jeudi 9 juillet 2015

Le Château de Walpurgis de Philippe Duchateau

Année d'édition : 2015
Edition : La Bourdonnaye
Nombre de pages : 327 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Josuan reçoit un jour une lettre alarmante d’un de ses vieux copains de classe qui le supplie de venir le rejoindre à Northcalton, où il a de sérieux problèmes. N’écoutant que son courage et porté par la fougue de sa jeunesse, Josuan vole au secours de son ami. Mais la route est longue, et il fait étape dans l’auberge de l’inquiétante Lucy. Il y rencontre la jeune et jolie serveuse, Louisia, et s’en amourache aussitôt. Après avoir quitté l’établissement, Josuan est victime d’un « étrange » accident de voiture. Sa vieille Ford réduite à un tas de tôles, il doit poursuivre le chemin à pied, dans les frimas d’un paysage carnivore. Ses pas le mènent alors au château de Walpurgis. Où l’enfer lui ouvre ses portes.

En effet, les habitants de ce palais délabré se révèlent tous plus loufoques et satanistes les uns que les autres. Mais aussi comiques soient-ils, ces hurluberlus semblent en vouloir pour de bon à la peau de Josuan. Et de Louisia, qui se retrouve – par quelle malédiction ? – bientôt prisonnière, à ses côtés.

Comme beaucoup d’autres avant eux, les jeunes gens ne servent qu’à amuser cette galerie de frapadingues, en attendant de finir, selon les projets réjouissants du maître des lieux, au fond d’une oubliette, une cagoule sur la tête et une balle entre les deux yeux. L’amour donne des ailes, dit-on. Les tourtereaux en auraient bien besoin pour s'échapper de cet asile et sauver leur vie.

Mon avis :

Josuan est assistant à l'université. Il espère devenir à son tour professeur. Et lorsque les vacances sont là, il décide de changer ses plans à la dernière minute pour rejoindre un pote de sa jeunesse qui a un grand besoin d'aide. Josuan ignore les problèmes de son ami, mais il ne peut rester sourd à l'appel de ce dernier et c'est pour cela qu'il se retrouve dans une auberge étrange en pleine nuit dans un lieu qu'il ne connaît absolument pas. Mais très vite, il comprend que les gens qui tiennent l'auberge vont trafiquer son auto pour l'envoyer au château de Walpurgis où y vit un comte et son épouse. Ces gens sont étranges et donnent l'impression de venir d'une autre époque. Surtout la comtesse !

Le château de Walpurgis est une lecture plutôt bien sympathique. Le genre de roman qu'on cherche à tout prix dans dans une librairie, mais qui étrangement ne se fait presque plus. Les auteurs ont semble-t-il presque tous décidé de boycotté l'étrange et l'horreur au profil de roman plus jeunesse et donc plus accessible. Dommage pour nous. Aussi, lorsque j'ai eu l'opportunité de découvrir cet ouvrage, j'ai foncé les yeux fermés. Et je n'en suis pas déçue, même si j'espérais secrètement avoir un gros coup de coeur. 

Dès le départ, on sent qu'une ambiance étrange plane sur ce château. Ses habitants sont particuliers et font froid dans le dos. Sont-ils des sorciers? Les dirigeants d'une secte? L'auteur laisse le doute au lecteur et plus on avance dans notre lecture, plus on se pose des questions. J'ai aimé ce château plein de salles étranges, de portes qui amènent à la mort (en témoigne un accident dès le début de notre héros lorsqu'il explore le bâtiment), de créatures velus qui s'y promènent dans l'attente de pouvoir fracasser une cible. Parce qu'avant tout, on a un vrai duel entre le comte et sa femme et Josuan. Les uns refusant de croire en Dieu, mais croyant en la magie et les sorts tandis que Josuan est très terre à terre, très moderne. Leur discussion sont donc toujours un peu sur le même schéma, un dialogue de sourd. Et là peu à peu, on se demande ce qu'ils attendent de Josuan et de Louisia, la fille de l'aubergiste qui se retrouve malheureusement elle aussi captive du château pour avoir tenté d'avertir Josuan du sort qui lui était réservé.

J'ai toutefois eu énormément de mal avec le style de l'auteur. J'ai eu la sensation qu'il cherchait tellement à se démarquer qu'il propose des descriptions parfois trop recherchés et pointues, rendant par moment le texte un peu lourd à lire. De ce fait, la lecture en est affectée et le roman ne se lit pas aussi rapidement qu'on l'espère. C'est vraiment le seul défaut de ce tome, la plume de l'auteur à laquelle je n'ai hélas pas du tout adhéré. C'est à mon sens vraiment une question de goût pour le coup, mais je pense que le roman n'avait pas besoin d'un style si alambiqué.

Le seul autre point négatif à mon sens c'est l'absence de crainte de Josuan. Il comprend qu'il est plus ou moins captif, que ses hôtes sont étranges et tout de même flippant, mais non il ne s'inquiète pas et en profite même pour passer son temps à boire et à manger en compagnie du comte. J'avoue avoir eu la sensation qu'il était en total décalage avec la réalité, comme s'il se voilait volontairement la face.

Concernant les personnages, j'ai trouvé Josuan sympathique, mais pas au début. Au début, c'est un personnage qui ne sait pas quoi faire de sa vie ni où il va. Il prend des décisions sur le vif sans réfléchir et finit bien souvent par le regretter. La façon dont il se montre naïf face aux aubergistes et à leur fille prouve qu'il se cherche et qu'il n'a pas une personnalité très marquée. Pourtant, lorsqu'il devra sauver sa peau et celle de Louisia, on sent qu'il évolue et qu'il devient peu à peu quelqu'un. 

Autre personnage étrange : la comtesse, la Gousseline, femme qui se prétend sorcière, mais dont on attend encore de découvrir l'immensité de ses pouvoirs. Elle semble en décalage avec son époque, comme si elle avait fait un saut dans le temps. Son charisme est pourtant bien visible même si parfois j'ai trouvé qu'elle était à côté de la plaque. Elle a une façon tellement loufoque de s'exprimer qu'on ne sait pas si elle doit nous faire rire ou au contraire nous effrayer de sa différence. Elle est atypique, ça je peux le dire ! (surtout qu'on a beaucoup de mal à saisir sa relation avec le comte puisqu'ils passent leur temps à se prendre le bec pour des idioties. )

Finalement, je ne sais pas trop comment percevoir ce roman. Fantastique ? Déjanté ? Loufoque ? Malsain ? Je pense qu'il est un peu tout ça à la fois, mais en même temps, j'ai trouvé que parfois il était un peu trop lent à mon sens au point que je n'ai pas autant apprécié que ce que j'espérais. Le début était captivant (la découverte du château, l'auberge), le centre un peu mou et parfois ennuyeux (les longues discussions avec la gousseline et le comte, les banquets à répétitions, les rencontres avec les autres membres de la "secte"...) pour redevenir mouvementé avec l'arrivée de Louisia au château. Je ne pense pas être au rendez-vous pour la suite tout simplement parce que le style de l'auteur ne me convient pas et qu'il y a encore tant de romans à découvrir, que je préfère me focaliser sur ceux-là. Mais je recommande tout de même à ceux qui veulent découvrir un château étonnant avec des habitants déjantés de se pencher sur ce roman et peut-être seront-ils ravis de leur lecture ! 

Je croque lègérement dans ce livre : De bonnes idées, certes, mais mal exploitées.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!