vendredi 13 février 2015

Le bois du rossignol de Stella Gibbons

Année d'édition : 2014
Edition : points
Nombre de pages : 504
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Jeune veuve, Viola Wither est contrainte de quitter Londres pour emménager chez son austère belle-mère dans sa demeure de l’Essex. À vingt et un ans, elle y voit ses rêves romantiques s’évanouir et son caractère enjoué bridé par l’ennui et les conventions. Pourtant, au mépris des convenances, l’intrépide transgresse les codes?: elle flirte avec Victor Spring, son amour de jeunesse, quand celui-ci est sur le point de se marier.
La bucolique campagne anglaise, les bals grandioses, les passions déraisonnables, la cruauté des rapports sociaux – Le Bois du rossignol est une savoureuse et féroce étude de mœurs, une comédie pétillante et poivrée, dans la lignée d’une Jane Austen qui aurait revisité Cendrillon.

Mon avis :
Viola Wither est une charmante jeune femme. Naïve et très jolie, elle était mariée à Teddy Wither, un homme un peu gros, plus vieux qu'elle, mais dont la famille est riche. Il n'en fallait pas plus à la jeune femme pour céder à cet homme qu'elle n'aime pas, mais qui possède certains avantages. Lorsque ce dernier décède, Viola se retrouve sans le sou et s'aperçoit qu'elle ne peut refuser l'offre de ses beaux-parents, soit celle de partir vivre sous leur toit en compagnie de ses deux belles-soeurs. Mais Viola va vite déchanter puisque son beau-père est obsédé par l'argent, tandis que l'une de ses belles sœurs n'a absolument rien en commun avec elle !

Heureusement, leur voisin n'est autre que Victor Spring, le meilleur parti de la région et en plus un charmant homme. Et Viola n'aura aucune gène de le séduire alors qu'il est déjà fiancé à une autre.

Le bois du rossignol ne fut clairement pas un coup de cœur. J'ai eu beaucoup de mal à apprécier ma lecture malgré les quelques passages assez drôles. Ce qui m'a principalement dérangé et gêné, c'est le style de l'auteur. C'est plat, lent très long parfois et forcément il n'y a que trop peu d'action pour pimenter le tout. Je sais que ce n'est pas un roman fait pour l'action, mais j'attendais de vibrer avec l'héroïne et ce ne fut absolument pas le cas.

Pourtant, je dois bien avouer que le résumé de base me tentait et j'espérais vraiment trouver un roman léger et drôle, reprenant le mythe de Cendrillon d'une nouvelle façon. Oui cela ressemble au conte, mais je n'ai pas été aussi séduite que voulu !

Déjà Viola m'a déçue. J'attendais quelqu'un de caractère et à l'esprit vif, mais Viola se laisse complètement portée par les événements. Déjà, lorsqu'on voit qu'elle épouse un homme qu'elle n'aime pas, mais qui a de l'argent, on peut se poser des questions sur cette femme ! Tout n'est que superficialité que ce soit pour elle ou pour les autres personnages de toute façon et aucun n'a su me séduire.

Le dénouement est malheureusement prévisible et à aucun moment je n'ai été surprise par ce que je lisais. Et là, je comprend que les romans contemporains doivent vraiment avoir un petit quelque chose en plus pour me plaire, ce qui ne fut pas le cas ici !

Dommage, mais nul doute que d'autres lecteurs adoreront Viola et son fameux beau-père, un homme vénal et qui ne parle que d'argent !

Je ne croque absolument pas dans ce livre : il ne m'a pas plu !


 

1 commentaire:

  1. Pour ma part, je passe mon tour... Et non à cause de ton avis, mais principalement parce que la couverture ne m'attire aucunement.Ton avis fait juste confirmer mon choix!!!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!