dimanche 31 mars 2019

la griffe du diable de Lara Dearman

Paru en 2018 aux éditions Pocket et en 2017 aux éditions Robert Laffont.

448 pages, thriller.

Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d'enfance avec sa mère, à Guernesey, ou elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d'une jeune femme s'échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s'étendent sur une cinquantaine d'années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l'île : les « griffes du diable », dont la légende veut qu'elles aient été laissées par Satan lui-même...




Mon avis : 

 Lien de la griffe du diable sur le site de l'éditeur. 

La griffe du diable avait tout d'une histoire dépaysante et intrigante. Je me suis lancée dans cette lecture attendant beaucoup de l'intrigue, de l'ambiance et des personnages. Quel dommage que finalement je n'ai pas eu tout ce que j'espérais. L'atmosphère du roman reste son plus gros point fort.

L'île que l'on découvre au travers des personnages et du déroulement de l'enquête a quelque chose de folklorique, d'électrisant et de dépaysant. Elle semble être dotée d'une vie qui lui est propre et agir comme bon lui semble, témoin invisible d'une histoire de corps échoué, de possible meurtre.

On suit l'aventure d'après différents personnages et différentes époques, attendant que tout se lie enfin. Malgré une ambiance intéressante, j'avoue avoir connu un véritable flop avec les personnages. L'héroïne, journaliste n'aura pas su me plaire et j'aurais aimé qu'elle se lâche davantage, qu'elle dévoile plus ses émotions. Je l'ai trouvé trop lisse, insipide et sans charisme. Il en fut de même pour le tueur et le policier. Chacun possède pourtant une histoire, un vécu solide et intéressant, mais au fil des pages, je n'ai à aucun moment réussi à m'attacher à eux. Et l'on sait que si les personnages ne parviennent pas à nous donner un semblant d'émotion alors la lecture en devient pénible car "plate". 

Après des personnages pour qui je n'ai ressenti aucune empathie, ce fut le tour d'une intrigue longue, trèèèèès longue à se mettre en place et qui fait beaucoup trop de sur place à mon sens. Rien n'avance, on peine à en savoir davantage, c'est lent. L'auteur nous propose d'en découvrir davantage sur l'île et ses habitants, sur nos héros, mais elle ne fait que retarder les découvertes sur l'intrigue. Sans aucun lien en plus avec celle-ci. J'ai plusieurs fois refermé le bouquin préférant la compagnie d'un épisode de santa clarita diet à l'avancement de l'enquête de la griffe du diable. Je suis plutôt bon public en thriller. Me faut une ambiance, de bons personnages, un peu d'originalité et surtout une histoire qui me tienne en haleine, qui prend aux tripes et ce ne fut pas du tout le cas ici.

 Dommage, parce que j'attendais beaucoup de cette île, de son histoire et de son futur, mais peut-être qu'à trop misé sur l'aspect géographique de son roman, l'auteur en a oublié ses personnages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!