mercredi 12 octobre 2011

Misery de Stephen King

Quatrième de couverture :
 
Paul Sheldon, écrivain de best-sellers, est devenu riche et célèbre grâce aux aventures d'une héroïne romantique qu'il a créée : Misery Chastain. Au bout d'un certain nombre de tomes, il décide de la faire mourir pour se consacrer à d'autres histoires.
Alors qu'il voyage en montagne, il subit un grave accident de voiture et est sauvé par une ancienne infirmière, Annie Wilkes, qui dit être sa plus fervente admiratrice. Elle le soigne gentiment, mais Paul ne la trouve pas normale. Quand elle litL'enfant de Misery en découvrant à la fin que son héroïne préférée meurt, elle ne laisse pas partir Paul de chez elle et le force à écrire Le Retour de Misery : c'est à ce moment que le supplice va commencer et le cauchemar de Paul aussi...
 



Mon avis :
 
Ah quelle horreur!! Comment ais-je pu si vite arriver à la fin de ce roman magnifique? Comment ais-je pu si vite le finir et ne plus suivre les mésaventures de Paul? De tous les romans que j'ai lu de Stephen King, celui-ci arrive en tête! Il est magnifique en tout point! Et dire que ce roman ne se passe que dans la maison d'Annie, le dragon femelle! Et bien on y pense même plus, tout ce que l'on souhaite, c'est qu'enfin paul trouve une échapatoire à son supplice. Je ne pensais pas jubiler autant devant un huit clos si oppressant! J'ai d'ailleurs acheté l'adaptation cinématographique afin de voir ce qu'ils en ont fait, et j'espère ne pas être déçue, car ce roman est vraiment trop bon pour le gâcher!
 
Paul est un personnage vraiment attachant quoique quelquefois, il se montre agaçant de par sa nature. Il n'ose pas élever la voix contre Annie qu'il craint plus que tout et on ne peut que le comprendre, quoique j'aurais aimé le voir résister un peu plus contre cette déesse folle à lier.
 
Quant à Annie, je trouve ce personnage vraiment génial. Même si elle reste le grand méchant de l'histoire, on s'attache à elle très vite et d'un certain point de vue on ne voit pas seulement de la méchanceté et de la folie dans ses gestes, mais aussi un manque d'attention et de tendresse dont elle a du être privée pendant sa jeunesse.
 
En bref, un roman génial, parfois un peu cruel notamment la scène où Annie coupe à la hache un pied à Paul pour l'empêcher de fuir, ou encore cette scène où elle le force à boire l'eau qui a servi à nettoyer par terre, beurk...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!