samedi 28 février 2015

Celle qui a tous les dons de M.R.Carey

Année d'édition : 2014
Edition : L'atalante
Nombre de pages : 448
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Tous les dons ne sont pas une bénédiction.

Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu’on l’emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu’elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire.

Melanie est une petite fille très particulière…

Mon avis :

Mélanie se rend chaque matin participer à un cours avec d'autres enfants. Mais ils ne comprennent pas pourquoi ils sont sans cesse attachés à un fauteuil roulant et une fois les cours terminé, on les renvoie dans de sombres et tristes cellules sans aucun confort. Et tandis que Mélanie prouve ses compétences auprès de mademoiselle Justineau, sa professeur et la femme qu'elle admire, tout ce qu'elle sait vraiment, c'est que ses parents sont morts et qu'elle est orpheline comme chacun des autres enfants. Mais pourquoi n'ont-ils pour seule nourriture que des vers? Pourquoi les adultes ont-ils besoin de s'enduire d'un produit chimique pour les approcher? Lorsque la base où Mélanie est maintenue enfermée se fait envahir, la petite fille découvre enfin le monde, mais surtout elle comprend ce qu'elle est réellement.

Celle qui a tous les dons a complètement su me conquérir. J'ai accroché du début à la fin même si je dois bien avouer que l'explication de l'invasion zombie m'a un peu déstabilisée parce que je n'attendais pas cela de l'auteur. Très vite, on fait la connaissance de Mélanie, une petite fille particulière qui aime apprendre et qui a d'excellentes capacités de réflexion sur ce qui l'entoure, mais surtout Mélanie est curieuse et très attachée à sa maîtresse qu'elle aime vraiment beaucoup. On va donc suivre la relation entre cette petite fille étrange et sa maîtresse qui jusqu'au bout la protègera des autres.

C'est donc un roman de zombies assez différents de ce que l'on peut trouver actuellement. Mélanie qui est un zombie nouvelle génération garde encore toute son humanité et tente de se contrôler pour ne pas faire de mal à ceux qu'elle aime. C'est d'ailleurs au départ assez troublant de se prendre d'affection pour cette zombie qui malgré tout a besoin de se chair fraîche pour se nourrir et surtout pour calmer cette faim qui gronde continuellement en elle. Il y a donc deux catégories de zombies : les affams qui sont plus ou moins les zombies tels qu'on les connaît à ceci près qu'ils réagissent surtout aux sons et non à la vue et les enfants comme Mélanie qui gardent leur côté humain mélangé à celui de zombie. J'ai donc trouvé le mélange réussi et très intéressant. 

Le roman alterne deux phases. La première nous permet de découvrir l'environnement et les personnages principaux. Mélanie donc, Mademoiselle Justineau, une professeur qui a beaucoup de compassion pour ces enfants qui ne sont pas responsables de leur état. Le duo fonctionne à merveille, mais l'auteur a voulu nous en proposer trois autres qui sont radicalement différents. Il y a Parks, le militaire qui les protège. Un homme ni bon, ni mauvais, il n'agit que comme il l'a toujours appris, il analyse beaucoup ce qu'il se passe autour de lui afin de mieux protéger les civils sous sa responsabilité. Si au départ, il semblait froid et haineux envers Mélanie, on comprend très vite ses réactions et ce personnage apporte une touche de virilité bien vu à l'intrigue. Il m'a pour ma part beaucoup plu et jusqu'au bout où il laissera de côté tout ce à quoi il été attaché, changeant même d'avis sur Mélanie. Gallagher, c'est le second militaire du roman. Mais c'est encore une jeune homme, il n'y connait rien à l'art de combattre et il fera donc plusieurs erreurs jusqu'à ce que la terreur prenne possession de lui et le fasse agir avec bien trop d'impulsivité. Et enfin il y a Caroline Caldwell, la scientifique du roman, celle qui exploitait les enfants de la base pour tenter de trouver un remède contre les affams. Jusqu'au bout elle se montre obsédé par sa quête de réponses, agissant parfois de manière barbare.

La première phase nous permet donc de rencontrer nos héros et de voir que le monde tel qu'on le connaît, n'existe plus. On en saura guère plus, les zombies n'apparaissent pas encore et nos héros restent confiner dans leur base, vivant un quotidien morne, mais qui leur convient complètement.

La seconde phase est beaucoup plus rythmée. La base est envahi par les affams et forcément, nos héros se retrouvent à devoir survivre à terrain découvert et c'est là que certains se révèlent ou pas aux lecteurs. Parks a su m'étonner et me surprendre tout au long de ma lecture, lui que je n'appréciais pas véritablement et qui a su peu à peu se faire sa place parmi mes favoris.
C'est d'ailleurs dans cette seconde partie qu'on découvre d'où provient le virus qui transforme en affams et j'avoue avoir été surprise, parce que je ne m'attendais absolument pas à cette idée ! La fin m'a également surprise et il s'en ai fallu de peu que je ne verse une larme, sachant que j'avais terminé mon aventure aux côtés de Mélanie.


En bref, celle qui a tous les dons est un must dans le genre zombie. Une histoire finalement bouleversante, rythmée et qui propose enfin de la nouveauté dans le genre. Ne passez pas à côté de la rencontre bouleversante de Mélanie !



Je croque pleinement dans ce livre : Très bonne lecture.


2 commentaires:

Laisser une trace!