lundi 3 août 2015

Qu'est-il arrivé à Celia Steinhauser ? de Susan Crawford

Année d'édition : 2015
Edition : Harlequin (Mosaïc)
Nombre de pages : 352 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Ce pourrait être une fin d’après-midi banale, dans une banlieue banale de Manhattan. Et pourtant, tout est plus vibrant, plus aigu, plus dérangeant. Dana se réveille au bord de la crise qui ne tardera plus à la faire basculer dans l’exaltation mentale, celle des bipolaires comme elle. Au même moment, à quelques pas de là, la police découvre une femme dans une flaque de sang, chez elle, assassinée. C’est Celia Steinhauser, l’amie de Dana. Et Dana est la dernière personne à l’avoir vue cette après-midi-là…

A travers les yeux de son héroïne - une femme délaissée par son mari, ultra-sensible et au bord de l’abîme -, Susan Crawford mène une enquête à la fois policière et psychologique. Dana a-t-elle tué son amie ou bien le meurtre dont elle se soupçonne n’a-t-il eu lieu que dans sa tête ? Y a-t-il une meurtrière tapie en elle, ou bien le coupable se cache-t-il dans les ombres du dehors ?

Mon avis :

Dana est une femme en pleine dépression. Bipolaire, elle peut parfois agir de manière totalement étrange sans que l'on ne comprenne pourquoi. Depuis peu, elle trouve son mari distant, surtout depuis que son fils est parti à l'université. Et même lorsque sa voisine, Célia se fait assassiner, Dana espère le réconfort de son mari qui ne vient pas. L'autre souci que rencontre Dana, c'est qu'elle ne se souvient pas de ce qu'il s'est passé le jour où Célia a été tué. Certes, elle est allée la voir, mais que s'est-il passé à ce moment ?

J'avais vraiment trouvé le résumé tentant de ce roman, aussi devant tant de mystère, je n'ai pas pu résister à la tentation. Profitant du challenge Week-end à mille, je l'ai sorti pour le dévorer. Si la lecture fut agréable et que l'héroïne est atypique (bipolaire et dépressive), j'ai parfois trouvé le tout un peu longuet malgré le peu de pages. Il faut dire que le dénouement est assez décevant, je m'attendais à tout autre chose et donc pour le coup, ce roman même s'il est agréable ne me restera hélas pas longtemps en mémoire.

Dès le départ, on fait la connaissance de Dana. Une femme malheureuse, perdue et qui semble avoir beaucoup de problème psychologique la rendant parfois incohérente et folle. Bipolaire et dépressive, autant dire que le mélange est dangereux pour cette femme délaissée par son mari, un célèbre avocat. Dana qui m'a un peu fait penser à Liliane dans scène de ménage par rapport à son comportement avec son fils qui ne vit plus chez eux. Elle semble avoir un besoin compulsif et obsessionnel d'avoir des nouvelles de son fils et tous les prétextes sont bons pour lui demander de venir. On sent d'ailleurs que ce dernier est souvent mal à l'aise face à sa mère et qu'il n'a semble-t-il pas de lien très solide avec son père qui semble toujours très en retrait de la situation et de son épouse et du meurtre de la voisine. 

Dana qui va peu à peu sombrer davantage dans la folie puisqu'elle ne se souvient plus de sa dernière visite à Célia. Elle va donc se décider à enquêter de son côté pour tâcher de retrouver la mémoire, sans se douter qu'elle reste la suspecte numéro 1 de l'enquête. Parfois l'héroïne tient des propos complètement décousus et on a du mal à comprendre le lien entre ce qu'elle dit ou fait et le meurtre de Célia. Elle n'a clairement pas toute sa tête et quelqu'un va tâcher de l'aider dans sa chute. Le meurtrier ou simplement une part d'elle-même? Le roman repose donc sur cette question avant de savoir qui a tué Célia. Des suspects, on en aura beaucoup au fil des pages. Le mari, un amant, la voisine... ils sont nombreux et au fur et à mesure, on se rend compte qu'ils ont tous un mobile pour avoir tué Célia. La lutte pour Dana va donc s'avérer très compliqué, même si le dénouement est plaisant, il reste prévisible concernant son sort.

A côté de cette histoire de femme malheureuse et folle, on suit l'enquête de Jack Moss qui a la pression. Il se doit de boucler au plus vite l'enquête pour l'adjointe du procureur qui souhaite avoir du résultat le plus rapidement possible. Mais Jack suit son instinct et il n'hésitera pas à piéger en quelque sorte certains personnages clefs. J'ai apprécié cet enquêteur solitaire et qui tente de renouer des liens affectifs avec son propre fils en plus de devoir résoudre une enquête qui malgré lui va mettre en danger son fils. Je n'en dévoilerais pas plus concernant ce personnage, mais il est une force pour le roman, clairement. Il apporte un peu de saveur, même si parfois j'avais du mal à anticiper ses réactions.

Un flic qui tente de renouer avec son fils et qui doit boucler une enquête le plus rapidement possible et une femme complètement folle, meurtrière potentielle de sa voisine, voilà un duo atypique et qui ne tombe pas dans le cliché d'une romance. Car nul romance à l'horizon de ce thriller et pour une fois, j'étais ravie. Certains passages sont un peu lents et longs de sorte qu'on apprécie la lecture, mais pas au point de se ruer dessus dès qu'on a un moment de libre. 

En bref, voilà un thriller sympathique, mais qui ne m'aura pas totalement embarqué avec lui. J'ai aimé les personnages, un peu moins le traitement de l'enquête qui est assez mou puisqu'il ne s'agit quasiment que d'interrogations. Le côté bipolaire et dépressif de Dana est pourtant marquant et on aurait peur de sombrer dans sa folie.


Je croque lègérement dans ce livre : De bonnes idées, certes, mais mal exploitées.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!