lundi 14 mars 2016

Le Fou et l'Assassin, Tome 2 : La Fille de l'Assassin de Robin Hobb

Année d'édition : 2015
Edition : pygmalion
Nombre de pages : 384
Public visé : Adulte 
Illustration : photo montage
Quatrième de couverture :
Fitz Chevalerie doit apprendre à vivre avec sa fille, Abeille, après la mort de sa femme Molly. Etrangement précoce et intelligente, l'enfant poursuit une existence à demi sauvage dans le domaine de Flétribois auprès d'un père qui ignore comment l'élever et d'un personnel qui, au mieux, la regarde comme une bête curieuse, au pire, la méprise. Livrée à elle-même, elle découvre les passages secrets que dissimulent les murs de la maison, se lie d'amitié avec un chat et apprend par bribes la vie d'assassin que mena jadis son père. Un jour, une jeune femme arrive, porteuse d'un message du Fou ; mais elle est si gravement blessée qu'elle expire avant de pouvoir tout dire. Fitz, craignant que ses meurtriers ne s'en prennent à sa famille, brûle son cadavre, dissimule sa mort et laisse croire qu'elle a poursuivi sa route. Un matin où Fitz se rend au marché avec sa fille, celle-ci est prise à partie par un mendiant que son père poignarde... Or, il s'agit du Fou... Robin Hobb ressuscite ici magnifiquement les personnages de la célèbre série de L'Assassin royal qui l'a rendue célèbre dans le monde entier.

Mon avis :


Molly est décédé et Fitz a du mal à encaisser la disparition de son épouse. Pire, il se retrouve seul avec Abeille, sa petite fille fragile et étrange. Pour certains c'est une fille étrange qu'ils préfèrent ne pas approcher, pour d'autres ce n'est qu'une enfant un peu sauvageonne qui apprécie la simplicité des choses. Mais Fitz comprend qu'elle est bien plus que cela en témoigne son intelligence, mais surtout son étrange venu au monde. Pourtant, il n'aura pas le choix de l'élever et de prendre soin d'elle, mais en est-il capable, lui qui toute sa vie n'a servie qu'à servir de catalyseur ? Et lorsqu'une étrange jeune femme au teint très pâle lui demande de l'aide de la part d'un ancien ami qui lui est très cher, Fitz va devoir protéger de nouveaux des indésirables, comme lui, nés bâtard et qui gênent tout en tâchant de retrouver quelqu'un pour son ami de coeur : le fou...

Par quoi commencer ?  Lire du Robin Hobb est toujours merveilleux. Ca me fait toujours la même sensation :


Une fois encore, la dame prouve qu'elle sait conter de merveilleuses histoires pleine d'émotions et de personnages sublimes. Ce second tome est aussi grandiose que le précédent et permet de faire encore un bout de chemin avec Fitz, ce personnage que j'admire énormément et qui a suivi une partie de mon adolescence. C'était à l'époque la première saga de fantasy que je dévorais et qui me donner beaucoup d'émotions. Encore une fois, je suis encore toute retournée par une lecture de Robin Hobb et franchement, je n'avais pas envie de quitter nos héros, j'étais trop proche d'eux et surtout totalement captivé par leur histoire. Parce qu'en plus sans y avoir énormément d'action, ce roman est un page turner délicieux et plus que réussi.

En ouvrant ce second volume donc, j'ai pu retrouver Abeille, cette petite fille étrange et qui l'air de rien est très futée et intelligente. Elle voit les choses différemment de son père et pourtant ils se complètent à merveille. Fitz papa, c'est nouveau et étrange. Ce bâtard royal qui n'a pas eu une vie calme tente tant bien que mal d'élever sa fille loin du tumulte de la vie de château avec ses complots et assassinats. Fitz qui est très maladroit avec ses sentiments et qui a du mal à s'ouvrir aux autres justement à cause d'une enfance douloureuse va devoir apprendre à devenir un bon père et beaucoup surveilleront ses faits et gestes. Je ne saurais décrire ce que j'éprouve pour Fitz. J'ai la sensation qu'il fait partie de moi, parce que c'est l'un des rares personnages qu'on voit grandir et évoluer. On apprend à le connaître à sa naissance, on le voit devenir un  apprenti assassin, se faire malmener et vivre une épopée incroyable jusqu'à ce qu'il finisse par se retirer et vivre en paix avec Molly et sa descendance. Dans le fou et l'assassin il n'est plus tout jeune, il a il me semble une bonne cinquantaine d'année et on continue à l'admirer, l'apprécier et le soutenir. On lie vraiment une relation profonde avec ce personnage. C'est magique !

