mercredi 13 janvier 2016

Les Croz, tome 1 : La malédiction de Kalaan de Linda Saint Jalmes



Année d'édition : 2015
Edition Rebelle
Nombre de pages : 298
Public visé : Adulte
Illustration de Karen M.
Quatrième de couverture :
Égypte, 7 novembre 1828
Kalaan Fébus, comte de Croz, ainsi que l’éminent savant Jean-François Champollion, se retrouvent à l’improviste sur les rives de l’antique cité de Tell el-Amarna. Pour le jeune noble, c’est la providence qui frappe à sa porte en la personne de Champollion, l'unique être qui puisse déchiffrer les hiéroglyphes qui figurent sur le mur d’entrée du mystérieux édifice que Kalaan vient de découvrir.
Providence, vraiment ? Car le comte, après s’être introduit dans l’étrange construction, est touché de plein fouet par une malédiction. Dès lors, il ne lui reste qu’une seule solution pour contrer l’infâme punition des dieux antiques : rentrer chez lui en Bretagne et aller trouver le gardien des pierres.
Mon avis: 

Kalaan comte de Croz est passionné par l'Egypte. Aussi lorsqu'il trouve un mystérieux édifice, il fait appel à Jean François Champollion pour déchiffrer les hiéroglyphes du bâtiment. Accompagné de ses amis Salam un touareg discret et fidèle et P'tit Loïk, un breton qui le suit comme son ombre, Kalaan ignore encore que l'édifice est porteur d'une malédiction. Lorsqu'il finit par y pénétrer après que la porte se soit effondrée en poussière, il découvre des lieux abandonnés depuis longtemps et Jean-François est ravi de déchiffrer les lieux. Mais personne n'a tenu à les accompagner et lorsque Kalaan finit par trouver une étrange pierre et à voir des choses qui sortes de ses pires cauchemars, il comprend qu'une fois encore la curiosité est un vilain défaut.

La malédiction de Kalaan m'aura fait passer un chouette moment. Dès le début, j'ai été captivée, pour ensuite regretter la direction prise par l'auteur concernant la romance. Mon intérêt c'est à nouveau éveillé avec certains personnages qui apparaissent dans la saga pour ensuite retomber complètement. On peut dire que ce roman a eu l'effet yoyo sur moi, mais en y repensant, j'en garde surtout le positif, c'est donc que malgré les défauts que j'ai trouvé et qui sont une question de goût, ce roman est un bon premier tome et mérite qu'on se laisse transporter par la plume de Linda Saint Jalmes que je ne connaissais pas. 

D'emblée, j'ai apprécié la plume de l'auteur et les descriptions enchanteresse qu'elle propose que ce soit de l'Egypte, où on a l'impression d'être avec nos héros, ou la Bretagne qui est très bien mise en avant. Le début du texte laisse véhiculer cette sensation de chaleur tout le temps que cela se passe en Egypte et dès qu'on arrive en Bretagne, la chaleur disparaît. C'est en tout cas la sensation que j'ai eu en lisant ce premier opus de Les Croz et même les personnages véhiculent cette impressions. (divagation et chaleur en Egypte et froideur et folie en Bretagne en partie à cause des malédictions et des événements en plein hiver.)

Kalaan m'a aussi bien plu. Le personnage n'a rien de bien innovant, c'est un rustre qui ne respecte pas vraiment les femmes parce qu'il avoue lui-même avoir peur d'elles et de ce dont elles sont capables. Aussi, il est un véritable libertin qui se refuse à s'attacher à l'une d'elle, de peur qu'elle ne cause sa perte. Kalaan est un passionné d'histoire et surtout de lieux anciens. Aussi lorsqu'il découvre cet édifice caché dans le désert, la curiosité prend le dessus et jusqu'au bout il ne saura lutter contre sa curiosité qui le mènera à sa perte. La malédiction dont il sera victime m'a beaucoup plu et j'ai apprécié de le voir sous un autre jour. Ce n'est certes pas une bonne chose pour lui et il aurait préféré cacher sa malédiction à ses proches, mais par un malheureux concours de circonstance, beaucoup seront au courant et s'en amuseront, sauf lui. Surtout qu'en fin de compte, la malédiction n'a rien de bien grave et j'aurais aimé que cela soit davantage exploité/poussé pour mieux malmener Kalaan. Et puis, le gros bémol, c'est qu'on devine trop facilement que sa malédiction va lui ouvrir les yeux sur une certaine jeune femme de son entourage !

La fin est très, trop prévisible sur la fin de cette malédiction, j'aurais aimé une autre façon de se terminer, mais l'auteur a fait ce choix et je le respecte puisque de toute façon cela ne m'a pas empêché d'apprécier et de complètement craquer pour la romance offerte par Linda. J'ai apprécié l'humour de ce premier opus. L'air de rien c'est tout en légéreté que l'auteur traite de meurtres, d'empoisonnement et de malédiction pour notre plus grand plaisir, et à de multiples reprises, j'ai souri de la répartie de nos héroïnes. Parce que justement, malgré leurs rangs, elles ne sont ni sottes ni dociles. Elles ont toutes du caractère, que ce soit la mère et la soeur de Kalaan ou Virginie, la meilleure amie d'Isabelle, la soeur de Kalaan.

Des autres personnages, j'ai été surprise de découvrir Vidocq dans le roman, mais vu l'époque, cela n'a rien d'étonnant. L'auteur a donc voulu miser sur le côté historique de son univers en plus de son côté fantastique et ça colle plutôt très bien ensemble. En plus d'une malédiction à annuler, on a une histoire sordide de meurtre et de tueur sans pitié qui n'a pas peur de se salir les mains quand il le faut. Un personnage détestable et qui heureusement finit par brûler en enfer. L'autre atout selon moi, c'est aussi l'époque choisie par l'auteur. Créer cette histoire en 1828 lui apporte une autre dimension. Cela en devient à mon sens plus crédible et plus touchant au vu des moeurs de l'époque et de la place de la femme alors.

J'ai cependant trouvé dommage que la fin enchaîne directement sur un rebondissement qui arrive bien trop brutalement alors qu'on venait tout juste d'avoir des réponses à certaines de nos questions. L'auteur résout un problème et en pose directement un nouveau, sans laisser au lecteur le temps de souffler de tous ces événements passés. Certes, cela donne du coup, très envie de se jeter sur la suite à sa sortie, mais j'aurais aimé que le tout soit moins explicité et plus mystérieux. Là on connait déjà les enjeux du tome suivant. Petit bémol donc.

En bref, je recommande ce roman pour l'originalité de la malédiction. Certes, le roman reste prévisible à plusieurs reprises, pourtant cela n'a pas du tout gâché ma lecture, au contraire. J'espère avoir l'occasion de lire la suite qui apportera enfin de nouvelles résolutions aux problèmes finaux !

http://rebelleeditions.wix.com/rebelleeditions#!les-croz/c2sr

2 commentaires:

  1. Ta chronique est parfaite ! Elle résume parfaitement bien ce que j'ai pu penser de ce roman.
    Je sais que l'auteure a eu une "restriction" de caractères pour ce premier tome, ce qui peut expliquer certaines choses : comme les révélations trop rapides ou tout autre chose amené trop brutalement.
    En tout cas, j'aime quand quelqu'un a eu le même ressenti que moi :p

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!