mercredi 12 novembre 2014

Intemporia, tome 1 : Le sceau de la reine de Claire-Lise Marguier

Année d'édition : 2014
Edition : Editions du Rouergue
Nombre de pages : 544
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Yélana a tué le roi Arden et asservi son royaume. Yoran, un jeune chasseur, décide de s'opposer à elle lorsqu'elle s'attaque à la communauté de la Plaine.





Mon avis :

Yoran est un jeune chasseur des plaines. Il grandit sans jamais rencontrer de problèmes particuliers dans son village paisible. En grandissant, il finit même par demander la main de Loda, la jeune femme qui a toujours su faire battre son coeur. Après lui avoir bâti leur maison, ils finissent par vivre ensemble, comme un couple tout ce qu'il y a de plus normal.

Mais après quelque temps, une étrange maladie s'abat sur les habitants du village. Une maladie mortelle et qui fait apparaître un étrange sceau sur leur peau. D'abord inquiet, Yoran finit par devenir fou lorsque son épouse, Loda finit par attraper la maladie, elle qui attend leur premier enfant. Yoran qui ne peut rester de marbre, décide d'agir et lorsque les anciens lui font de bouleversantes révélations, il n'hésite plus et part à la recherche d'un remède, en l'occurrence rencontrer la reine du pays, celle qui est à l'origine de tous ces maux.

Intemporia partait avec une intrigue de base assez classique en fantasy. Un héros d'apparence normale qui finit par se voir confier une quête dans le but de sauver un peuple face à un ennemi redoutable. Cependant, malgré ce côté déjà-vu, je dois bien avouer que j'ai passé un moment plutôt agréable en compagnie de l'univers de Claire-Lise Marguier. Déjà, son style est agréable et permet de très vite s'immerger dans la vie de Yoran. Rien ne sera laissé au hasard, des coutumes de son peuple à sa personnalité, même si au fur et à mesure de ma lecture, j'avais de plus en plus de mal avec ce héros. 

L'univers utilisé par l'auteur est franchement sympathique. On a un gros contraste entre la plaine où vivait le héros et l'autre côté du bouclier où tout n'est que désolation, tristesse et pauvreté. Les mendiants sont légions courantes, les enfants vivent dans la crasse et si au départ cela révolte Yoran, on a l'impression qu'il s'y fait plutôt bien et qu'il garde cette part d'égoïsme que son peuple a. (surtout en voyant sa décision finale, où il préférera vivre heureux sans se soucier de la misère des autres). Notre héros n'agit que dans un seul but : sauver son épouse. Il fera tout ce qu'il faut pour cela et sa quête est tout de même très belle parce qu'il agit par amour même si certains de ses choix ne seront pas forcément bien vus par nous, lecteurs.

L'auteur nous propose donc une fantasy intimiste où l'on suit principalement un héros sans avoir trop de personnages principaux. Un choix particulier parce que du coup, l'intrigue m'a semblé linéaire, notre héros se rendant d'un point A à un point B sans trop s'écarter de son but, alors qu'avec un tel univers, il y avait matière à faire beaucoup de rebondissements. Le voyage nous laisse parfois sceptique et ennuyé parce qu'il souffre de certaines longueurs et c'est forcément le cas des romans de fantasy linéaire où l'on ne suit qu'un héros. Dommage parce que je suis persuadée que l'auteur a encore beaucoup d'imagination et j'espère que la suite sera moins vide. 

Le roman sera abordable par les plus jeunes puisque l'auteur passe sous silence les scènes intimes et qu'au fond même les morts sont plutôt amenés avec tact pour ne pas heurter. Autre point à souligner, l'auteur propose une plume fluide, mais simpliste, assez loin des styles plus poétiques récurrents en fantasy. De quoi pouvoir permettre à des débutants en fantasy d'apprécier ce roman. Le dernier point que je tiens à souligner c'est l'absence de punch des personnages. Ils sont trop lisses, trop ancrés dans leur code et leur personnalité. Entre le gentil chasseur des plaines et la méchante reine qui se fiche du mal qu'elle cause, l'auteur nous offre des personnages soient tout blanc soit tout noir, malgré quelques essais pour rendre la reine plutôt entre les deux qui finissent par se solder par de cuisants échecs. 

Tadreck par exemple a tout du héros typique de la fantasy. Il est fort, courageux et animé par une mission qui pourrait sauver le peuple. Seulement, très vite on comprend ses liens avec la reine et là je me suis demandé pourquoi l'auteur a tenu à en arriver là. Si la reine est aussi mauvaise qu'on le dit, je ne pense pas qu'elle laisserait agir aussi impunément des gens de son royaume contre elle. 

Au final, ce premier tome se laisse lire, mais il manque de complexité, de personnages tourmentés et plus poussés psychologiquement (la reine par exemple qui aurait mérité d'être davantage exploitée et présente). Cela dit, les débutants dans le genre de la fantasy vont prendre beaucoup de plaisir à découvrir cet univers, tandis que moi, j'attends la suite pour voir quelle évolution l'auteur va apporter, surtout au vu du final qui aurait pu terminer le roman sans nécessiter de suite puisque pour Yoran tout rentre dans l'ordre.

Ma note : 6,5/10

http://www.climaginaire.com/index.php/climaginaire

1 commentaire:

  1. Ah cette note me refroidit un peu, car il me faisait très envie !

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!