Et tout ça ne serait rien sans des personnages cultes de la précédente saga ! Quel bonheur de revoir Umbre, ce vieux renard qui malgré les années, continuent de tout maîtriser de main de maître ! Il semble même immortel et j'ai vraiment eu un sourire idiot en le redécouvrant, même un cours instant. Et que dire du Fou ? Enfin ! J'attendais tellement le moment où il serait de nouveau avec son ami de Coeur, Fitz. Leur relation est toujours aussi ambiguë tout comme le sexe du Fou. On ne sait toujours pas s'il est un homme ou une femme et après autant de tome c'est énorme d'être parvenu à maintenir ce suspense ! Ortie est aussi de la partie, la première fille de Fitz, une artiseuse de talent et de caractère ! Elle remet souvent son père sur le droit chemin afin de protéger sa petite soeur que tous pense simple d'esprit, ce qui n'est pas du tout le cas ! Abeille restant le grand mystère de cet opus et même de la nouvelle saga je pense, surtout lorsqu'on sait les détails de sa naissance. 

L'auteur choisi aussi d'ajouter de nouveaux personnages dans cette saga. Il y a tout d'abord dame Evite, une jeune fille qui pense que tout lui est acquis et qui va en exaspérer plus d'un! Certes  très belle, la jeune femme et Abeille seront sans cesse dans le conflit afin de s'attirer les faveurs de Tom Blaireau (Fitz). Je me pose d'ailleurs beaucoup de questions sur l'avenir d'Evite et j'ai hâte de voir ce que l'auteur nous réserve. Fitz va également devoir s'occuper de Lant Fitzvigilant, un autre bâtard que beaucoup souhaite voir mort. Fitz et Lant ont un souvenir commun qui ne leur permettra pas réellement d'être proche. Si Fitz est en colère contre Lant, ce dernier a très peur de Fitz dont il connait les capacités.   

Je ne vais pas vous mentir, l'action est lente et peu présente dans ce second tome et pourtant... je me suis régalée et à aucun moment on ne s'ennuie ! Comment parvient l'auteur à nous captiver à ce point ? 

Et puis on suit l'histoire avec passion et tendresse de se remémorer tous les événements du passé de Fitz jusqu'à ce moment qu'on attend depuis le premier tome : les retrouvailles avec le Fou ! Et là le drame ! Je ne vous spoilerais pas vu que la quatrième de couverture en parle même si je regrette qu'elle en dévoile trop ! Enfin, vers la fin du roman, Fitz retrouve le Fou dans des circonstance dramatique et là... j'ai senti une larme couler de ma joue ! Oui ! J'étais hypnotisée par leur retrouvaille si violente, à l'image de leur relation depuis le début de l'assassin royal. Et soudain... c'est fini ! Le rebondissement des dernières pages m'a troublé, fait hurler ! J'étais triste, en colère de ne pas avoir compris plus tôt ! L'auteur a tellement su me captiver qu'à aucun moment je n'ai cherché à découvrir certaines identités ! 



En bref, je suis conquise, convaincue que Robin Hobb fait partie des meilleurs auteurs de fantasy que j'ai pu lire à ce jour. J'aime sa plume et la personnalité qu'elle offre à ses héros. J'aime son univers et m'y plonger est chaque fois le même délice. J'ai maintenant hâte de me plonger dans le troisième opus !


2 commentaires:

  1. Je dois attendre l'intégrale ... j'ai les premiers en intégrale ... je trépigne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux bien te croire ! j'ai le tome 3 à lire d'ailleurs :D

      Supprimer

Laisser une trace!