mardi 4 octobre 2016

Hell.com de Patrick Sénécal

Année d'édition : 2016
Éditions: Fleuve édition
Nombre de pages: 563
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture:
Depuis qu’il a pris la tête de la société immobilière de son père, Daniel Saul est devenu l’un des hommes d’affaires les plus riches du Québec. Dans la jeune quarantaine, beau, fonceur, intelligent et sans pitié pour la concurrence et les losers, Daniel a tout pour lui et ne se gêne pas pour prendre le reste.
Quand Martin Charron, un financier et ancien confrère de collège, lui propose de devenir membre de Hell.com, un site Internet secret où tout – mais vraiment tout ! – est possible pour ceux qui le fréquentent, Daniel sait qu’il ne pourra refuser de s’inscrire. N’est-il pas un « puissant de ce monde », comme son père l’a été avant lui et comme Simon, son fils adolescent dont il a la garde exclusive, le deviendra à son tour ?
Or, ce que Daniel Saul a oublié, c’est qu’on ne monte jamais aux enfers, on y descend ! Et leur profondeur, qui est abyssale, n’aura bientôt d’égale que celle de son désespoir !
 
La première page
 
Mon avis :

Daniel Saul est un riche homme d'affaire. Père d'un adolescent de seize ans qu'il a du mal à gérer depuis le début de l'adolescence, Daniel poursuit une carrière sans fausse note en compagnie de son bras droit, Marie, sa maîtresse occasionnelle. Lorsque Martin Charron, un ancien étudiant de son lycée, mis de côté par les autres étudiants du fait d'un physique peu avantageux. Mais des années ce sont écoulés et chacun a pu construire sa vie. Sauf que Martin est bien décidé à faire partie de la vie de Daniel et lui permettre d'accéder à ce qu'il se fait de mieux en manière de divertissement pour les gens des castes supérieures. Accéder au pouvoir c'est son but...

J'avais déjà pu lire le Vide du même auteur que j'avais dévoré et adoré. Ici, même si les 600 pages ont hyper vite défilé, j'ai trouvé que certaines scènes n'apportaient pas grand-chose à l'intrigue. L'auteur se veut violent et trash dans ce qu'il raconte, mais parfois un peu trop et on finit presque par se lasser de toute cette barbarie. Parce que l'horreur et la violence monte crescendo et si au début le roman est davantage accès sur la sexualité et ses dérives, très vite on tombe dans un livre qui ressemble à Hostel. Torture, kidnapping, meurtre, violence, viol, vengeance, les ingrédients sont peu réjouissants et pourraient vite perdre certains lecteurs trop sensibles.

Daniel est au départ un simple adepte des club échangiste avec Marie. Cette femme qu'il apprécie, mais avec qui rien ne sera jamais sérieux. Et puis le voilà qui découvre des soirées spéciales où le sexe prend une toute autre dimension. Des soirées où les pires fantasmes peuvent être réalisé avec des femmes ravies de faire plaisir aux riches. Là, Daniel se sent devenir un autre homme. Cela lui plaît, l'intrigue et peu à peu il en veut plus. Plus de pouvoir sur les autres, dominer toutes les situations. Et à mesure qu'il en veut plus, son travail commence à le rendre fou depuis qu'un concurrent qu'il a toujours pris pour un minable lui vole de gros contrats.

"Il se met à genoux devant le matelas, caresse le ventre et les cuisses qui se raidissent littéralement sous l'excitation... et Daniel comprend enfin ce qui l'allume tant dans ce corps décapité : l'aspect impersonnel. Sans tête, cette femme devient un pur instrument de plaisir, sa contribution au monde se limite à ce qu'elle  à offrir entre le cou et les jambes. Elle peut être belle ou laide, elle peut avoir un regard innocent ou pervers, elle peut être de n'importe quelle nationalité, ça n'a aucune importance puisqu'en ce moment, elle est résumée à son essentiel : un corps à fourrer. Cette absence de visage, et donc de regard, lui donne l'impression qu'il est sur le point de baiser une femme qui n'est personne. Sans spécificité. Sans âme. Et c'est cette idée qui l'excite tant." Page 124

