jeudi 14 août 2014

La Mort peut danser de Jean-Marc Ligny

Année d'édition : 2014
Edition : folio SF
Nombre de pages : 400
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
1181, sur une falaise d'Irlande, la poétesse et prophétesse Forgail est brûlée vive, accusée de sorcellerie...
Huit cents ans plus tard, Bran et Alyz, un couple de musiciens, s'installent dans un manoir datant du XIIe siècle. Sous le nom de La Mort peut danser, ils donnent des concerts dont le succès va grandissant, probablement à cause de la puissance surnaturelle qui anime la voix d'Alyz. Inspiré des légendes celtiques, riche des couleurs et de la beauté sauve de l'Irlande, ce roman renouvelle magistralement le thème de la possession.


Alyz et Bran sont musiciens. En couple depuis des années, ils se rendent compte peu à peu que leur groupe n'a rien d'innovant et que leur musique n'a pas l'impact souhaité. Après une séparation d'avec leurs autres musiciens, Alyz et Bran se rendent en Irlande où la jeune femme a hérité d'un manoir du XIIe siècle. Mais très vite des signes inquiètent Bran. Alyz ne semble plus être elle-même et se met à chanter avec une voix qui n'est pas la sienne. Serait-elle possédée ?



La mort peut danser est un roman fantastique vraiment intéressant. L'auteur a décidé de découpé celui-ci en deux parties, l'une se déroulant au XXe siècle et l'autre au XIIe siècle. On y suit donc plusieurs personnages qui a priori n'ont rien en commun puisque vivant à des époques différentes, mais qui finissent par très vite avoir un lien que l'on découvre petit à petit. La plume de l'auteur est assez poétique et transforme le roman en une douce mélodie. On ressent bien la mélodie de nos héros à travers le style de l'auteur qui nous propose une histoire ensorcelante. Le roman se lit avec facilité et beaucoup de plaisir.



J'ai adoré suivre l'histoire de Bran et Alyz, ce couple qui aimerait s'en sortir musicalement, mais qui peine à se démarquer des autres groupes, jusqu'à ce qu'Alyz soit possédée et chante d'une voix presque divine, enchantant quiconque l'entend. Le couple est attachant et fait qu'on se met facilement à leur place. Musique et possession forment un savoureux mélange, permettant à nos héros de s'imposer musicalement en Irlande. J'ai cependant eu plus de difficulté à apprécier les passages se déroulant au XIIe siècle et j'ignore pourquoi. Peut-être parce que l'inspiration celtique et magique sont assez peu présent dans mes lectures et donc je ne m'y connais pas, du coup j'ai parfois eu la sensation de ne pas tout saisir ce qu'il se passait à cette époque.



Cela n'empêche que la Mort peut danser est un beau roman et qu'il saura être apprécié par bon nombre de lecteurs. La plume est douce et poétique et les personnages sont attachants. Le roman reste légèrement prévisible jusqu'au bout, mais cela ne gâche en rien le plaisir de la lecture !

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!