dimanche 5 juillet 2015

Les marcheurs Tome 1 de Carlos Sisi

Année d'édition : 2014
Edition : Eclipse
Nombre de pages : 400
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
L'infection ne les a pas emportés. Elle les a ramenés. La ville de Malaga est morte, mais ses habitants attendent toujours le repos éternel promis. Une trentaine de survivants s'est mis à l'abri dans un refuge qui les protège des dangers de ce nouveau monde. Ils combattent pour reprendre la ville, mais chaque jour qui passe les use autant physiquement que psychologiquement. Isabel abandonne régulièrement dans les rues des appels à l'aide sur de petits papiers. Aucun des zombies en errance ne s'y intéresse et c'est un prêtre fou qui finit par tomber sur ces notes. Le Père Isidro est convaincu que la résurrection des défunts est un signe annonciateur de l'Apocalypse, qu'il est l'Ange de la Mort porteur du jugement de Dieu. Et désormais, il sait précisément où trouver les survivants.

Mon avis :

Malaga est une ville morte depuis que les morts se sont relevés dévorant les vivants sur leur passage. Tandis que quelques survivants se terrent ici et là, un homme se dresse face aux zombies, ne les craignant point. Cet homme, le Père Isidro est capable de marcher près d'eux sans qu'ils ne s'attaquent à lui. Mais l'homme a perdu la tête et il s'est fixé comme objectif d'anéantir les vivants, les pêcheurs qui doivent être juger par Dieu. Lorsqu'Isabel lâche des lettres dans la rue au gré du vent pour signaler à de potentiels vivants où elle se cache avec d'autres, c'est le Père Isidro qui tombe sur son message amenant avec lui une horde de zombies. 

Pendant ce temps-là un groupe de survivants a décidé de prendre les choses en main et tente de protéger son groupe dans le complexe où ils vivent désormais sans se douter un seul instant de la menace qui plane. 

Les marcheurs est un bon roman de zombies. Si le début est classique et ressemble à beaucoup de romans du genre, peu à peu il finit par se démarquer en proposant un personnage unique et troublant, plus dangereux encore que les zombies. Roman de survie en milieu zombie, il n'est pas sans rappeler les meilleurs romans du genre et si le début est lent à se mettre en place, peu à peu on commence à sentir les choses changer pour notre plus grand plaisir !

La plume de l'auteur est addictive, aucun souci. Le roman se lit sans aucun problème, on comprend clairement ce qui se déroule sous nos yeux. Les zombies se réveillent soudainement et aucune explication n'est donné quand à leur origine. J'espère néanmoins que dans un prochain opus l'auteur nous offrira une explication sur cette soudaine épidémie qui arrive très vite. On attend de savoir la raison, mais aucun élément ne nous est donné dans ce premier opus si ce n'est que pour certains, l'heure du Jugement dernier a sonné.

Je disais donc que ce roman n'a rien à priori d'innovant ou de différent des autres romans zombies. Certaines scènes sont très sanglantes et violentes, les zombies dévorant avec plaisir les rares survivants qu'ils trouvent. Malgré tout, on se sent captivé tout de même par Juan, Moses, Isabel et les autres dans leur survie. Les groupes dispersés au départ finissent par se rassembler pour tenter au mieux de survivre. Les uns protègent le complexe, d'autres s'occupent de trouver de quoi manger, chacun ayant un rôle qui lui est attribué. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé Juan qui devient très vite un pilier du roman. Très vite, il devient un élément clef et va prouver son courage et son désir de protéger l'humanité. 

Ce premier opus est très court et assez rapide. L'ennui n'est pas possible puisque chaque fois un rebondissement a lieu et met nos héros en mauvaise posture. Jusqu'à ce qu'il arrive : le Père Isidro. Cet homme fou et qui marche avec les zombies ne craignant rien d'eux et les amenant aux vivants. On ignore un peu pourquoi il agit de la sorte, si c'est la folie qui parle pour lui ou si c'est autre chose, un appel spirituel de son Dieu. Malgré son mauvais rôle et le fait qu'il détruise certains espoirs des vivants, il finit par leur montrer la voie du futur grâce à sa particularité : celle d'être invisible pour les zombies (comme dans d'autres films et romans). L'explication donnée à ce phénomène est convaincante et ne semble pas trop tiré par les cheveux, personnellement je l'ai trouvé naturel et plausible. 

En bref, c'est un roman zombie classique, mais très bien écrit et qui peu à peu tente de se démarquer des autres romans du genre. A voir ce que nous réserve la suite ! 


Je croque pleinement dans ce livre : Quelques petits défauts, mais un bon moment de lecture !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!