L'âme revêt une importance capitale pour Daniel. J'ai eu la sensation qu'il était à la recherche de la sienne pour se pardonner d'une erreur commise alors qu'il n'était qu'un lycéen, jeune et immature. Une erreur qui a plusieurs reprise le rattrape et le rend malade. Et nous ne découvrirons cet événement inavouable qu'à la fin, pour mieux nous surprendre. Daniel qui va très vite tomber dans un engrenage avec ce site atypique et dangereux. Et lorsqu'il se rend compte que son fils s'éloigne trop de lui quitte à devenir un adolescent violent et taciturne, Daniel comprend qu'il a tout fait de travers depuis le début. 

J'ai beaucoup aimé le côté relationnel entre Daniel et son fils Simon. La mère est quasi inexistante puisqu'elle a perdu ses droits sur son fils. C'est donc Daniel qui s'occupe seul de son fils, mais voilà qu'il reproduit les mêmes erreurs que son paternel. Peu présent, toujours occupé, il n'a jamais de temps accordé à son enfant et lorsque ce dernier prend une direction dangereuse, Daniel s'inquiète et s'alarme enfin. Il serait temps qu'il se réveille. 

" Daniel tourne un regard assassin vers Simon, assis à ses côtés. L'adolescent prend la même pose qu'il affichait lors des visites précédentes : un mélange de "je-m'en-foutisme" et de lassitude qui, le père le sait bien, n'est habituellement que façade orgueilleuse. Mais aujourd'hui, cette attitude ne semble pas jouée et la sincérité qui s'en dégage ne fait qu'affûter la colère de Daniel.
- Tu as sauté sur un de tes voisins ?
- Il se foutait de ma gueule ! Il me regardait et il arrêtait pas de rire ! Ca fait deux mois qu'il me cherche !
- Et tu as agressé un surveillant ?
- Ben... je l'ai poussé un peu !
- Un peu ? nuance doucement Ruel. Il est tombé sur le dos et s'est blessé légèrement à une hanche." Page 96 

Daniel doit donc jouer sous tous les fronts. Celui de père qui ne parvient plus à s'occuper de son fils et qui le voit sombrer par sa faute dans une descente aux Enfers qui pourrait s'avérer fatal s'il n'intervient pas rapidement. Celui d'homme d'affaire qui voit son entreprise perdre de plus en plus de contrat à cause d'un rival qui s'en donne à coeur joie de lui voler les plus juteuses affaires. Et le rôle d'homme puissant qui perd le contrôle de sa vie à cause d'un site, un lieu de débauche et de violence qu'il ne pensait pas découvrir un jour. Un lieu où tout s'achète avec de l'argent donnant l'impression d'être chaque jour un peu plus puissant. 

L'auteur met l'accent sur cette facette de l'argent et ce que les Hommes sont capables de faire soit pour en gagner soit pour utiliser ces bouts de papiers qui apportent tant. J'étais d'ailleurs très curieuse d'en apprendre un peu plus sur Hell.com et honnêtement le site met du temps avant de faire son entrée. Ce n'est qu'après deux cent pages que notre curiosité commence à être satisfaite. Mais que peut cacher ce site si particulier, réservé à une élite ? Et c'est une fois que Daniel s'inscrit qu'il tombe dans une spirale infernale. Pour en sortir rien ne sera possible. Et même si le site tente de lui tourner la tête en ventant les qualités qu'il possède, Daniel au départ se laisse séduire par l'enfer.

