dimanche 18 octobre 2015

Demain les chiens de Clifford D. Simak



Année d'édition : 2015 
Edition :J'ai lu
Nombre de pages : 336
Public visé : Adulte
Illustration de Flamidon
Quatrième de couverture :
Les hommes ont disparu depuis si longtemps de la surface de la Terre que la civilisation canine, qui les a remplacés, peine à se les rappeler. Ont-ils véritablement existé ou ne sont-ils qu'une invention des conteurs, une belle histoire que les chiens se racontent à la veillée pour chasser les ténèbres qui menacent d'engloutir leur propre culture ?


Mon avis : 

Les chiens ont remplacé les Hommes sur Terre. D'eux, ils ne se souviennent plus si ce n'est grâce à quelques contes qu'ils prennent plaisir à se raconter pour garder en mémoire ces êtres qui autrefois dirigeaient la planète. Au travers de plusieurs contes, les chiens se racontent notre histoire.

Je sais que ce roman est considéré comme un classique de la science fiction et c'est pourquoi malgré que je sois peu réceptive à la science-fiction, j'ai voulu le découvrir. Hélas pour moi, la sauce n'aura pas pris et à aucun moment je n'ai été séduite que ce soit par le style, les contes ou l'univers proposé. Il m'a manqué de saveur et d'explications pour comprendre ce recueil d'histoires toutes très différentes les unes des autres. Encore une fois, je me demande si ce n'est pas le format nouvelle qui m'aura déplu, genre où je suis extrêmement difficile, malheureusement. Les chiens donc aiment à se conter quelques histoires nous mettant en avant pour ainsi comprendre pourquoi ils ont disparu. Elles possèdent certes un lien entre elle et des personnages y sont récurrents, mais je n'ai pas été séduite du tout. Dommage.

En toute franchise, je ne sais pas quoi en dire de ce livre. Et voilà qui m'embête énormément. Le style de l'auteur n'est pas désagréable et  c'est compréhensible (pas de termes techniques ou propres à la SF, bien au contraire) mais je pense qu'il faut une certaine sensibilité pour apprécier la poésie des histoires qui finalement dressent un portrait peu flatteur de nous.

Je n'ai pas détesté ce roman et je ne le considère pas comme mauvais. C'est juste que je n'ai pas adhéré à l'essence même que compose ce roman et j'ai eu la sensation de ne pas apprécier et comprendre ce que je lisais. Un peu comme lorsqu'on met un film en route et qu'on passe son temps à faire autre chose parce qu'on ne parvient pas à être captivé. Là ce fut le même effet pour moi.  

Peut-être que je n'ai pas su apprécier ce roman parce qu'il souligne avec justesse l'individualisme de plus en plus prononcé chez l'Homme ? L'Homme qui ne s'encombre plus de tâches ingrates et qui préfèrent délaisser le travail manuel au profit des machines ? 

En bref, je n'ai pas été séduite par cette lecture qui ne correspondait pas à mes attentes. C'est certes original comme 90% des romans de SF, mais ce n'était pas ce à quoi je m'attendais.  

 

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas non plus été à l'aise avec cette histoire que j'ai trouvée assez froide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui me rassure ! j'ai eu peur d'être une ovni parce que je n'ai pas su apprécier ce livre ^^

      Supprimer

Laisser une trace!