mardi 4 novembre 2014

Le Maître des Orphelins de Jean Zimmerman

Année d'édition : 2014
Edition : 10/18
Nombre de pages : 624
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
En 1663,à Manhattan ,quand New York s'appelait encore la Nouvelle-Amsterdam ... Des orphelins disparaissent , une jeune femme décide de mener l'enquête. Orpheline depuis l'âge de 15 ans, Blandine est devenue une excellente négociante dans un monde dominé par les hommes. Lorsqu'une fillette est portée disparue, la jeune femme s’empare de l’affaire.Elle va découvrir que d'autres enfants demeurent introuvables. Qui s'attaque aux orphelins de la ville et dans quel but ? Trafic, esclavage, ou crimes bien plus terribles encore ? Aidée par le séduisant Edward Drummond, un Britannique fraîchement débarqué, Blandine part à la recherche des enfants. Mais à Manhattan , des individus mus par de sombres desseins sont prêts à écarter tous ceux qui se mettront sur leur chemin...

Mon avis : 

Blandine Van Couvering est une jeune femme qui n'a besoin de personne. Marchande d'à peine vingt-deux ans, elle désire se crée une place parmi les meilleurs et une réputation irréprochable. Toujours accompagnée d'un ancien esclave qu'elle a autrefois sauvé d'une mort certaine, ce dernier se pense alors lui être redevable au point d'être devenu un véritable garde du corps. Lorsque des enfants orphelins disparaissent, la jeune femme a un soudain besoin de comprendre ce qu'il leur arrive. Au même instant, Edward Drummont, un espion anglais arrive à Manhattan pour y retrouver trois hommes, des régicides afin de venger la mort de son père. Sous couverture d'être un vendeur de céréales, il fait alors la connaissance de Blandine et ensemble ils vont tenter de trouver celui qui tue des orphelins. 

Le maître des orphelins est un roman dense et qui partait avec une idée intéressante. Estampillé grands détectives, j'espérais vraiment avoir du suspens tout au long de ma lecture et forcément, de voir le côté policier mis de côté au profit du côté historique et de la petite romance, j'avoue avoir été quelque peu déçue. Le style de l'auteur est agréable. On sent que l'auteur est un historien et qu'il a mis du temps pour rédiger son roman afin de pouvoir peaufiner tous les détails de cet univers réaliste et qui nous envoie au XVIIe siècle. On s'y croirait vraiment et ça, j'ai adoré. Mais à la longue, on s'ennuie de ne pas avoir plus d'action et de rebondissements, surtout que le nom du meurtrier est très vite lâché pour un roman de cette densité.

Le côté policier est donc totalement raté pour moi. Pas de suspens, pas de véritable enquête qui prend aux tripes, nos personnages étant un peu trop centré sur leur relation et leur avenir personnel et professionnel. Concernant la crédibilité des personnages, je n'ai rien à en redire. Je ne les ai pas trouvé stéréotypés ou exagérés, mais très humains et un peu passe-partout malgré leur fort caractère. 

Les détails des disparitions et meurtres m'ont plu parce que l'auteur ne nous épargne pas les détails et je suis friande de ce genre de descriptions.

Là où l'auteur se perd, c'est lorsqu'elle veut réunir trop d'éléments dans ce roman. Très historique de par les événements et détails sur l'époque et les coutumes, très romancé par la relation entre nos héros et un peu d'enquête, le tout ne fonctionne pas forcément aussi bien que voulu, là où pourtant certains auteurs excellent. Cela dit, je pense que l'auteur s'en sortirait mieux en ne se fixant que les romans historiques, voir carrément les romances, car ici c'était plutôt réussi.

Ma lecture m'aura permis toutefois de découvrir la création de New York et c'est tout de même quelque chose de très intéressant.

Ma note : 7/10

http://www.climaginaire.com/index.php/climaginaire/Livre/Roman-Nouvelle/Thriller

1 commentaire:

  1. Il est dans ma PAL, j'ai un peu peur de l'en sortir maintenant, j'aurais aimé lire un avis plus enthousiaste! ;) Je verrai bien!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!