vendredi 14 octobre 2011

le bal des louves tome 1 : la chambre maudite de Mireille Calmel



Année de parution : 2003
Editions :  France-Loisirs
nombre de pages : 377 pages
 
Quatrième de couverture :
 
Décembre 1500. Au pied des remparts du château de Montguerlhe, sous la lune glacée, gît une jeune fille aux longs cheveux souillés. Elle est ensanglantée, inconsciente. Parce qu’elle était trop belle et qu’elle s’est refusée à son maître, le seigneur François de Chazeron, il a fait pendre son mari à la sortie de leurs noces, il l’a violée, battue, marquée au fer rouge. Mais il a eu tort de la faire jeter aux loups. Car elle n’est pas une jouvencelle comme les autres. Les femmes de sa famille ont d’étranges pouvoirs. Certaines, comme Isabeau, parlent aux loups. D’autres, comme sa sœur Albérie, se transforment les soirs de pleine lune… Et dorénavant, ces deux femmes, ainsi que la petite Loraline qui naîtra de ce viol immonde, ne vivront plus que pour une chose : la vengeance !
Autour de François de Chazeron se trame un complot mortel. Quand il est atteint d’un mal inconnu, sa femme n’en paraît pas très affligée… mais elle a peur de lui et fait donc appel à un médecin. Celui-ci accepte de s’installer au chevet du malade pour tenter de comprendre. Une nuit, dans un demi-sommeil, il lui semble voir une longue silhouette se pencher sur le lit où gémit le seigneur. La Mort peut-elle avoir un si joli visage ? En tout cas, le médecin tombe amoureux et fera tout pour retrouver cette jeune fille, qu’elle soit réelle ou fantôme.
Isabeau, Albérie, Loraline, ces femmes endurcies par les épreuves seront tiraillées entre leur désir de vivre pleinement et la soif de vengeance qui ne les quitte pas. Leur destin nous entraîne des souterrains d’une forteresse auvergnate aux salles de bal du Louvre, de la cour des Miracles à celle de François Ier, des prophéties d’un enfant qui deviendra Nostradamus à la recherche de l’élixir de vie et de la pierre philosophale…
 

 
Mireille Calmel est un très bon auteur. Son dyptique le lit d'Aliénor avait su me subjuguer. Une fois de plus, l'auteur a su me captiver avec ce premier opus du bal des Louves, un premier tome que j'ai dévoré et que je regrette déjà d'avoir terminé tant la lecture m'a plu
Ce premier tome pose directement les bases de l'histoire. On découvre isabeau, une ravissante jeune femme qui aurait vraiment du être laide pour éviter d'attirer l'attention du seigneur des lieux François de Chazeron. Dès le début donc, l'auteur ne ménage pas ses lecteurs et nous prouve à quel point les personnages sont cruels. L'histoire d'Isabeau nous prend vraiment aux tripes! On souffre avec elle de son sort et de celui réservé à Benoit son mari qui ne le reste hélas qu'une journée, pendu pour avoir tenté de sauver sa jeune épouse. J'ai vraiment ressenti la détresse d'Isabeau et son besoin de vengeance. C'est tout à fait humain de vouloir venger la mort de l'homme qu'on aime et à aucun moment le lecteur ne le lui reprochera même si ses méthodes pour se faire seront peu orthodoxes dans le sens où elle va utiliser sa fille Loraline, née du viol qu'elle a subi par François de Chazeron. 
 
Et soudain on se retrouve projeté des années plus tard, à la découverte de ce qu'il est advenu des personnages. Isabeau a fui et s'est réfugié à Paris, tout le monde la pensant morte. J'ai vraiment aimé sa manière de combattre ses démons pour tenter de trouver à son tour le bonheur. C'est une femme vraiment forte qui va reprendre goût à la vie et à l'amour petit à petit. Elle rencontrera des personnages intriguant qui l'aidera à aller de l'avant. 
 
Ce que j'aime dans ce premier tome c'est qu'à aucun moment on ne s'ennuit. Les personnages cherchent tous à être heureux même si pour cela ils n'hésitent pas à nuire aux autres. C'est le cas d'Antoinette, l'épouse de François qui n'hésite pas pour être aimé en tant que femme a charmer Huc, rendant par la même occasion Albérie très malheureuse, mais ne s'en souciant pas. 
J'aime vraiment le côté sombre des femmes de ce roman. Elles sont toutes plus ou moins humaines même si pour certaines le côté animal domine leur côté humain. En y repensant, les femmes louves sont quelquefois plus humaines que les autres, c'est le cas de Loraline et Albérie que je trouve plus humaine qu'Antoinette, personnage que je trouve aussi antipathique que François son époux.
 
En bref j'ai vraiment adoré ce premier opus qui m'a permis de lire un roman magnifique tant par ses personnages que par la manière de l'auteur à nous faire ressentir des émotions fortes et parfois contradictoires. Je ne rajouterais pas à quel point le style de l'auteur y est pour beaucoup, vous l'aurez déjà compris et je reste persuadée que n'importe quel lecteur qui se lance dans ce dyptique, en restera charmé et amoureux autant que moi!
Un vrai coup de coeur!
 
Voir d'autres avis dans le cadre de la LC organisée par mes soins  : Flof13, Petitemarie

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!