"Ce site ne s'adresse qu'à des gens de l'élite, des individus dont la réussite sociale et personnelle donne le droit à des privilèges qui échappent au commun. Si vous avez été approché pour vous joindre à nous, c'est que vous correspondez, selon la personne qui vous a contacté, à ces critères et, surtout, êtes digne de confiance. Vous ne devez parler de Hell.com à aucun non-membre, sauf à quelqu'un qui serait susceptible de s'inscrire, en qui vous auriez une totale confiance (pour ce faire, l'adresse d'abonnement, qui change fréquemment, est toujours inscrite sur la page d'accueil du site). Toutes les photos et toutes les vidéos de ce site sont pour votre usage personnel seulement et ne doivent être montré à quiconque. Si nous apprenons que vous avez brisé ce lien de confiance, ou si nous avons le moindre doute sur votre cas, nous serons dans l'obligation d'agir en révélant nous-mêmes des renseignements confidentiels sur vous. Par exemple, les informations qui sont en fichiers joints avec ce message." Page 204

Comme on s'y attend; Daniel signe véritablement un pacte avec le diable et les conséquences seront horribles pour lui s'il tente de dénoncer le site ou d'en parler autour de lui. Surtout qu'au fur et à mesure qu'il fouille sur le site en question, il découvre un vaste réseau mondial. Où il est possible de torturer ou assassiner des gens. De faire tuer d'autres personnes pour assouvir une vengeance personnelle. De louer des prostitués ou des esclaves sexuelles peu importe leur âge. Hostel à côté c'est vraiment pour les enfants puisque les tortures iront loin, très loin dans l'horreur. Et puis soudain, Daniel tente de fuir ce site pour protéger son fils, témoin d'une séquence violente qu'il n'aurait pas du voir. Son seul fils qui s'enfuit, devient un être sans âme prêt à tout pour selon ses dires "mériter de vivre". 

Bon toutes mes excuses, je n'avais pas prévu de faire un avis si long, que voulez-vous je suis bavarde en ce moment, mais je me soigne. (Si ! Si!). Vous l'aurez compris, dans le dernier tiers, Daniel tente de sauver et son fils et son âme face à un groupuscule invisible et mondial qui ressemble à s'y méprendre aux tentacules d'une pieuvre. La route sera périlleuse pour lui et je peux vous dire, sans mentir, qu'il va en baver Daniel. Il va en prendre plein la tronche, mais pas que, et finalement à un moment donné, on finit par avoir de la compassion pour ce mec aveuglé par la richesse et le pouvoir qui se rend compte que sa vie ne vaut pas celle d'un autre. Et sur ce point de vue là, j'ai trouvé ça top.

En bref, je vais cesser là parce que sinon demain vous êtes toujours en pleine lecture de cet avis long comme la tour Eiffel. Finalement, je recommande ce roman  aux âmes coriaces. Pas aux gens émotifs ou vite écoeuré. Vous n'apprécierez pas la morale de l'auteur. Par contre si vous avez le coeur accroché et que vous avez aimé les films Hostel (du moins, les deux premiers) alors plongez-vous dans Hell.com !

Les plus:
- l'histoire surprenante de bout en bout
- certain personnage comme Marie qui apporte un peu de lumière dans cette obscurité. 
- la montée de l'horreur et de l'obscurité pour les personnages
- L'auteur va jusqu'au bout. Quitte à humilier au maximum son héros...

Les moins : 
- peut-être parfois trop de trash pour du trash. 

 

5 commentaires:

  1. Il pourrait vraiment bien me plaire, je note :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Boom ! Il peut te plaire si tu n'es pas contre "trop de violence" ^^ J'ai passé un chouette moment avec ce livre, mais j'ai préféré le vide du même auteur =)

      Supprimer
  2. J'ai un peu peur du côté surenchère de trash, mais en même temps, je suis assez intriguée ! Si je peux l'emprunter, je le lirai sûrement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si tu le lis n'hésite pas à venir me dire ce que tu en as pensé :D

      Supprimer
  3. Jaca m'en a tellement parlé qu'il fait partie de ma liste des A LIRE ABSOLUMENT !

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!