dimanche 15 mai 2016

Alice au pays des morts-vivants de Mainak Dhar

Année d'édition : 2016
Edition : Fleuve edition
Nombre de pages : 400
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Deadland, Inde. Un virus a réduit la quasi totalité de l’humanité à l’état de zombies. Du monde d’hier, il ne reste rien, ni gouvernements, ni technologies, juste les armes, nécessaires à la survie. Le Comité Central règne sur cette partie du monde. L’instrument de son pouvoir : son armée, Zeus. Les groupes qui les rejoignent sont alors sous leur protection, en échange, les jeunes combattent dans leur rang, les autres travaillent pour eux.
Alice, 15 ans, est la fille d’un ancien diplomate américain, qui est aujourd’hui le leader d’une communauté restée indépendante et libre. Alice n’a pas connu d’autre école que celle de la survie. Mais elle y excelle. Lors d’une patrouille, elle voit un zombie sortir subitement de terre, portant des oreilles de lapin roses. Des rumeurs parlent d’un réseau souterrain où les zombies se réfugient. Elle s’engouffre à sa suite. Et chute...
Elle découvre alors un réseau de galeries, et se trouve rapidement acculée par les zombies. Alors que le combat semble perdu, Bunny stoppe ses congénères. Alice se trouve près d’une affiche d’Alice in Wonderland. Et les zombies croient reconnaître en elle la jeune fille de l’affiche. Ils la conduisent alors à la Reine des zombies...

Mon avis :

Un virus a détruit l'humanité. Les Mordeurs vivent désormais dans de grandes galeries souterraines, ne sortant que pour tenter de manger de l'humain. C'est dans cette univers et ambiance si particulière qu'Alice a grandi. A quinze ans, la jeune fille est une très bonne tireuse et ne loupe que rarement ses cibles. Dégommer du mordeur c'est sa passion et son boulot, qu'elle fait soigneusement. Lorsqu'un jour elle découvre un Mordeur avec d'étranges oreilles de lapin en guise de déguisement, Alice ne peut s'empêcher de le prendre pour cible et de le suivre lorsque celui-ci disparaît subitement de sa ligne de mire. La curiosité est un bien vilain défaut, surtout qu'il va entraîner la jeune femme dans les galeries de Mordeurs où elle va en apprendre énormément sur la situation réelle du monde qui l'entoure.

Moi et les zombies, c'est une très grande histoire, aussi quand j'ai découvert la sortie de ce roman, j'étais hyper intriguée et impatiente de le lire. Un conte et du zombie, voilà un mélange atypique et loufoque qui à mon sens marche plutôt bien, même si en fin de compte j'attendais plus de folies de la part de l'auteur. Si au départ j'ai apprécié la folie que l'auteur distille a petite dose, j'attendais une explosion de délire et de n'importe quoi qui n'arriva jamais. Pourtant, j'ai passé un chouette moment en compagnie d'Alice et de ses mordeurs qui font souvent allusions au célèbre conte d'Alice aux pays des merveilles et c'était bien vu surtout que finalement, l'histoire est bien plus sombre et prend une direction inattendue. 

Très vite, on fait la connaissance de notre héroïne, Alice, une adolescente qui ne se laisse pas faire et qui a très jeune appris à affronter les mordeurs, des zombies qui pullulent en dehors de leur base. Il faut donc régulièrement faire le ménage pour protéger la population. Alice est donc habile avec une arme et n'hésite pas à protéger les humains des mordeurs. Mais voilà que pendant une mission, un mordeur avec des oreilles de lapins la captive et disparait subitement. Curieuse comme elle est, Alice va le suivre et atterrir dans des galeries souterraines appartenant justement aux Mordeurs. Là, tandis qu'elle essaye de s'échapper, elle devient prisonnière d'eux surtout que le Mordeurs aux oreilles semble être très intrigué par la jeune femme, éloignant les autres zombies d'elle. Suite à cela, Alice va faire la connaissance de la Reine qui semble beaucoup aimer couper la tête de leurs prisonniers, sauf d'Alice qui semble faire partie d'une étrange prophétie bénéfique aux Mordeurs. Une humaine pour sauver les zombies alors que son rôle était justement de les envoyer six pieds sous terre définitivement ? L'idée m'a beaucoup plu, surtout lorsque l'auteur prend le risque de changer la donne niveau survie face aux zombies en intégrant l'histoire d'Alice. La reine, le Chapelier, le lapin, les potions, bref on a énormément de symboles concernant Alice aux pays des merveilles. Et j'aurais vraiment apprécié que l'auteur pousse davantage la ressemblance, sauf que forcément, la crédibilité et la cohérence en aurait pris un sacré coup !

Alors oui, un roman de zombie ne peut absolument pas être crédible. Certes. Mais l'histoire fonctionne très bien ici ! On est dans un univers post-apocalyptique où les derniers humains tentent de survivre face aux zombies, mais aussi face à une unité, le groupe Zeus, qui tente d'enrôler les hommes des camps dit libres dont Alice fait partie. C'est donc trois camps totalement différents qui s'opposent tout au long du roman jusqu'à ce qu'Alice rencontre la Reine, une femme qui travaillait pour le gouvernement quand tout a commencé. Une fois encore, on se rend compte que c'est l'Homme qui est toujours derrière une catastrophe et Alice avec la complicité de la Reine est bien décidé à sauver tout le monde.

La plume m'a séduite même si parfois je l'ai trouvé assez expéditive dans le sens où l'auteur va très vite à l'essentiel et ne s'encombre pas d'assez de détails. Ce n'était, pour un roman zombie, pas assez gore à mon sens et je m'attendais à ce que ce soit parfois plus tragique ou sombre via des événements qui auraient dû l'être. Du coup, je n'ai pas eu la sensation d'être prise aux tripes par les péripéties d'Alice comme je m'y attendais. Un bon roman zombies se doit de vous prendre en tenaille dès le début, de vous faire quasi suffoquer tant vous avez peur pour les héros. Ce ne fut pas le cas et c'est mon plus grand regret, j'aurais adoré que l'auteur se lâche davantage.

Heureusement, l'histoire surprend et très vite cela devient bien plus divertissant et assez original puisqu'on ne s'attend pas à un tel choix scénaristique. Cela innove des autres romans qui gardent toujours à l'esprit qu'un zombie est une créature à anéantir un point c'est tout. Les personnages apportent aussi une touche d'humour et de légèreté  et j'ai beaucoup aimé faire connaissance avec Alice qui n'a peur de rien, même pas des Mordeurs et des humains plus forts qu'elle.

En bref, c'était une lecture détente et assez loufoque. J'aurais sincèrement apprécié plus de folies et de liberté de la part de l'auteur, mais je serais au rendez-vous pour la suite !

A lire si :
- les Zombies ? Vous adorez ça ! Vous en mangez tous les jours au ptit déj !
- Les réécritures de contes cela vous plaît.

A éviter si :
- vous n'aimez pas les mangeurs de cervelle.
- Vous aimez les romans descriptifs où l'auteur dit tout sur tout, même la longueur exact des cheveux de nos héros !   
   
 

 
 

3 commentaires:

  1. Pouahh... trop drôle tes notes de à lire si... et à éviter si... Je suis crampée !!! Moi dès que je l'ai vu sur le fofo, j'ai voulu le décovurir... Reste juste à attendre sa sortie au Québec !!!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!