dimanche 7 mai 2017

Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres de Maxime Gillio

Année d'édition : 2017
Edition : Pygmalion
Nombre de pages : 224 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Témoignage à deux voix sur la vie d'un père et de sa fille autiste de 15 ans.






Mon avis : 

Ce n'est un secret pour personne, j'aime ce qu'écrit Maxime Gillio. L'auteur est un véritable caméléon et passe du roman policier (Les disparus de l'A16), au gore (Manhattan carnage) au roman noir (Rouge armée) à un roman bien plus personnel et intimiste où il est question de sa relation avec sa fille autiste de quinze ans. Ne pensez pas que justement ce texte soit triste à souhait et mélodramatique. Non. Maxime garde ce qui fait sa force et son authenticité soit son humour pour dresser un portrait réaliste et surprenant sur sa fille et la relation qu'il entretient avec elle. Une belle leçon de vie et un agréable moment de lecture qui m'aura, je l'avoue, énormément fait rire. 

Dans ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres, Maxime a choisi plusieurs anecdotes distinctes pour nous parler de sa fille et de la vie auprès d'un enfant autiste. Il ne demande pas à être plaint ou admiré, non Maxime ne fait que raconter quelques scènes de son vécu et certaines m'auront franchement fait exploser de rire... (Je pense à l'attaque des doigts dans le nez sur la pauvre naine !)  L'autisme je le connais un peu pour avoir dans mon entourage très proche quelques jeunes enfants atteint de cette maladie et tous le vivent à des degrés différents. Certains semblent normaux jusqu'au moment où un sujet ou même une simple mouche va venir bousculer leur normalité. Le sujet évoqué ici est quelque chose d'important et de courant malheureusement et pourtant, je trouve qu'il y a encore trop peu de choses de faites en France pour les enfants qui auraient besoin d'être davantage accompagné et encadré. 

Si on enlève tout le côté autisme de la fille de Maxime, Gabrielle, on se retrouve avec un récit humoristique hilarant. Cette enfant semble pleine de ressource et tellement drôle. Alors oui, on sent qu'elle a un caractère déjà très affirmé et qu'elle n'apprécie pas la confrontation, mais bordel sa vision des choses est extra ! Gabrielle est vraiment fascinante et Maxime dresse d'elle un portrait que j'ai trouvé sublime et flatteur. C'était un peu comme s'il tentait d'excuser les périodes où elle se comporte en fille chiante en nous proposant de suite après des séquences où sa réflexion est unique. 

Je ne saurais pas trop évoquer le roman en lui-même parce que me concernant je l'ai trouvé génial, mais je ne fais pas partie de ces gens qui disent aux parents d'enfants différents : " au moins ton enfant est différent, il est unique..." Ouais c'est cela, genre on vous propose un échange vous sautez de joie. Non. Ne soyons pas hypocrite et je l'avoue sans honte j'ai moi-même avoué à des proches que je ne les enviais pas d'avoir un enfant autiste. C'est dur, fatigant et épuisant et même si j'adore leur gamin et que je prend plaisir à discuter avec lui, vivre 24h avec un enfant différent, je ne le pourrais pas. Et j'assume ! Alors malgré cela, de voir l'affection qui transparait dans chacune des pages de Maxime pour sa fille, voir à quel point il trouve toujours un point positif à souligner ou un moment où il devient son chevalier, je ne peux nier une chose : L'amour entre un parent et son enfant différent est dix fois plus fort que l'amour entre parent et enfant normaux. Je sens la polémique venir, mais c'est ainsi que je le conçois parce que pour un enfant différent, on va utiliser dix fois plus d'énergie et d'alternative pour réussir à entreprendre quelque chose. (peu importe la chose en question d'ailleurs, que ce soit l'apprentissage de la marche, de la parole, de la propreté, du respect ou les cours à l'école...) A ces parents là je dis haut et fort : Bordel tout mon respect ! Parce qu'ils sont forts sans s'en apercevoir et qu'à l'inverse de gens normaux, ils ne te balancent pas leur gosse dans la machine à laver, ou ne les font pas courir en slip au petit matin jusqu'à les tuer.

Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres est un beau récit. Franc, honnête, sans exagération l'auteur se livre et nous fait découvrir un quotidien auquel on ne doute pas sous ses airs de Show man ! En bref, jetez vous dessus, sans hésitation aucune. Fou rire garantie !

Les plus :
- De l'humour
- De l'humanité

Les moins :
- Trop court à mon goût, j'aurais aimé encore découvrir Gabrielle !


1 commentaire:

  1. Il me tentait déjà beaucoup mais là, après ton avis, c'est décidé, il fera parti de ma wishlist!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!