samedi 22 novembre 2014

Le voleur d'enfants tristes de Belinda Bauer

Année d'édition : 2014
Edition : 10/18
Nombre de pages : 480
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
En cet été brûlant, la communauté de Shipcott est frappée par une série de disparitions. Des enfants, laissés sans surveillance dans les voitures, sont enlevés. Seul indice : une note sur le volant, "Vous ne l'aimez pas". Des mots qui résonnent comme une accusation. Pas de revendications, pas de rançon, pas d'espoir. La police mène l'enquête, mais personne ne fait confiance à Jonas Holly.

Mon avis :

Jess Tooke est une jeune fille qui n'apprécie pas la chasse, l'activité favorite de son père. Pour se venger du divorce de ses parents, l'adolescente n'en fait qu'à sa tête et préfère rester dans le van le temps que son père s'en va à la chasse. Mais lorsque ce dernier revient au véhicule, sa fille a disparu et il ne retrouve qu'un étrange mot sur le volant : vous ne l'aimez pas. Pensant à un nouveau tour de sa fille, il ne s'inquiète pas et pourtant au bout de quelques heures, il comprend qu'elle a disparu. Ce qu'il ignore c'est qu'un individu l'a enlevé et prévoit de kidnapper les enfants laissés deux secondes sans surveillance pour les faire réagir. Jonas Holly, un enquêteur en plein deuil depuis que sa femme a été assassinée va devoir résoudre l'enquête avec ses coéquipiers qui n'apprécient plus vraiment son étrange comportement.


Le voleur d'enfants tristes avait une idée de départ intéressante même si pas si originale que ça. Du coup, j'espérais que l'auteur nous offrirait quelque chose de palpitant et d'addictif. Le constat fut tout de même un peu décevant. Je ne dirais pas que l'intrigue est mauvaise, non l'auteur a quelque chose qui lui est propre et ce roman se démarquera des autres. Son style est limpide et facile d'accès, même si parfois on sent qu'elle veut peut-être trop insister sur les descriptions. L'enquête avance lentement voir parfois pas du tout, la faute à de nombreuses fausses pistes que les enquêteurs suivent à défaut de ne rien avoir de concret à se mettre sous la dent. L'ambiance est pesante, l'univers n'évoluant que dans une petite ville où tout le monde semble se connaître et connaître les secrets enfouis de ses propres voisins. Aussi quand les disparitions commencent à être trop nombreuses et que les enquêteurs n'ont aucun indice, on finit par se renseigner auprès des voisins et proches des enfants disparus pour tenter d'avoir le plus petit détail possible pour avoir des pistes. 


Le côté intrigue de l'auteur est sympathique, mais souffre de beaucoup de longueurs et parfois, c'est dur à dire, mais on s'ennuie et le sort des enfants nous passe complètement au-dessus de la tête. Ce fut le cas pour moi, parce que l'auteur voulant trop complexifier ses héros, on passe plus de temps à se morfondre de leur passé et de leur problème qu'à réellement chercher ces enfants qui ont été enlevés. C'est d'ailleurs les enquêteurs qui sont le plus intéressants dans ce roman. Jonas par exemple est difficile à cerner. Il semble toujours traumatisé par la mort brutale de sa femme assassinée par un tueur fou dans la même ville quelques mois plus tôt et au départ il semble renfermé, peu apte à enquêter de nouveau selon sa psychothérapeute. Mais lorsqu'il revient à la charge et prend à coeur l'enquête, il va avoir du flair et finir par se faire à son tour enlevé par le kidnappeur. 


Les personnalités de nos protagonistes sont franchement fouillées de sorte qu'aucun d'entre eux n'est quelqu'un de banal. Ils ont tous leurs démons et problèmes à régler en plus de devoir retrouver les enfants. Le plus étrange c'est le personnage de Steven, cet adolescent qui livre les journaux. Il a semble-t-il déjà eu beaucoup de problèmes par le passé (certainement dans d'autres romans de l'auteur) et l'on sent qu'il ne veut plus se laisser marcher sur les pieds, qu'il a assez donné. Mais l'auteur doit avoir envie de le faire souffrir parce qu'une fois de plus il se retrouve dans les ennuis, sans les chercher ! Sa relation avec Jonas est d'ailleurs particulière parce que l'adolescent semble détester le policier et avoir de nombreux reproches à lui faire.


En bref, c'est un thriller sympathique, mais en dehors de l'enquête principale, il s'y passe peut-être trop de choses pour vraiment apprécier les personnages. Ils ont semble-t-il évolué depuis le dernier roman de l'auteur et c'est peut-être aussi parce que je n'ai pas lu le précédent opus que je suis restée un peu imperméable à tout ça.


Ma note : 6/10

http://www.climaginaire.com/index.php/climaginaire/
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!