dimanche 9 octobre 2016

Celle qui te rendra heureux de Theresa Romain

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai lu
Nombre de pages : 375
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Henry Middlebrook revient meurtri de la guerre, le bras droit paralysé. Un drame, pour cet artiste qui rêvait de peindre la beauté du monde. Afin de reconquérir sa place au sein de la haute société, il mise sur une épouse influente qui saura l'imposer. Lady Caroline Stratton semble toute désignée, mais comment damer le pion à ses nombreux prétendants quand on ne peut ni danser ni écrire une lettre galante ? Henry va demander de l'aide à Frances, la cousine de Caroline et aussi sa dame de compagnie. C'est une jeune veuve futée, qui cache derrière sa discrétion de bon aloi un tempérament de feu. Lorsqu'il reçoit une lettre passionnée portant le sceau des Stratton et signée "Votre amie", Henry exulte, persuadé que la belle Caroline a succombé à son charme. Et c'est là que les ennuis commencent...

La première page :


Mon avis :

Henry Middlebrook est un soldat. Ayant perdu son bras au combat, il revient chez son frère dans l'espoir de se faire une place dans la société. Mais voilà que sa belle-soeur s'est mise dans l'idée de lui faire épouser une comtesse du coin ! Henry n'aurait pas été contre mais depuis qu'il a perdu l'usage d'un bras, il a perdu toute confiance en lui. N'ayant que peu d'espoir de trouver enfin une femme qui l'accepterait tel qu'il est, il finit par céder et laisser sa belle-soeur conspirer pour lui...

Celle qui te rendra heureux est une romance historique comme il en existe beaucoup. Peu de surprise à la lecture. Des personnages qui finalement ne m'ont pas marqué du tout. Une intrigue un peu trop exagéré partant d'un quiproquo peu crédible et voilà une histoire d'amour sympathique mais pas non plus exceptionnelle que nous propose l'auteur.

On fait la connaissance du héros Henry, un homme qui revient de guerre avec un bras inutilisable. De fait, l'homme a perdu confiance en lui et n'ose pas imaginer qu'une femme le prendrait pour époux, lui l'invalide. Mais voilà que la femme de son frère lui permet de faire la connaissance de Caroline Stratton, une très belle femme à la recherche semble-t-il d'un époux. La demoiselle est fort courtisée, normal, c'est une très jeune veuve riche et très belle en prime. Alors voilà notre Henry qui de loin va tâcher de se faire une place auprès de la belle. Et ce n'est pas gagné, loin de là.

" Après s'être incliné, la majordome le conduisit dans le salon où l'éblouissante lady Stratton recevait ses admirateurs.
Il y en avait une bonne dizaine.
Henry ne s'était pas attendu à tant d'affluence, ni à une telle opulence. Vue de la rue, la maison à la façade étroite ressemblait en tous points à ses voisines, avec ses corniches et ses moulures de pierre. Mais à l'intérieur, le salon foisonnant de fleurs ressemblait à une serre. Partout ce n'étaient que bottes cirées et regards énamourés." Page 41
Ce que je n'ai pas saisi c'est pourquoi Henry s'acharne autant avec Caroline. Il ne se passe aucune étincelle avec elle, même si oui, elle est très belle, mais très vite il se rend compte que non ils ne sont pas fait pour être ensemble. Pourquoi tenter autant sa chance et penser de suite qu'elle est l'auteur des lettres ? Surtout qu'il n'hésite pas à faire plus ample connaissance avec Francès à plusieurs reprises découvrant sa bouche dans les moindres coins et recoins. Alors pourquoi accourir auprès de Caroline dès qu'il en a l'occasion ? Moi, je n'ai pas compris et ça m'a quelque peu agacé. Il est attiré par Francès dès le début et pourtant il fait celui qui n'y croit pas et qui profite juste de l'instant présent avec elle. 

Le quiproquo des lettres ne m'aura pas convaincu non plus. Et jusqu'au bout on espère que Francès le lui avoue, mais voilà elle se tait dans son mensonge et attend qu'il le découvre de lui-même. Pas très honnête tout ça. Le roman se veut plein de rebondissements et très porté sur l'histoire entre Henry, Caro et Francès sauf qu'on devine très vite que Caro n'a que faire de ce dernier. Caroline ne vit plus que pour être courtisé et admiré. Personnage vraiment agaçant.

J'aurais aimé que certains passages apportent une touche de piquant, comme le duel,mais là aussi l'auteur s'en sort avec une pirouette pour que tout reste léger et sans gravité. Dommage, j'aime bien quand ça devient un peu dramatique ou dangereux pour nos héros.

Honnêtement, mon avis sera plutôt brève parce que je ne pense pas avoir passé un si bon moment avec cette romance. Elle n'a pas d'originalité, ne met pas l'accent sur son background historique qui aurait pu être fort intéressant pourtant. Alors oui, la lecture détend après des romans bien plus sombre, mais on reste sur notre faim et on espérait quelque chose de plus palpitant, le tout restant assez plat. Dommage.

Les plus :
- Le héros qui a un handicap (ça change, même s'il est super viril et bien musclé, comme tous les héros de romance)

Les moins :
- les personnages. Pour beaucoup leur passé est assez dramatique mais j'ai eu la sensation que l'auteur n'appuyait pas suffisamment ce fait.
- Le quiproquo de l'histoire peu crédible à mon sens.
- La dynamique du récit qui le rend assez plat.

http://www.climaginaire.com/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!