mardi 30 août 2016

Images fantômes de Elizabeth Hand

Année d'édition : 2016
Edition : Super 8
Nombre de pages : 408
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Photographe punk expérimentale, adepte made in NYC des ambiances morbides et de la déglingue radicale, Cass Neary a connu son quart d’heure de gloire warholien. Ce qui n’était pas prévu, c’est qu’elle y survive. Vingt ans plus tard, c’est une quadragénaire has been ayant gardé de sa folle jeunesse, outre un penchant prononcé pour les paradis artificiels, une profonde et incurable nostalgie.
Aussi, quand son vieil ami Phil lui propose d’aller interviewer Aphrodite Kamestos, artiste culte des années 1960 vivant désormais recluse sur une petite île perdue au large du Maine, Cass n’hésite pas très longtemps ; d’autant que Kamestos, dont l’œuvre a inspiré son propre travail, a apparemment demandé à la voir personnellement. Mais le Maine en novembre est un monde en soi : grise, glacée, peuplée de figures inquiétantes, la région baigne dans une atmosphère quasi onirique, et l’esprit embrumé de la visiteuse n’arrange rien à l’affaire.

Mon avis :

Cass est une ancienne photographe qui a connu son instant de gloire. Ses photos provocantes et réalistes ont énormément fait parler d'elles. Cass photographiait des junkies, des jeunes, morts ou à l'agonie en plein New York. La déchéance de la jeunesse qui espérait connaître son instant de gloire. Mais voilà Cass est aussi vite retombée de son nuage et l'alcool n'aidant pas, elle n'est plus que devenue l'ombre d'elle-même, surtout après le décès tragique de la seule personne qui n'ait jamais compté dans sa vie. Des années plus tard, c'est Phil qui tente de lui faire remonter la pente : Aphrodite Kamestos, photographe culte des années 60 doit être interviewé et c'est Cass qui est choisi pour se rendre sur l'île de l'ancienne célébrité... 

Wahou ! Quelle épreuve difficile que de vous parler de ce roman si atypique et étrange. Pour faire court : j'ai adoré ! En voilà un gros coup de coeur pour un roman qui laissait présager une lecture particulière et assez lente. Images fantômes m'aura à plusieurs reprises fait penser à l'excellent Coldheart Canyon de Clive Barker pour ce côté célébrité déchu qui s'exile et renaît de ses cendres. Parce que oui, l'héroïne d'Images fantômes est une femme morte qui va devoir cesser de se laisser aller de la sorte. Cass, une écorchée vive, une femme qui en a bavait et qui est éteinte à l'intérieur.

Images fantômes est un roman sombre et froid. Pendant une bonne partie de ma lecture j'étais dans un total brouillard, me demandant où l'auteur voulait m'amener aux côtés de cette femme qui se saoule à longueur de temps. Il n'y a plus que l'alcool et son appareil photo qui semblent avoir de l'importance à ses yeux. Aussi lorsqu'on lui propose d'interviewer une grande photographe des années 60, Cass d'abord sceptique finit par accepter dans l'espoir d'en apprendre davantage sur certains livres d'Aphrodite qui l'ont inspirée. Je disais plus tôt que le roman était lent, certes au début, mais vers la fin lorsque les choses se mettent en mouvement et que l'intrigue prend tout son sens, Cass se réveille enfin et devient une véritable sauvageonne prête à tout pour sauver sa peau et celle d'une adolescente qu'elle a prise sous son aile. On rencontre énormément de personnages dans Images Fantômes. Des habitants de l'île qui n'auront pas forcément de rôle dans l'histoire si ce n'est de diriger inconsciemment Cass vers sa destinée. Et la rencontre avec Aphrodite est déroutante, vraiment.

Aphrodite est une vielle femme alcoolique, toujours saoule, à n'importe quel moment du jour ou de la nuit. Ravagée par l'alcool, elle ne semble plus se rendre compte de ce qu'il se passe autour d'elle et se montre agressive avec Cass. Pourquoi la repousse-t-elle si vite alors qu'elle aurait demandé expressément à ce que ce soit justement Cass qui vienne l'interviewer ? Des questions émergent de cette histoire qui semble montée de toute pièce. Pourquoi ? Qui avait besoin que Cass se rende sur l'île ? Dans quel but ? Ce sont les questions qu'on va peu à peu se poser tandis que des gens disparaissent subitement dans les parages et que Cass se rapproche de Gryffin, le fils d'Aphrodite, un homme qui semble malheureux et très peu proche de sa mère.

Rien que l'ambiance m'a plu. L'ambiance et Cass, cette femme qui a vécu des choses qu'on ne souhaite à personne. Alcoolique, solitaire, une femme qui assume sa bisexualité et qui du coup se retrouve constamment jugée par ses choix. Cass qui a perdu tragiquement la seule femme qu'elle ait un tant soit peu aimé. Cass qui a été violé, se laissant faire, ne cherchant pas à lutter. Oui, notre héroïne traine derrière elle un lourd passé. Chargé et dur. Et sans s'y attendre, elle va découvrir un secret macabre au gré de ses ballades sur l'île. 

Images fantômes prend son temps pour se mettre en place. L'héroïne, Cass, Punk aux éternelles santiags et alcoolique, va vraiment vous toucher. Ce fut le cas pour moi. Elle est tellement touchante malgré ses erreurs et sa façon de voir les choses. Son obsession pour la photographie et pour la mort sont touchantes et aussi effrayantes. Voilà typiquement le genre de personnage qui me fascine et j'avoue avoir trouvé le dernier quart du roman très intense et palpitant. Un beau coup de coeur pour ce roman atypique et original !

A lire pour :
- Le thème de la photographie bien mis en avant !
- L'héroïne dans sa totalité ! Son parcours, son tempérament, son vécu et sa passion.
- L'ambiance froide et oppressante. 

A eviter si :
- vous êtes un(e) romantique
- vous n'aimez pas les écorchés vifs.


 

 


2 commentaires:

  1. C’est vraiment le style de roman qui me plairait, avec une héroïne qui sort des sentiers battus, je note :D

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!