samedi 15 octobre 2011

La geste du sixième royaume de Adrian tomas

Année d'édition: 2011
Editions : Mnémos
Nombre de pages : 512

Quatrième de couverture :

Les cinq royaumes : des nations turbulentes et ambitieuses souvent en guerre. Au coeur des terres, un sixième royaumes : La Grande forêt légendaire, impénétrable et hostile. Dans la maisonnée de Sélénir, dans les cases de Val ou dans les yourtes des nomades des steppes de Khara, le soir au coin du feu, on raconte aux enfants la légende suivante : tes rêves, tes cauchemars comme les créatures fantastiques des contes que tu aimes tant peuplent le sixième royaume...







Pourquoi ai-je choisi ce roman?
J'ai reçu ce roman en partenariat avec les éditions Mnémos et le forum Mort Sure et la couverture et le résumé m'ont enchantée.


Mes premières impressions?
Dès le début j'ai de suite adhérée au style de l'auteur. Les descriptions sont fluides et légères, les dialogues impeccables et cohérents. L'univers dans lequel se passe le roman est un univers de pure fantasy et ce ne fut pas sans me déplaire. Mes premières impressions furent très bonnes et je pressens le coup de coeur non seulement pour l'histoire, le style de l'auteur mais aussi pour la panoplie de personnages intéressants qui apparaissent dans ce roman.

Mon avis :
Pour un premier roman, l'auteur s'en sort à merveille. Son style est fluide, agréable et rend très bien les scènes d'actions à tel point qu'on a l'impression d'avoir le film qui défile devant nous. L'auteur a construit un univers très riche et plein de ressources et ce fut un réel bonheur que de plonger dans ce monde. Les dialogues sont une réelle force dans ce roman. Ils nous apportent beaucoup d'informations sur l'univers et sur la psychologie des personnages.

Concernant l'intrigue j'ai eu un peu peur au départ de lire une éternelle histoire de lutte entre le bien et le mal mais ce ne fut absolument pas le cas puisqu'ici si on comprend bien l'histoire, il n'y a aucun méchant et aucun gentil, chacuin luttant pour une entité qui est nécessaire au monde sans pour autant être profondément bon ou mauvais. Alors oui la lutte entre les hérauts du Père et les héraut de l'Autre m'a franchement bien plu puisqu'on s'attache à ces hommes et femmes qui se retrouvent impliqués malgré eux dans une guerre qui tôt ou tard ressurgira.
Jusqu'au bout on veut savoir lequel des deux camps remportera la victoire et c'est franchement un roman addictif puisqu'on ne souhaite pas le refermer.

Concernant les personnages je me suis réellement pris une claque! Ils sont nombreux et variés et je craignais de me perdre dans les prénoms mais chose rassurante et étonnante, ce ne fut pas le cas. L'auteur a décidé de laisser de côté les chapitres pour plutôt noter le nom du personnage qui va apparaître dans chaque mini chapitre. Ainsi on ne risque pas de se tromper et de s'emmêler les pinceaux même si les personnages sont tellement différents qu'il est impossible de les confondre. Que ce soit Corius le demi-nain, Maev la Dame, Moineau le gamin des rues, Llir le conteur ou même le changeur ainsi que leurs ennemis Orgoth et taenis, ils sont tous uniques et bien distinct. Je les ai d'ailleurs tous appréciés avec leur défaut comme leur qualité et j'ai vraiment trouvé que l'auteur nous offrait une panoplie de héros vraiment dignes de ce nom.

En conclusion, je dois bien avouer que ce roman fut un coup de coeur. L'histoire est complexe et très bien exploitée. Le style de l'auteur nous permet une immersion totale dans l'univers et les personnages renforcent la force de ce roman. Je vous le conseille vivement tant ce roman a un énorme potentiel! Un vrai bijoux de fantasy!
Ma note : 10/10

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je tenais à te remercier de cette critique très positive et fort bien écrite, pour un jeune auteur c'est une belle récompense! Au plaisir de te relire,

    Adrien Tomas

    RépondreSupprimer
  2. merci de votre passage sur mon modeste blog Adrien!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!