. Trop d'informations n'est pas forcément une bonne chose. C'est au bout de plus de 270 pages que j'avoue avoir lu le roman en diagonale parce que mon intérêt pour tarl et sa nouvelle planète avait totalement disparu.


De l'histoire donc, le début m'a plu. On retrouve notre héros à la recherche des prêtres rois qui ont rasé sa ville et de ce fait la femme de Gor a disparu. On retrouve donc l'univers si particulier sur la planète Gor avec ses coutumes , ses moeurs, son esclavage. D'ailleurs la condition des femmes dans ce roman, souvent en esclave, ne m'a pas gênée outre mesure. J'ai tellement pris l'habitude avec les deux précédents tomes qu'à force cela ne choque plus et j'ai d'ailleurs trouvé ce troisième opus plus centré sur les prêtres rois que sur les esclaves sexuels. John Norman maîtrise son univers, seulement je pense qu'il a oublié que le lecteur pouvait vite se retrouver perdu devant un mont d'informations plutôt complexes et indigestes et j'ai une première fois failli abandonner pour passer à quelque chose de plus agréable à lire. J'ai toutefois persévéré pour voir comment Tarl allait aider Misk à sauver le dernier oeuf et par la même occasion les prêtres-rois. Mais arrivé au bout de 270 pages, je n'y suis plus arrivée. j'ai perdu tout l'attrait que j'éprouvais pour le héros et son histoire. J'ai donc lâchement abandonné le roman. Je pense y revenir par la suite lorsque j'aurais vraiment la tête à un roman aussi méticuleux et pointilleux sur des détails que le lecteur n'a pas forcément besoin de savoir. De plus j'étais étonnée de trouver autant d'éléments scientifiques dans ce roman avec de nombreuses technologies très avancée et un côté très troublant avec certaines descriptions de créatures qui m'ont fait penser à des fourmis ou des insectes géants ^^"


Concernant les personnages je trouve dommage de découvrir chaque fois autant de nouveaux personnages et de quasi oublier les précédents. Du coup à part tarl, je ne suis parvenue à m'attacher à aucun autre sauf Misk qui est assez humain pour un prêtre-roi. ( que je n'imaginais pas du tout comme ça d'ailleurs ^^).


En bref, je suis un peu déçue de ne pas avoir autant apprécié ce troisième opus et d'avoir abandonné ma lecture. Je pense le reprendre plus tard mais pour le moment je vais me concentrer sur d'autres lectures.


ma note :

pour finir quelques visuels des couvertures étrangères


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!